Digestion-TransitMon quotidienRespiration

Comment aider nos poumons à évacuer un maximum de toxines ?

Inspire… Expire… Inspire… Expire…. Ce mécanisme tout à fait naturel et inné qu’est la respiration nous permet, depuis notre naissance, d’alimenter notre réserve en oxygène via l’inspiration et de rejeter le gaz carbonique via l’expiration. Et donc de rester en vie. Nous naissons dans un premier souffle et nous terminons notre cheminement sur terre dans un dernier effort, un dernier soupir.
Cependant, la respiration ne nous sert pas uniquement à « simplement respirer ». Cette fonction a un potentiel bien plus important dont on néglige parfois certains aspects. Cette négligence nous pousse à ne plus prêter attention à la manière dont nous respirons : sans aucune conscience et de manière bien trop automatique, à un rythme rapide et saccadé.

Une respiration bien trop courte et sans aucun capital santé.

Comme vous devez le savoir, notre organisme accumule au fil des heures, des jours, des mois et même des années, différentes toxines et toxiques très néfastes à notre bien-être. Ceux-ci sont le résultat de plusieurs types d’encrassements et l’alimentation est l’un des facteurs de pollution organique. Le simple fait de digérer est une réaction qui produit du gaz carbonique, des acides, que nous devons évacuer.

 

C’est un mécanisme naturel

Cette réaction catabolique crée deux types d’acides principaux :

  1. Les acides faibles qui sont présents lors de la digestion, par exemple, des protéines végétales – que l’on retrouve principalement dans les légumineuses, les céréales, les oléagineux. Elles libèrent des acides citriques, maliques, tartriques, etc. qui sont transformés par l’organisme en gaz carboniques et donc l’élimination se fait via les poumons.
  2. Les acides forts. Lorsque vous mangez un steak de bœuf donc une protéine animale, la digestion génère la libération de ce type d’acides (acide sulfurique, phosphorique, …) qui sont non assimilables par les poumons et donc l’élimination se passe ici au niveau des reins. Une élimination beaucoup plus complexe pour l’organisme.
    Comprenez maintenant pourquoi nous vous conseillons de ne pas abuser de protéines animales qui risquent de surcharger votre émonctoire et vous emmènent directement vers un encrassement et donc une acidose certaine.

Revenons-en à nos poumons qui doivent libérer 90% des acides de notre corps. Un travail spectaculaire est orchestré en interne mais avec nos rythmes de vie où plus rien ne se fait calmement, où la respiration ne se fait pas entièrement, nous n’apportons aucun soutien à nos poumons.

 

Comment aider nos poumons à évacuer un maximum ?

Il est absolument nécessaire d’impliquer la région basse du ventre en pratiquant de longues inspirations par le nez et de rapides expirations par la bouche. Les inspirations doivent être lentes et profondes pour que toutes les alvéoles pulmonaires se dilatent. Au contraire, les expirations doivent être plus rapides. Ainsi l’oxygénation du sang et l’évacuation de l’air vicié sera optimale. Bien entendu, ce mécanisme ne doit pas être pratiqué constamment, à longueur de journée, mais octroyez vous quelques instants plusieurs fois par jour pour vous « poser » et pour respirer de façon consciente. Le matin au réveil et le soir au coucher par exemple.

Voici un petit exercice facile :

  • Asseyez-vous dans une position confortable, le dos bien droit
  • Inspirez par le nez et expirez par la bouche, profondément
  • Répétez l’opération cinq à six fois
  • Faites une pause de quelques secondes
  • Inspirez par le nez à nouveau et conservez cet air en vous, pendant 5 à 8 secondes et expirez rapidement par la bouche
  • Répétez l’opération trois à cinq fois

Yoga en plein air

La pratique du yoga est également recommandée car elle inclut des techniques propres qui sont très favorables à l’élimination via les poumons. Lorsque vous pratiquez une méditation ou du yoga, vous travaillez vos poumons et vous les intégrez à votre activité à 100%.

Sport en salle

Faire du sport, une activité prolongée qui permettra à vos poumons de se remplir et se vider correctement par l’effort respiratoire. Préférez une activité plutôt de type aérobique (par opposition à un type anaérobique) comme la marche rapide, le vélo, la course à pied, la natation, etc. Préférez aussi les exercices de plein air qui vous apporterons une bouffée d’oxygène pure à chaque inspiration. L’activité sportive permettra également à votre peau de transpirer et donc d’éliminer des toxines également par cette porte de sortie. L’élimination via la peau, les reins et les poumons est très importante dans le mécanisme de l’équilibre acido-basique. Etant donné que le corps recherche une constante homéostasie pour équilibrer le pH de notre sang, il est important de prendre soin de son corps et donc de mettre en place diverses petites choses au quotidien qui soutiendront le travail mis en place naturellement.

Article précédent

Pourquoi le pH de l’urine est-il un marqueur du pH de nos tissus ?

Article suivant

La puissance de la nature face au lumbago

L'auteur

Vanessa Colant

Vanessa Colant

Naturopathe, rédactrice et formatrice en santé naturelle, je pratique la naturopathie, la phytothérapie de même que l’alimentation saine et vivante avec investissement et passion. Etant plongée dans cet univers depuis plus de 10 ans, je me passionne également pour les techniques énergétiques et vibratoires qui complètent ma vision de la santé.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire