BeautéMa nutritionMon quotidien

Alimentation : sur les traces des hommes de cavernes

Il y a plusieurs milliers d’années, l’Homme mangeait principalement des légumes, des fruits, des noix, des racines et de la viande. Aujourd’hui, largement remplacée par les sucres raffinés, les céréales, le pain, les produits laitiers pasteurisés, etc. notre alimentation est limitée en végétaux.
Si nos avancées technologiques peuvent s’avérer impressionnantes, notre alimentation et nos processus de fabrication alimentaire sont loin d’être bénéfiques pour notre espèce. Au contraire… Les maladies chroniques sont plus que jamais au rendez-vous et ce n’est sans doute pas un hasard.

 

Le régime paléolithique inclut tout ce qui est en mesure d’être consommé sans être modifié, c’est-à-dire pas de pain, de produits laitiers pasteurisés et une large part de fruits, légumes, noix et poissons, volailles et viandes maigres.
Les recherches du Dr Frassetto démontrent que le régime des hommes des cavernes maintient l’équilibre dans le corps, tout en réduisant la graisse corporelle excédentaire, normalise les taux de sucre sanguin et réduit toxines et anti-nutriments.
En mangeant des aliments concordant avec notre descendance génétique, la plupart des maladies liées à l’alimentation moderne sont évidemment évitées. En réduisant sensiblement ou éliminant les aliments responsables des maladies dites de civilisation et en les remplaçant par une cuisine plus saine et plus naturelle, il est tout à fait possible d’améliorer la santé.

 

Un « effet secondaire », lorsque l’on rééquilibre la chimie de notre corps, est la perte de poids.

La consommation d’une quantité excessive de sucres et de glucides provoque une cascade de réactions chimiques dans notre corps, engendrant une sensation de faim et des envies de friandises. Le résultat est simple, fructose et glucides conduisent à l’excès de graisse corporelle, au surpoids ou à l’obésité, avec tous les risques que cela comporte.

 

Le régime Paléo s’avère très efficace pour réduire la pression artérielle et le cholestérol, ce qui est tout à fait compréhensible quand on réalise que le fructose est un acteur majeur de l’hypertension, bien plus encore que le sel. En cause, l’acide urique, sous-produit de la métabolisation du fructose, qui augmente la pression artérielle.

Les sucres en excès, y compris les céréales, augmentent le taux de cholestérol et celui de triglycérides.

Le simple fait d’éliminer les sucres et céréales de notre alimentation réduit donc efficacement le risque d’un certain nombre de troubles de la santé : hypertension, cholestérol élevé, résistance à l’insuline, surpoids et taux élevés de triglycérides. Pas étonnant donc que le régime Paléo fonctionne si bien.

 

Il est, certes, difficile, de nos jours, d’adapter son alimentation pour revenir aux bases. Cela inclut des sacrifices et ce n’est pas toujours facile à mettre en place lorsque l’on a une vie sociale active, mais il est possible et important de se rapprocher au maximum de l’alimentation de nos lointains ancêtres et de revenir à l’essentiel, en consommant de la nourriture « réelle ».
De manière générale, une alimentation saine se compose d’aliments entiers non transformés, le plus souvent crus ou légèrement cuits (un tiers de nourriture crue serait idéale), biologiques et exempts d’additifs, et si possible locaux et de saison.

 

Nos ancêtres chasseurs-cueilleurs appliquaient non seulement un régime bénéfique, mais ce n’est pas tout. En effet, au lieu d’être sédentaires la majorité du temps, ils combinaient beaucoup de marche et des périodes d’activités de haute intensité.

Il est parfois nécessaire de pouvoir faire demi-tour. Prêts à revenir quelques milliers d’années en arrière ?

Article précédent

Les régimes sont-ils tous bons pour la santé ?

Article suivant

Tout savoir sur les calories

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire