AlimentationMa nutrition

Attention : associez les bons aliments dans vos assiettes !

Si nous ne faisons pas attention à ce que nous ingérons, il se peut fort bien que notre digestion se passe plutôt mal. Ballonnement, aérophagie, lourdeurs d’estomac ou même acidité sont tant de désagréments que nous pouvons subir suite à une mauvaise association alimentaire. Une combinaison inappropriée d’aliments pourrait même vous conduire jusqu’à une prise de poids inattendue et désagréable.

 

Oubliez ce qu’on vous montre dans les publicités…

Les us et coutumes ainsi que les industriels nous trompent sur les bonnes pratiques à mettre en place. Le petit déjeuner parfait se composant de tartines de chocolat avec un verre de lait ou un yaourt et une orange pressée est une aberration totale. Que dire des céréales bien trop sucrées pour enfants que l’on mouille joyeusement de lait de vache ?

En temps de précarité, dans l’entre deux guerres, il fallait se nourrir un maximum pour tenter de survivre aux conditions de vie. Dès lors, dès qu’on le pouvait, on associait des féculents qui tenaient au corps avec des protéines animales pour apporter force et endurance. Les légumes verts étaient considérés en second plan. Ces valeurs sont restées et se perpétuent de génération en génération. Remplir une assiette avec une part de protéines animales, des féculents et aujourd’hui, des légumes verts est ce que la bonne mère de famille fait pour le bien être des siens. Cependant au niveau de la digestion, cette combinaison fait énormément de dégâts.

La digestion des aliments se réalise grâce aux actions de diverses enzymes. L’amidon des glucides est transformé en maltose grâce à une amylase, enzyme salivaire, puis celui-ci sera modifié en glucose, au niveau des intestins où il sera dès lors absorbable. Les graisses, elles, seront transformées en glycérol et acides gras sous l’effet d’une enzyme appelée lipase. Même principe pour les protéines qui seront converties en acides aminées qui est le stade final de la digestion des protides. Chacune de ces enzymes fonctionnera grâce à un taux d’acidité différent d’un endroit à l’autre du stade digestif. La bouche et l’estomac n’ont, par exemple, pas le même taux d’acidité et heureusement.

Chaque aliment sera dès lors transformé en nutriments assimilables par l’intestin. Cependant les temps de digestion seront différents suivant l’aliment que l’on ingérera. Sachez par exemple que toutes protéines ne se digèrent pas de la même façon. Nous pouvons scinder les fromages maigres, lait caillé ou yaourt et les fromages gras, les viandes ou encore le jaune d’œuf. Ces derniers ont un temps de digestion beaucoup plus long.

plat, st jacques

Comme vous pouvez le voir, la digestion demande de prendre en compte plusieurs paramètres différents. Ce n’est vraiment pas si simple. Heureusement, nous ne contrôlons pas cela consciemment. C’est pourquoi il est de notre devoir d’alléger le travail de digestion en associant au mieux les aliments que nous mangeons.
Associons par exemple l’amidon que l’on retrouve dans le pain, les pommes de terre, les pâtes, les céréales avec une protéine quelle qu’elle soit … Feux rouge … Panneau STOP : Cette association est ingérable au niveau digestif.

Lorsque l’on sait que la digestion de l’amidon commence dans la bouche grâce aux enzymes salivaires, dans un milieu alcalin et que les protéines entament une digestion dans l’estomac dont le ph est proche de 2 donc très acide, imaginez les dégâts dont les risques de putréfaction. Et qui dit putréfaction dit ballonnements, gaz et lourdeurs. Quelle absurdité dès lors de préparer une purée de pomme de terre ! (association amidon – lait).[bctt tweet= »Quelle absurdité dès lors de préparer une purée de pomme de terre ! (association amidon – lait). » username= »Santenu »]

Ces incompatibilités alimentaires provoquent certes des ennuis digestifs dérangeants comme déjà expliqué mais ils occasionnent aussi une fatigue très importante. N’avez-vous jamais remarqué le coup de pompe après le repas de midi alors que vous devez reprendre le travail ? Ceci est dû simplement au fait que votre organisme doit lutter et puiser dans ses réserves pour digérer. Il serait pourtant si simple de l’aider simplement en mangeant les bons aliments au bon moment.

 

Que manger dès lors ?

L’idéal est donc comme vous l’aurez compris de ne pas associer les féculents avec les protéines mais de plutôt d’allier ces deux types d’aliments avec des légumes verts, plus riches en vitamines et nutriments.

Article précédent

Manger "cru", vraiment indispensable ?

Article suivant

Comment la médecine naturelle soulage vos problèmes gastriques ?

L'auteur

Vanessa Colant

Vanessa Colant

Naturopathe, rédactrice et formatrice en santé naturelle, je travaille principalement sur l’harmonie, l’équilibre vital et la santé globale des femmes grâce à la nutrition, la phytothérapie, l'équilibre émotionnel et énergétique.
Investie à 100% dans mon métier, j'accompagne un maximum de personnes sur le chemin de la santé et du bien être.

1 Commentaire

  1. […] correctement et adaptez votre alimentation en fonction de vos besoins et de votre âge. Apprenez un réguler votre organisme et votre […]

Laisser un commentaire