Défenses naturelles

La DHEA ou le Mythe de Faust

Réparer l’outrage des ans, retarder le vieillissement, c’est le plus vieux rêve de l’Homme…et l’obsession des femmes. D’où l’espoir important qu’avaient suscité les découvertes sur l’hormone antivieillissement, la DHEA, des espoirs aujourd’hui déçus.

C’est ce que révèle une récente étude de la Mayo Clinic dans le New England Journal of Medecine. Découverte par le Pr Etienne Emile Beaulieu, cette hormone que nous possédons tous est produite par deux glandes situées au dessus des reins, les surrénales. Ce qui avait alerté le chercheur, c’est qu’avec l’âge le taux de l’hormone dans l’organisme diminue. En fait dès 30 ans, la courbe de production suit le vieillissement physiologique.

Des études ont montré que la longévité chez les primates et les humains en bonne santé était associé à des taux élevés de DHEA. D’où l’idée logique au départ : si l’on maintient toute la vie la DHEA au taux de nos 20 ans, nos organes ne vieilliront pas. Pour vérifier cette idée des expérimentations furent menées chez des rongeurs, lesquels n’ont quasiment pas de DHEA. Résultat: l’administration de l’hormone présentait bien, chez eux, des effets bénéfiques sur certains paramètres du vieillissement. L’espoir était là.

Et très vite la vente sur internet de cette hormone a explosé. Devant ce marché non contrôlé les autorités de santé se sont inquiété et ont rappelé l’absence de preuve scientifique de l’efficacité de la DHEA et surtout ses risques potentiels avec apparition ou aggravation de certains cancers hormonodépendants et majoration du risque cardio-vasculaire. Une nouvelle étude a été menée sur deux ans chez des personnes de plus de 60 ans, hommes et femmes ; comme dans toute étude scientifique, un groupe de volontaires prenaient soit l’hormone soit du placebo, un faux médicament.

Première conclusion : tous ceux qui avaient pris le vrai médicament ont retrouvé des taux hormonaux identiques à de jeunes adultes. Malheureusement, on n’a pas observé de différences quant aux résultats cliniques entre ceux qui avaient pris la DHEA et le placebo. Les critères d’évaluation de qualité de vie n’ont pas bougé du tout.

Pour les auteurs, il apparaît clairement que prendre de la DHEA pour ne pas vieillir ne sert à rien, sinon  de stimuler les divisions cellulaires et de précipiter l’épuisement mitotique de notre patrimoine génétique (chaque cellule se divise 70 fois dans une vie) avec à la clé un vieillissement accéléré et souvent le cancer.

Depuis le Dr Faust, qui avait conclu un pacte avec le diable, on n’a pas connu de méthodes pour s’approcher de l’éternité.

Article précédent

Un dessert qui vous glace....

Article suivant

MEDICA MENT: Les benzodiazépines

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire