Défenses naturellesNos dossiers

L’attitude de la médecine moderne face au cancer

Les principaux traitements chimiques classiques contre le cancer apparaissent comme terriblement toxiques voir fréquemment mortels. La médecine conventionnelle tente de se convaincre qu’elle mène un « bon » combat, alors que statistiquement elle ne prolonge absolument pas la durée de vie et n’en améliore certainement pas la qualité puisque les substances chimiques utilisées engendrent de très nombreux effets secondaires. Depuis une trentaine d’années d’éminents scientifiques émettent l’hypothèse que le cancer résulte d’un encrassement de l’organisme. En effet, de nos jours l’accumulation progressive de toxines est presqu’inévitable, mais elle est renforcée et devient dangereuse lorsque l’on mène une vie stressante, totalement sédentaire et que le corps est soumis à l’exposition répétitive de produits chimiques et de rayonnements émanant de toutes parts. Les sources actuellement les plus fréquemment reconnues comme étant à l’origine des cancers sont :

– Les pesticides et autres substances chimiques utilisés en agricultures ou pour l’élevage intensif,

– Les molécules employées pour la préparation, la conservation et l’emballage des aliments,

– Les pollutions électromagnétiques et l’exposition aux rayonnements émis par les nouvelles technologies sans fil,

– Les drogues ou médicaments allopathiques accompagnés de nombreux effets secondaires,

– La mauvaise hygiène de vie c’est-à-dire le manque de sommeil, les rares moments d’oxygénation en pleine nature, la trop faible exposition au soleil, la « mal-bouffe », etc.

– Les diverses molécules chimiques présentent dans les cosmétiques et les protections solaires, molécules qui rappelons-le se retrouvent dans notre sang 20 minutes après avoir été appliquées sur la peau.

 

Certes cette liste nous paraît déjà longue et pourtant elle n’est pas encore exhaustive.

L’échec de la médecine moderne face à cette recrudescence de cancer résulte principalement du fait que la majeure partie de la recherche est uniquement orientée sur les traitements, alors que la maladie est déjà bien installée. Elle en ignore totalement les causes et néglige les mesures préventives. Une chose est indiscutable : malgré leurs échecs, les traitements anti-cancers constituent un véritable jackpot pour les laboratoires et renforcent généreusement leur santé financière.

Or, s’il y a bien un secteur de santé dans lequel la prévention est primordiale, c’est celui des maladies dégénératives, dont les cancers. Nous sommes profondément convaincus qu’en révisant entièrement votre hygiène de vie et alimentaire, vous éliminerez presque entièrement le risque de développement de cancers.

Alors comment se fait-il que la plupart des mesures préventives et des traitements alternatifs contre le cancer sont dépréciés, critiqués, ignorés ou complètement occultés par le milieu médical traditionnel, comme par les médias et les organismes de santé publique?

Article précédent

Comment préserver notre capital enzymatique

Article suivant

Quelle est la réelle influence du café sur les cancers ?

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire