Anti-âge

Le rôle essentiel des télomères dans le processus de vieillissement

telomere_caps

Puisque l’on sait maintenant que les télomères occupent une place incontournable dans les processus de vieillissement et donc dans le maintien d’une jeunesse ou d’un rajeunissement, voyons précisément quel est leur rôle.

Dès la naissance, chaque cellule de notre corps contient un noyau. Chaque noyau contient notre patrimoine génétique. Ce patrimoine est inscrit dans les chromosomes eux-mêmes constitués par une double branche d’ADN, chaque branche étant elle-même composée d’unités que l’on appelle les « bases protéiques ». Il faut bien s’imaginer que chaque brin d’ADN contient environ 100 millions de bases. Les bases qui se succèdent ressemblent aux échelons d’une échelle enroulée en spirale. C’est aux extrémités de ces brins (au pied de l’échelle) que se situent les télomères eux-mêmes constitués de plusieurs bases protéiques (environ 15.000).

Dès les premiers instants du développement embryonnaire, les cellules (mères) commencent à se diviser et déjà à ce moment les télomères commencent à raccourcir.

À des rythmes différents, toutes les cellules de tous les tissus se divisent tout au long de la vie. À chaque division cellulaire, les télomères se raccourcissent un peu. Lorsque les télomères ne contiennent plus que 5000 bases survient la mort de vieillesse.

À la façon d’un chapeau protecteur, les télomères assurent l’intégrité et le maintien de l’échelle des ADN. Lorsque ce chapeau devient trop petit, il devient incapable d’assurer ce rôle et les cellules qui le constituent meurent à leur tour.

De nombreux facteurs peuvent accélérer le rétrécissement et la mort des télomères. Parmi eux, l’on compte par exemple : le surpoids ou l’obésité, le manque d’exercice, les stress émotionnels et psychologiques, le tabagisme, l’alcoolisme, la malbouffe, etc. il s’agit d’autant de facteurs qui génèrent des radicaux libres. Ces molécules agressent les télomères et provoquent un raccourcissement et une mort prématurés de ces éléments protecteurs.

Ce phénomène est loin d’être inéluctable. Les dernières recherches scientifiques démontrent avec certitude que l’on peut agir sur ce processus dégénératif et ralentir l’usure de ces télomères.

Article précédent

La nourriture pour vivre une grossesse saine

Article suivant

Protéger son intestin grâce au kimchi

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire