Menu & recherche
Les ampoules fluorescentes….pas toujours bon pour la santé!

Les ampoules fluorescentes….pas toujours bon pour la santé!

Les ampoules fluorescentes : des effets liés à l’eczéma, aux crises d’épilepsie, aux éruptions cutanées et à la migraine.

Les défenseurs de la santé ont mis en garde le Royaume-Uni par rapport à son plan visant à éliminer progressivement les ampoules classiques ( à incandescence) en faveur des ampoules fluocompactes pouvant entraîner de graves problèmes de santé pour les personnes photosensibles.

 

Andrew Langford, dermatologue déclaré : « Les ampoules à incandescence restent la seule source de lumière pour plusieurs milliers de personnes photosensibles ». « Ajoutez à cela les milliers de patients dont les traitements peuvent entraîner comme effet secondaire une sensibilité accrue à la lumière, et vous avez un grand nombre de personnes susceptibles d’être isolées dans l’obscurité ».

 

Le gouvernement britannique envisage d’interdire la vente des ampoules incandescentes à moindre efficacité énergétique après 2011, dans le cadre d’un effort visant à réduire les gaz à effet de serre qui provoquent le réchauffement de la planète. Mais selon certains dermatologues britanniques réputés comme ceux de la British Association of Dermatologits, les ampoules fluocompactes sont reconnues pour aggraver les pathologies cutanées chez les personnes souffrant de dermatoses.

Les ampoules fluocompactes ont été également mises en cause dans la genèse des migraines et des crises d’épilepsie. Environ 100.000 personnes au Royaume-Uni présentent un état de santé qui rend leur peau sensible à la lumière des ampoules fluocompactes. Une interdiction complète de l’éclairage à incandescence pour les personnes vivant de telles situations constituerait une violation de la loi sur la discrimination des personnes handicapées.

« Il est important que les patients souffrant de photosensibilité provoquant des éruptions cutanées soient autorisés à utiliser des lampes qui n’aggraveraient pas leur état» a déclaré le Dr Colin Holden, président de la British Association of Dermatologists.  « Il est essentiel que ces patients puissent être en mesure de se protéger de certaines longueurs d’onde lumineuses  émises par les lampes fluocompactes, d’autant plus qu’ils sont souvent cloîtrés à l’intérieur étant donné qu’ils ne peuvent être exposés à la lumière naturelle ».

Aucun commentaire
Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.