Ma santé

L’exposition au soleil est-elle réellement dangereuse ?

Le soleil s’est fait attendre pendant des mois et quand certains courent se protéger de ses effets, d’autres se précipitent pour en profiter. De partout, on entend de tout concernant les effets sur la santé d’une exposition au soleil. Décodons ensemble le vrai du faux…

 

UN EFFET PROTECTEUR

L’analyse de plusieurs longues études révèle qu’une oxygénation au grand air favorise une bonne santé. Le soleil est en effet essentiel à la synthèse de la vitamine D et il est loin de constituer un risque mortel comme on nous l’a fait croire ces dernières années. Une étude suédoise sérieuse de grande envergure tend à démontrer que l’application de crème-écran ou de produits de protection solaire pourrait doubler les risques de décès prématuré.

Des chercheurs de l’Institut Karolinska en Suède ont rassemblé les résultats d’une étude portant sur près de 30.000 femmes durant une vingtaine d’années. L’étude consiste à analyser le comportement de ces femmes vis-à-vis de leur exposition à la lumière naturelle du soleil en plein air. Des questionnaires ont été établis afin de comprendre leur comportement vis-à-vis du soleil. Les questions portaient, par exemple, sur le nombre de séances de banc solaire qu’elles avaient effectué ou sur le temps qu’elles avaient passé au soleil sans protection.

Les conclusions sont assez parlantes :

D’une part, à la fin de la période d’étude, 2545 femmes étaient décédées et la majorité d’entre elles avait passé très peu de temps à l’extérieur c’est-à-dire à la lumière naturelle. D’autre part, il apparaît clairement que celles qui se sont régulièrement exposées au soleil présentaient des taux de décès précoce beaucoup plus bas en raison du bon taux de vitamine D qu’elles présentaient, taux qui dépend essentiellement de l’exposition directe aux rayons ultraviolets (UVB).

Globalement, le groupe des femmes qui se sont peu exposées au soleil démontrait un risque deux fois plus élevé de décès précoce. C’est ce qu’a déclaré le Dr Pelle Lindqvist, l’auteur principal de cette étude. D’après lui, l’exposition solaire réduite dans les pays à faible ensoleillement pourrait être néfaste à la santé des femmes.

soleil

PRENDRE DISTANCE AVEC LES IDÉES REÇUES

Qu’en est-il alors du mélanome que l’on prétend être causé par la dangerosité des rayons solaires ?

Le soleil est très souvent incriminé comme étant l’un des facteurs principaux de développement du cancer de la peau. Les autorités officielles recommandent d’éviter l’exposition à la lumière solaire afin de se protéger contre le cancer de la peau.

Or l’étude du Dr Lindqvist démontre totalement l’inverse : l’exposition au soleil semble plutôt avoir des effets protecteurs. Non seulement le fait d’éviter le soleil augmenterait la probabilité de développer un cancer de la peau, mais en plus cela augmenterait fortement les possibilités de développer un tas d’autres affections directement associées à une carence en vitamine D. Les auteurs de cette étude confirment que notre corps a inévitablement besoin de soleil pour fabriquer cette vitamine absolument vitale. C’est pourquoi le professeur Dorothy Bennett de l’Université St George à Londres affirme que les personnes qui s’exposent peu devraient dans tous les cas recourir à une supplémentation de vitamine D.

 

LA VITAMINE D, CRUCIALE POUR L’ORGANISME

On estime qu’à l’heure actuelle plus de la moitié de la population mondiale présenterait une carence en vitamine D. Cette vitamine s’avère beaucoup plus importante pour l’ensemble de l’organisme que ce que l’on a pu nous faire croire jusqu’à présent.

On sait qu’une carence en vitamine D provoque un retard de croissance et éventuellement du rachitisme chez les enfants. Chez l’adulte, elle occasionne de l’ostéopénie et de l’ostéoporose jusqu’à augmenter fortement le risque de fracture. Mais les dégâts d’une carence en vitamine D sont beaucoup plus étendus. C’est ce que confirment de nombreuses recherches qui ont mis en lumière que cette carence accroît fortement les risques de cancers, de maladies auto-immunes, de maladies infectieuses et de maladies cardiovasculaires.

Article précédent

4 aliments pour améliorer votre sommeil

Article suivant

4 aliments contre la dépression!

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire