Défenses naturellesNos dossiers

L’hypertension: quelles solutions efficaces?

L’un des indices premiers de la santé cardiaque est la pression ou tension artérielle (pression exercée par le flux sanguin sur la paroi des vaisseaux). Maintenir sa tension artérielle à un niveau normal contribue indéniablement à prévenir les accidents circulatoires, vasculaires et cérébraux.

 

Pourtant, l’hypertension artérielle est très fréquente puisqu’elle touche environ 10 millions de personnes en France. Cette maladie sournoise est en général asymptomatique, cependant il faut s’en méfier, car elle endommage les artères et ses complications sont redoutables. Elle constitue un facteur de risque majeur d’accidents cardiaques.

La plupart des médecins qualifient l’hypertension d’« essentielle », terme qui signifie que la cause de la maladie est inconnue. Ce qui n’est pas réel puisque l’hypertension est la conséquence directe de facteurs bien connus qui conduisent à un durcissement des artères, ou encore d’autres facteurs qui perturbent le fonctionnement des reins dans la régulation des liquides corporels.

N’oublions pas non plus que le durcissement des artères, notamment par excès de cholestérol, favorise l’hypertension.

Comme beaucoup de maladies dégénératives, l’hypertension est corrélée à une mauvaise hygiène de vie dont le stress, le manque d’exercice physique, le tabagisme, l’obésité, l’excès de consommation de sucres, de sel et de graisses raffinées.

 

Il existe sur le marché de nombreux médicaments contre l’hypertension, mais dont les effets secondaires sont aussi variés que nombreux. Il existe 3 grandes classes de médicaments pour l’hypertension :

 

1. Les bêta bloquant (Avlocardyl®, Corgard®, Kredex®, Lopressor®, Sectral®,…) dont les effets secondaires sont nombreux : impuissance, fatigue, troubles du sommeil, troubles digestifs, refroidissement des extrémités, asthme.

2. Les antagonistes calciques (Amlor®, Isoptine®, Loxen®, Tildiem®,…) dont les effets secondaires sont également nombreux : bouffées de chaleur, maux de tête, jambes lourdes, étourdissements, fatigue.

3. Les inhibiteurs de l’enzyme de conversion (Captirex®, Captolane®, Coversyl®, Lopril®,…) dont les effets secondaires sont moins importants : toux sèche, vertiges, maux de tête, fatigue.

 

Saviez-vous que nombre d’aliments peuvent produire le même résultat que divers types de médicaments permettant de réduire une tension trop élevée ?

 

— Le céleri possède un principe actif (le 3-n-butylephthalide) agissant dans ce cas. C’est cette substance qui donne au légume son odeur caractéristique. Le céleri en renferme une très grande quantité, ce qui en fait un remède absolument unique. Cette substance agirait sur la tension artérielle en réduisant le taux d’hormones de stress, lequel influe sur la constriction des vaisseaux sanguins. Cet aliment serait donc particulièrement efficace dans les cas où l’élévation de la tension artérielle est liée au stress mental.

 

— Un autre remède légendaire contre l’hypertension est l’ail. Consommé cru ou cuit (quoiqu’il soit plus puissant cru), il exercerait une action étonnante sur la pression sanguine. On attribue en partie les vertus médicinales du jus d’ail à son action relaxante sur les muscles lisses des vaisseaux sanguins, laquelle ne peut qu’être favorable à la dilatation des vaisseaux. Il renferme de l’adénosine, substance qui a effectivement la propriété de décontracter les muscles lisses, comme l’ont démontré des chercheurs de l’Université George Washington.

 

— L’oignon, autre source d’adénosine, contient en outre de petites quantités de prostaglandines reconnues pour leurs effets hypotenseurs.

 

— Une série d’études sur les huiles de poisson ont permis de conclure qu’elles ont bel et bien des propriétés thérapeutiques dans le cas de l’hypertension. Peter Singer, un chercheur berlinois, soutient que de petites doses d’huile de poisson sont aussi efficaces pour réduire la tension que les bêtabloquants (l’indéral, par exemple) régulièrement prescrits dans les cabinets médicaux. Si la consommation de poisson n’entraîne pas les changements attendus, elle pourra tout au moins renforcer l’efficacité du médicament, permettant ainsi d’en abaisser la dose.

Quelle quantité de poisson faut-il consommer pour réduire la tension artérielle ? 100 g de maquereau de l’Atlantique ou 120 g de saumon rose ou encore 200 g de sardines (même en conserve) suffiraient. Avec cette ration, la chute enregistrée a même été assez importante dans certains cas pour que les médecins chercheurs puissent mettre fin au traitement médicamenteux. Une autre étude, réalisée cette fois au Danemark, suggère que la consommation de trois portions de poisson par semaine suffirait à maîtriser la pression artérielle. On en conclura que trois portions moyennes de poisson gras — saumon, maquereau, hareng, sardines ou thon — par semaine fournissent à la plupart des gens assez d’oméga-3 pour réguler leur tension artérielle.

 

— Des travaux récents menés dans le monde entier viennent confirmer que de hautes doses d’huile d’olive abaissent légèrement la pression artérielle même chez ceux dont la pression est normale.

 

— D’autres substances, dont le potassium et le sélénium, présentes elles aussi dans les poissons de mer, contribueraient également à abaisser la tension et à réguler le rythme cardiaque. Le potassium, micronutriment présent dans les fruits, les légumes et les produits de la pêche, possède des effets antihypertenseurs non négligeables. Il est maintenant prouvé que l’addition de potassium au régime habituel peut réduire la tension artérielle et que sa carence peut augmenter la tension et même occasionner de l’hypertension.

 

— C’est un fait médicalement avéré que les régimes riches en fruits et en légumes contribuent à réduire l’hypertension. Le Dr Sacks demeure convaincu que les propriétés hypotensives des fruits et des légumes sont attribuables à des agents particuliers tels que les fibres. Pour des raisons mystérieuses, les fibres des fruits auraient un effet antihypertenseur plus marqué que celles des légumes ou des céréales.

Une autre explication de l’action bienfaisante des fruits et des légumes serait que les antioxydants accroissent, selon un processus très complexe, la concentration de prostacycline dans le sang. Ces substances hormonales ont un effet vasodilatateur qui réduirait la tension artérielle. À moins que la vitamine C ne soit l’agent bienfaisant ?

Saviez-vous qu’une carence en vitamine C peut faire monter votre tension artérielle ? Veillez donc toujours à vous nourrir de manière à absorber une quantité suffisante de cette vitamine. Selon le Dr Christopher, la vitamine C contenue dans les fruits et les légumes serait un remède très puissant pour prévenir l’élévation excessive de la pression sanguine.

 

— Des spécialistes prétendent que l’hypertension pourrait aussi être due à une carence en calcium plutôt qu’à un excès de sodium dans l’organisme. Il semble, en fait, qu’une quantité adéquate de calcium puisse annuler les effets hypertenseurs du sodium chez certains individus.

Le lait et les laitages sont, bien sûr, des aliments riches en calcium et donc susceptibles de réduire la tension artérielle, mais n’oublions jamais quel la proportion calcium absorbé à partir de ces produits n’est que de 5 à 10 % du total du calcium contenu. Le reste du calcium transporté par le sang ne fait à la longue, qu’encrasser les artères et surcharger les reins. Sans parler des problèmes digestifs, inflammatoires et allergiques, occasionnés par les laitages chez les personnes qui sont particulièrement sensibles.

Beaucoup ignorent que le calcium peut se trouver en quantité très importante et sous une forme très assimilable dans d’autres aliments tels que les légumes verts à feuilles (chou frisé, brocoli, chou cavalier et navet), sardines (même en conserve), le saumon non désossé…

 

Faut-il supprimer le sel ? Cela peut s’avérer efficace, mais l’inverse est aussi possible : tout dépend de la constitution biologique de chacun. Il vaut la peine de le mettre à l’essai pour s’en assurer. Un excellent moyen de réduire le sel dans son alimentation est de limiter sa consommation d’aliments traités industriellement, lesquels fournissent environ 75 % de l’apport total en sodium de la ration alimentaire.

De toute manière, que l’on souffre ou non d’hypertension, il est préférable d’utiliser parcimonieusement le sel, car le sodium peut endommager les vaisseaux sanguins et favoriser les accidents vasculaires cérébraux de bien d’autres manières, comme l’affirme le Dr Louis Tobian. Tous ceux qui sont atteints de troubles rénaux ou cardiaques, ou d’hypertension devraient donc réduire leur consommation de sel.

 

Par contre il existe un sel combiné au chitosan (Sel-chito)  qui a montré dans une étude clinique que il avait un effet hypotenseur.

— Au terme d’une analyse de la question, les chercheurs australiens ont conclu que, chez les hommes et les femmes de tous groupes ethniques et de tous âges, la tension artérielle augmente sous l’effet des boissons alcoolisées, qu’il s’agisse de la bière, du vin ou des spiritueux. Il semble aussi que plus le volume d’alcool consommé est élevé, plus la tension augmente. Ainsi, chaque verre ingurgité quotidiennement ferait monter la tension systolique de 1 mm Hg. L’alcool serait, de ce point de vue, plus dangereux que le sodium, prétendent les experts australiens.

 

EN BREF : Si vous voulez prévenir les élévations de tension artérielle, ne buvez pas plus de deux verres d’alcool ou de vin par jour. On se rappellera en outre que l’alcool peut annuler les effets bénéfiques d’un régime riche en sel et des médicaments hypotenseurs.

 

— D’une manière générale, il n’est pas obligatoire de renoncer au café, car il n’augmente pas la tension chez les personnes en bonne santé si ce n’est de façon notable chez les hypertendus ! Si cependant le stress vous affecte habituellement, il est possible que, en augmentant votre tension artérielle, la caféine ait sur vous des effets nocifs.

 

• Stratégie naturelle contre l’hypertension

La stratégie de traitement contre l’hypertension dépendra surtout de l’importance du problème. Est considérée comme normale une tension artérielle inférieure à 14/9 cmHg.

Dans l’hypertension légère à modérée (en dessous de 18/11), il faut toujours privilégier l’approche naturelle en utilisant un oligomer de chitosan à haute densité extrait du crabe.

Les chercheurs pensent que le mécanisme d’action favorable du Chitosan dans l’hypertension artérielle consiste en une amélioration de la production d’oxyde nitreux (NO) par les cellules endothéliales des vaisseaux. En effet, les cellules endothéliales qui forment la couche interne des vaisseaux constituent une importante source d’oxyde nitreux (NO), qui est lui-même un puissant vasodilatateur.

 

Article précédent

L’athérosclérose: qu'est ce que c'est? et comment prévenir ou soigner?

Article suivant

L’hypoglycémie: quoi faire?

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire