Défenses naturellesNos dossiers

L’hypoglycémie: quoi faire?

 

hypoglycemie photoLes glucides provenant de notre alimentation sont décomposés par l’organisme pour produire des sucres simples (le glucose) qui passent dans le sang et sont transportés dans notre corps afin de fournir de l’énergie à nos cellules. Le taux de glucose) dans le sang ou glycémie doit normalement demeurer relativement stable, car les variations en excès (hyperglycémie) ou en manque (hypoglycémie) sont préjudiciables pour la santé. Normalement, l’organisme, qui tente toujours de maintenir l’homéostasie (état d’équilibre physiologique), agit par divers moyens afin de maintenir la stabilité du taux de la glycémie.

La glycémie est en grande partie contrôlée par l’insuline, une hormone sécrétée par la partie endocrine du pancréas. Le rôle de l’insuline est de permettre au glucose de quitter le sang pour pénétrer dans les cellules. Lorsque le pancréas, l’insuline et les cellules ne fonctionnent pas en harmonie, cela peut donner lieu de façon passagère à de l’hypoglycémie, et de façon plus durable et plus grave à la résistance à l’insuline et au diabète.

 

  • Les signes d’hypoglycémie

Les manifestations diverses provoquées par l’hypoglycémie surviennent à distance des repas et disparaissent généralement avec une prise d’aliment.

Les signes dus à une sécrétion réactionnelle d’adrénaline peuvent être :

— des sueurs froides,

— des tremblements fins,

— des maux de tête,

— des palpitations,

— de l’anxiété,

— de la pâleur,

— une sensation de faim impérieuse.

Par contre, les autres signes tels que :

— fatigue soudaine,

— difficultés à se concentrer,

— confusion mentale,

— troubles de la vue,

— sensation de faiblesse dans les jambes,

— un malaise vagal pouvant aller jusqu’à la perte de connaissance.

sont dus à l’hypoglycémie elle-même, car il s’agit d’un paramètre essentiel au bon fonctionnement de l’organisme et auquel le cerveau est hypersensible.

 

Des erreurs alimentaires répétées et identiques conduisent selon les cas à l’hypoglycémie, à l’insulino-résistance, au diabète ou à l’obésité. (Voir ci-après « la résistance à l’insuline et le diabète »).

La sensibilité alimentaire peut être responsable à 75 % des problèmes d’hypoglycémie.

À vous de rechercher les aliments coupables, en tenant compte des données suivantes.

 

  • Erreurs à éviter

— Ne consommez pas trop de glucides raffinés, car cela entraîne une élévation rapide de la glycémie. En effet, le pancréas réagit en sécrétant une forte quantité d’insuline qui abaisse anormalement le taux de la glycémie, et cela vous donne « à nouveau » envie de glucides raffinés.

— L’alcool augmente les risques d’hypoglycémie. C’est important à savoir pour les alcooliques, parce que les crises d’hypoglycémie leur donnent encore plus envie d’alcool, et s’installe alors un cercle vicieux difficile à briser.

— La caféine peut conduire à une hypoglycémie ainsi que le thé, le cacao ou le coca-cola.

 

  • La solution diététique

— Consommer préventivement des sucres (simples ou complexes), mais de toute façon non raffinés, c’est-à-dire avec leurs fibres et leurs micronutriments d’origine, qui leur procurent un index glycémique bas et un apport suffisant en micronutriments de qualité.

— Les fibres des pommes et de l’avoine aident à maintenir des taux de glycémie normaux.

— Une supplémentation en chrome équilibre la glycémie.

— Le magnésium, le manganèse, le potassium, le sélénium, le zinc et les vitamines du groupe B sont également utiles au maintien de cet équilibre.

— Exemples d’aliments à consommer : fruits frais, légumes frais, produits céréaliers complets, légumes et fruits oléagineux.

 

—— PROTOCOLE NATUREL DE TRAITEMENT DE L’HYPOGLYCÉMIE ——

 

1          Picolinate de  Chrome *                        1 gélule par jour au repas (matin).

0,11 mg

 

Article précédent

L’hypertension: quelles solutions efficaces?

Article suivant

La spasmophilie: quelques conseils utiles!

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire