Menu & recherche
L’influence des industriels de l’alimentation sur la politique de santé publique

L’influence des industriels de l’alimentation sur la politique de santé publique

Si de nombreuses personnes se rendent actuellement compte des liens entre l’industrie pharmaceutique et les organismes d’État chargés de la santé publique ou des conflits d’intérêts qui lient médecins et chercheurs impliqués dans ces deux secteurs, moins nombreux sont ceux qui sont conscients de l’énorme influence des industriels de l’alimentation. Les fabricants de denrées alimentaires ou de boisson ont un impact énorme dans la politique de santé de nos états et sur les allégations nutritionnelles diffusées auprès de la population.

Marion Nestlé, avocate dévouée à la santé publique, a été pendant 15 ans présidente du département de la nutrition, des études portant sur la nourriture et de la santé publique à l’université de New York.

Ces différents ouvrages portent sur 20 ans d’expérience de compromission et d’influence dans le domaine de la santé publique. Elle déclare que quiconque veut réguler son poids ou sauvegarder sa glycémie doit arrêter de consommer des boissons industrielles et sucrées. Excessivement riches en calories, totalement dépourvus d’éléments nutritifs (contrairement aux arguments publicitaires qui nous font croire l’inverse), les sodas et autres boissons sucrées n’ont aucun impact bénéfique sur la santé. Ces boissons ne sont porteuses que de négatif et elles n’ont rien à faire dans notre corps !

 

D’après cette magistrate, supprimer du quotidien les sucreries et les sodas industriels serait sans aucun doute la meilleure chose et la mesure indispensable à prendre pour enrayer l’épidémie actuelle d’obésité.

 

Les grosses sociétés telles que Coca-Cola sont intimement convaincues que leurs cotations en bourse et leurs bénéfices sont directement liés aux allégations officielles de santé. Ainsi dès que leur chiffre baisse, elles accusent les pouvoirs publics et leurs recommandations qui conseillent de diminuer la consommation de sucres pour tenter de diminuer les risques sanitaires liés à l’obésité.

Dans son ouvrage « Soda Politics : Taking on Big Soda (and Winning) », Marion Nestlé explique comment des collaborateurs travaillant dans certains organismes de santé publique ont été payés par les grosses multinationales des sodas pour promouvoir leurs ventes.

Ces mêmes industriels vont jusqu’à payer des personnes pour créer de fausses pétitions ou des pilotes d’avion pour circuler au-dessus des villes avec des banderoles qui allaient dans le sens de la diminution de la consommation de sodas. Tout cela était mis en place pour se donner bonne conscience et faire croire à la population que ces entreprises se soucient de la santé publique. Cependant dès que des mesures telles que l’interdiction de ventes de boissons sucrées dans les restaurants, les salles de cinéma, les complexes sportifs ou tout autre lieu public sont proposées, discutées et prêtes à être votées par les comités de santé, les industriels « arrosent » copieusement quelques décideurs pour les faire changer d’avis et finalement bloquer les décisions et les lois.

Marion Nestlé affirme que l’on ne peut imaginer les sommes et les moyens colossaux que ces types d’industries mettent en œuvre pour que leurs produits continuent à se vendre tout en faisant croire qu’ils sont soucieux de notre santé.


Source pour cet article : http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2015/10/11/soda-politics.aspx?e_cid=20151011Z1_DNL_art_1&utm_source=dnl&utm_medium=email&utm_content=art1&utm_campaign=20151011Z1&et_cid=DM87905&et_rid=1164503681

Aucun commentaire
Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.