AlimentationMa nutritionMa santé

Manger des fraises quand vous mangez du poisson pour éviter les métaux lourds!

Dans le cadre de recherches scientifiques en cours sur les métaux lourds, j’ai identifié et documenté substances anti métaux lourds qui ont une affinité naturelle remarquable pour « capturer » les métaux lourds.

Cela est particulièrement important en raison de tout le mercure présent dans certains types de poissons. La FDA a récemment averti que les femmes enceintes devraient manger moins de poissons qui contiennent des niveaux de mercure les plus élevées, mais l’agence n’a pas donné aux femmes  de véritables solutions pour bloquer l’absorption du mercure lors de la digestion.

Heureusement, il existe des moyens de se protéger contre ces métaux lourds toxiques lors de la digestion. Le secret de tout cela se trouve dans certaines substances naturelles qui capturent et aident à éliminer les métaux lourds de votre tube digestif, vous empêchant de les absorber.

Comment peut-on facilement (et à bon marché) piéger le mercure alimentaire ?

Le mercure est le métal lourd le plus facilement capturable de tous.

La recherche a constaté que les fibres de fruits insolubles sont extrêmement efficaces pour la capture du mercure lors de la digestion. Le mercure est unique en ce sens, que ces fibres sont très pauvres en liaison avec le plomb, le cadmium, l’arsenic et d’autres métaux. Mais ils collent au mercure facilement.

D’après Mike Adams qui dirige son propre laboratoire de recherche au Texas, la fibre de fruit la plus efficace de toutes est – croyez-le ou non – la fibre de fraises.

fraise

Manger des fraises pour bloquer le mercure alimentaire!

Dans les tests, les fraises ont été en mesure de capter plus de 95% de tout le mercure ajouté à la solution d’acide gastrique dans un simulateur de la digestion humaine.

Cet effet a également été confirmée pour les fraises lyophilisées mais pas pour le jus de fraise parce que le jus pur manque de fibres.

Pourquoi les fraises? Parce que les fraises sont le seul fruit avec des graines sur l’extérieur. Sous un microscope, vous pouvez voir que chaque graine de fraise minuscule est reliée au centre de la fraise par un faisceau de fibres végétales. Ces fibres, il s’avère, sont incroyablement fortes et ne sont pas faciles à digére. Ils passent à travers vous en grande partie intact, tout comme les fibres de psyllium ou des fibres végétales insolubles.

Isolé sous un microscope, ces fibres de fraises sont également translucides. Et ce qui est vraiment étonnant, c’est que ils résistent à la digestion avec de l’acide nitrique. Dans le conduit gastro-intestinal, ils fonctionnent comme des «éponges de mercure » qui captent mercure avec une efficacité incroyable.

Si vous n’aimez pas les fraises, vous pouvez utiliser d’autres fruits comme les agrumes (mangé cru et entier, bien sûr, avec toutes les fibres intactes). Les meilleurs fruits après les fraises sont des fruits d’agrumes, suivis par les pommes et les poires.

 

Le beurre d’arachide est encore mieux que les fraises!

Vous trouverez probablement  fascinant, que le beurre d’arachide capte le mercure encore mieux que les fraises, avec une efficacité de 96% qui est incroyable dans le captage du mercure alimentaire. Que diriez-vous d’un thon au beurre ?

Lorsque vous mangez du poisson de l’océan, le thon, les fruits de mer ou des sushis, vous avez probablement manger du mercure.

Comment vous protégez du mercure?

Manger des fraises entières et fraîches avec votre repas. Ou si vous n’aimez pas les fraises, manger un peu de beurre d’arachide. Si ces produits ne sont pas disponibles, manger une salade et mâcher la vraiment bien pour assouplir les fibres et ainsi augmenter leur « pouvoir collant » pour capter le mercure.

Article précédent

Soigner la sphère gastro-intestinale grâce à des plantes médicinales

Article suivant

Rester en forme toute la journée : 4 astuces pour y arriver

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire