Défenses naturellesEnergie

Pourquoi il faut faire de L’EXERCICE PHYSIQUE

 Quelles que soit la théorie ou la recette de bien-être à laquelle vous vous référerez, il vous sera toujours conseillé, de pratiquer un exercice physique, généralement doux, et adapté à votre tempérament et à vos goûts. Effectivement, d’un point de vue naturopathique le mouvement est vu comme un aliment vital au même titre que l’eau ou les aliments eux-mêmes. Certains iront jusqu’à affirmer que la sédentarité est la mère de tous les maux.

 

Il semble que l’instinct naturel de l’homme soit le mouvement. Si vous observez un jeune enfant, vous constaterez qu’il a continuellement besoin de bouger, et qu’il est en perpétuelle activité physique. Malheureusement, notre société occidentale « anesthésie » physiquement nos enfants. De nos jours et dans notre civilisation « intellectualisante », il semble plus important de « faire des têtes bien pleines » que des corps sains. Dès lors, l’instinct de mouvement du jeune enfant s’émousse rapidement, il perd son énergie vitale, épuisé par le travail intellectuel et les horaires abrutissants. La nourriture de mauvaise qualité, et le manque d’oxygénation et d’amour achèvent le travail de sape déjà bien entamé par un héritage judéo-chrétien qui voit le corps et tout ce qui s’y rapporte comme tabou et objet de péché.

 

Dès lors, le plus difficile semble généralement de redonner le goût du mouvement aux personnes sédentaires. Cependant, le chemin de la santé passe inévitablement par le retour au goût du mouvement et au goût de boire de l’eau. Ces deux éléments permettront d’augmenter le mouvement des liquides humoraux et de solliciter l’appareil cardio-vasculaire et ostéo-articulaire. Ce qui aboutira en fin de compte à un nettoyage ou une désincrustation tissulaire en profondeur de l’organisme. De plus, l’exercice physique adapté générera aussi un équilibre psychologique et énergétique. En effet, lors du mouvement, le muscle fait office de « pompe » ou de « relais », qui absorbe et attire l’énergie vitale et cosmique, ce qui aura pour conséquence une recharge en énergie vitale de l’organisme de manière globale.

 

Le manque d’exercice et de mouvement de nos populations favorise l’acidose tissulaire et le développement excessif des radicaux libres. En effet, la sédentarité réduit la fonction pulmonaire. Or, les poumons permettent déjà d’éliminer une partie des acides de l’organisme, il s’agit des acides dits volatils. De plus, le manque d’oxygénation se répercute au niveau des tissus, entraînant un encrassement, ce qui amoindrit toutes les fonctions organiques nécessitant toutes un apport d’oxygène.

 

Un exercice doux, telle une marche au grand air, du yoga, du taï chi chuan, de la natation ou même un séjour en altitude, favorise le métabolisme en général, et accélère les rythmes cardiaques et respiratoires. Ceci permet d’augmenter l’élimination des acides faibles, de mobiliser les liquides organiques et contribue ainsi à une désacidification de l’organisme.
Si vous pratiquez par exemple une marche d’au moins une demi-heure, en plein air et au calme, en fin de journée, cela facilitera l’élimination du stress et vous procurera une saine fatigue propice à un sommeil réparateur.

 

Les chercheurs ont constaté qu’une simple journée au grand air provoque une acidification des urines, acidification qui résulte d’une part de l’augmentation du métabolisme musculaire, producteurs d’acide lactique, et d’autre part de l’augmentation générale du métabolisme de base. L’oxygénation oxyde ou neutralise de nombreux acides tissulaires, et l’augmentation du métabolisme basal accompagnée d’une plus grande circulation des liquides interstitiels permettra d’éliminer ces acides par les reins.
De nombreuses publications sur la biologie du sport révèlent qu’une supplémentation en acides gras polyinsaturés de la série ω3 (oméga-3) permet une amélioration des performances sportives en endurance et en altitude. Il faut savoir que l’oxygène se raréfie dès que l’on atteint une altitude supérieure à 2000 m.

 

L’absorption d’ω3 et d’huile de poisson est donc particulièrement indiquée pour les sports d’endurance, les sports de haute montagne et les disciplines sportives de moyenne altitude, mais elle améliorera les performances physiques de manière générale.
Le meilleur choix pour améliorer vos performances physiques, mais aussi pour conserver la santé consiste donc à opter pour une supplémentation en acides grasse ω-3, associée à un complexe d’antioxydant.

 

Par contre, éviter les exercices trop intenses et prolongés qui sont, eux, producteurs de radicaux libres.

Article précédent

Pathologies cardio-vasculaires : avantage aux médecines naturelles

Article suivant

Principales sources de nutriments antioxydants

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire