Nos dossiers

Pourquoi est il si risqué de ne pas manger BIO ?

Prendre la décision de consommer des aliments d’origine biologique résulte généralement de deux motivations principales, l’une souvent personnelle, à savoir améliorer ou préserver sa bonne santé, une autre, relevant plutôt d’une prise de conscience avec pour but de protéger la planète en respectant la nature, les animaux et ainsi toutes les créatures qui la peuplent.

Les normes et cahiers des charges auxquels doivent répondre les aliments certifiés « biologiques » sont très stricts et interdisent totalement l’usage d’engrais chimiques, pesticides, fongicides ou herbicides de synthèse. Ils ne peuvent ni provenir, ni contenir de substances génétiquement modifiées (OGM). La conservation et la transformation de ces aliments doivent se faire sans additif, agent de conservation, colorant ou arôme artificiel, ni aucune méthode d’irradiation. L’aliment biologique est produit dans le respect de l’environnement et dans une optique de développement durable

.On sait aujourd’hui que de nombreuses maladies tels les cancers, les maladies auto-immunes ou encore les allergies peuvent être provoquées par des produits chimiques, or le nombre et la quantité de pesticides et autres produits de synthèse dont on se sert en agriculture n’a fait que croître durant ces 50 dernières années. Selon certains spécialistes l’hyperkinésie, le manque d’attention et de concentration… pourraient également être liés à des intoxications de l’organisme chez les enfants, beaucoup plus sensibles à ces substances nocives. Il a également été prouvé que des taux élevés de substances chimiques pouvaient entraîner une nette baisse de la fertilité masculine, ainsi que des malformations génitales chez les bébés. Même l’OMS confirme la supériorité nutritionnelle des aliments d’origine biologique, ce qui n’est pas peu dire !

Une alimentation idéale doit être variée, riche en éléments indispensables à la vie : vitamines, oligo-éléments, anti-oxydants, acides gras, fibres…, mais elle doit également nous apporter de l’énergie, énergie qui est beaucoup plus importante dans les aliments non transformés et non pollués que dans ceux issus de la grande production, ayant subis de nombreux traitements chimiques et transformations industrielles, et ainsi vidés de leur énergie et très pauvres en nutriments. Qu’il s’agisse de légumes à feuilles, de légumes racines ou de tubercules, nombre d’études comparatives montrent que les légumes biologiques contiennent généralement plus de vitamines (A, C, du groupe B), de minéraux (magnésium, fer, calcium…), de polyphénols (antioxydants), d’acides aminés et d’acides gras essentiels.

Même si nous déconseillons la consommation régulière et excessive de produits laitiers et carnés, il faut reconnaître que les produits animaux (lait et viande) d’origine biologique sont plus riches en acides gras poly insaturés (oméga 3 et 6) et dépourvus d’antibiotiques et d’hormones. Ces critères sont directement liés à l’alimentation des animaux qui est plus naturelle (à base d’herbe pour les vaches laitières, par exemple) et aux conditions d’élevage.

Si vous ne vous souciez que peu de votre santé ou de l’avenir de notre planète, laissez-vous au moins convaincre par la saveur et le goût nettement meilleurs, originels et plus marqués de la nourriture biologique. En effet, ces produits cultivés à leur rythme dans un sol riche et fertile, et récoltés à maturité ont acquis beaucoup plus d’éléments nutritifs, ce qui leur donne la chance d’être très goûteux et plus rassasiants. Les délais entre les récoltes et la diffusion de ces aliments sont de courtes durées préservant ainsi capital « nutritionnel », « énergétique » et « goût ».


Un article qui pourrait également vous intéresser : Manger bio peut vous guérir ! 

Article précédent

La colopathie fonctionnelle

Article suivant

Découvrez une nouvelle manière de protéger votre cerveau et votre santé

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire