Digestion-TransitMa santé

Protéger son intestin grâce au kimchi

Il est absolument impératif de réaliser que notre mode de vie un impact fondamental sur notre santé.

 

Même si il y a 2500 ans Hippocrate affirmait déjà : « que ton aliment soit ton médicament », la société industrielle et la plupart de nos concitoyens ont oublié ce principe de base de la vie et de la santé.

Actuellement, il y a un regain d’intérêt pour la nourriture saine et de plus en plus d’études scientifiques confirment que des problèmes aussi graves que des maladies cardiaques que le diabète peuvent réellement être influencées par la qualité de l’alimentation d’une personne.

Si l’alimentation à elle seule ne peut pas toujours venir à bout de certaines pathologies, un fait est certain, c’est que sur le long terme elle façonne notre terrain, terrain qui constitue le terreau d’éventuelles futures pathologies. Il faut donc surtout considérer l’hygiène alimentaire de manière préventive et quant à ses effets à long terme.

Et lorsque l’on parle d’hygiène alimentaire et de nourriture, il s’agit bien entendu de nourriture saine, naturelle, non traitée, non transformée et qui n’a subi aucune manipulation génétique.

L’un des organes fondamentaux au maintien de la santé est l’intestin. Certains lui octroient même l’appellation de « deuxième cerveau ».

Soutenir la flore et le bon fonctionnement intestinaux revient à amplifier le potentiel santé de notre corps. Il s’agisse d’indigestion, de gaz, de ballonnements, de crampes et de douleurs dans le ventre, de constipation ou encore de diarrhées, ce sont là autant de signes d’un dysfonctionnement intestinal et d’un déséquilibre de la flore. Il faut savoir que la nourriture transformée, les additifs, les métaux lourds et les pesticides ont tendance à détruire ce biotope.

Les scientifiques s’accordent actuellement pour connaître que 80 % de notre système immunitaire dépend de l’état de l’ensemencement de notre intestin. Pour maintenir ce milieu idéal il est conseillé de manger des aliments fermentés ou dorés ensemencés régulièrement sa flore avec des compléments contenant un très grand nombre de germes salutaires.

kimchi

 

En Corée, un des plats traditionnels appelés kimchi est constitué de légumes fermentés et d’un mélange de poivrons, de piments, d’oignons blancs, d’ail et d’épices. Cette préparation permet de détoxifier et d’évacuer les produits toxiques tout en reconstituant la flore intestinale.

 

Une étude de 2009 a démontré qu’un insecticide organo-phosphaté était dégradé à 83 % en 3 jours lors de l’absorption de kimchi et totalement après 9 jours.

Le docteur Natasha Campbell-McBride a mis au point le régime des lacunes qui permet de réparer la perméabilité intestinale. On sait maintenant que l’allergie ou les problèmes auto-immunes un trou vraisemblablement leur origine dans une hyper-perméabilité intestinale. Mais il n’y a pas que cela puisque cette femme médecin a démontré le lien entre la perméabilité intestinale et des troubles psychologiques, neurologiques ou intellectuels tels que l’autisme, l’hyperactivité et les troubles de l’attention ou simplement les difficultés scolaires. Le bouillon d’os semble être l’une des clés du régime préconisé par ce médecin. Ce bouillon est fort populaire dans les milieux de la nourriture originelle et des régimes paléolithiques. Il fait partie des nourritures traditionnelles et a été prisé de tout temps et à travers le globe pour sa richesse en éléments nutritifs.

Moringa est le nom d’une plante indigène de l’Inde, du Pakistan, du Bangladesh et d’Afghanistan. Elle est connue pour sa longue liste de vertus médicinales. Ces feuilles qui peuvent être consommés à la manière de celles des épinards, crues ou cuites, regorgent de vitamines et de minéraux. Leur haute teneur en fibres et leur activité anti-bactérienne la rendent également très précieuse. Le moringa contient aussi des isothiocyanates qui ont démontré un effet protecteur contre l’infection du pylore par l’Helicobacter pylori, une bactérie impliquée dans les ulcères gastriques, les reflux acides et le cancer de l’estomac.

Sans doute plus connue que la plante précédente, l’aloès vera par le gel qu’il dégage tapisse la paroi intestinale lui rendant ainsi son imperméabilité et lui permettant de se réparer. Il s’ensuit une amélioration de l’absorption des éléments nutritifs et de problèmes intestinaux tels que la maladie de Crohn, la rectocolite, le syndrome du côlon irritable et même les reflux gastro-œsophagiens.

 

Le jus d’aloès est élaboré à partir des feuilles les plus épaisses de la plante, plante qui est facilement cultivable qui se développe assez rapidement.

 

Les graines de Chia constituent un autre apport de fibres et de principes fîtes chimiques anti-inflammatoires qui peuvent venir à la rescousse de votre système gastro-intestinal. Pour bénéficier de ses vertus, la prise de deux cuillères à soupe par jour suffit.

Article précédent

Le rôle essentiel des télomères dans le processus de vieillissement

Article suivant

Le thé vert aide à perdre du poids

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire