Défenses naturelles

Retour aux plantes médicinales dans l’alimentation

téléchargement

L’intégrité de notre paroi intestinale et de sa flore est sans conteste garante de santé et de longévité. C’est pour cette raison qu’il est conseillé d’intégrer dans l’alimentation le bouillon d’os, le Moringa (plante indienne), l’aloe vera, les graines de chia ou encore du psyllium pour fournir des fibres et pour favoriser, renforcer ou restituer la perméabilité de la paroi de cet organe vital. D’autres plantes très bénéfiques peuvent également être utilisées dans notre alimentation quotidienne afin de renforcer l’effet des précédentes et d’améliorer les fonctions digestives et intestinales. Aux yeux de certains cela pourrait passer pour des remèdes de grand-mère et pourtant ce sont des médecins très compétents qui conseillent leur utilisation au quotidien.

C’est ainsi que d’après le Dr John La Puma, un médecin-chef professionnellement qualifié, le  gingembre serait probablement aussi puissant qu’un comprimé d’ibuprofène pour apaiser les douleurs menstruelles, et cela que l’on prenne le gingembre sous forme de capsule ou frais à mâcher. Une analyse récente conclut que la prise de 750 à 2000 milligrammes de poudre de gingembre pendant les quatre premiers jours du cycle menstruel constituerait un traitement efficace et préventif pour ce type de douleur.

La menthe poivrée a toujours été reconnue comme antidouleur et antispasmodiques. C’est ainsi qu’elle permettrait d’apaiser le syndrome du côlon irritable. C’est cette herbe aromatique que recommande le Dr Gerard Mullin, professeur agrégé chargé de cours à l’Université de Médecine John Hopkins, après en avoir comparé les effets apaisants sur les problèmes de côlon irritable. Il affirme que cette plante est moins toxique et plus efficace que les traitements chimiques.

En 2005, dans une revue médicale les auteurs ont étudié 16 cas de patients atteints de ce syndrome. Suite à cela, ils déclarent que la menthe poivrée constitue un véritable traitement de premier choix pour ces personnes qui présentent constipation ou diarrhée. Elle permet d’alléger les symptômes généraux et d’améliorer très nettement la qualité de vie au quotidien.

La nature nous offre aussi les fleurs hibiscus qui contiennent des anthocyanines. Ces pigments naturels qui octroient de si belles couleurs à ces fleurs permettent également de diminuer la tension artérielle. De nombreuses études corroborent ces informations, y compris celle publiée dans un journal nigérien scientifique très sérieux.

La racine de safran dont est extraite la curcumine possède des propriétés anti-inflammatoires et anti-arthritiques très puissantes. Une curcumine bio disponible est très assimilable s’avère aussi efficace que des produits tels que le Voltaren (anti-inflammatoire non stéroïdien) pour les problèmes de rhumatismes articulaires ou de polyarthrite. Sans effets secondaires, les personnes qui ont pris cette substance en ont été ravies à bien d’autres niveaux d’autant que cela s’avère sans aucun effet secondaire. Ce qui est rarement le cas pour les médicaments chimiques…

Parmi les anti-inflammatoires naturels, on compte également les acides gras de type oméga-3 extrait de poissons, dont entre autres le saumon. Leurs effets se manifestent également au niveau du cœur, du système circulatoire, du cerveau et du système nerveux. Il faut être prudent dans le choix du poisson dont sont extraits ces oméga-3. Les poissons d’élevage en contiennent moins que les poissons sauvages, mais ces derniers peuvent contenir plus de métaux lourds potentiellement dangereux. Les deux labels de garantie sont « les saumons d’Alaska » et les « saumons rouges sauvages » d’Alaska et non de culture.

Tournons-nous maintenant vers les champignons de type shiitake qui contienne un principe actif appelé le lentinan. On lui prête des vertus antivirales, antibactériennes, antifongiques, stimulantes pour l’immunité et antitumorales. D’après les dernières études, ces champignons ont une action réelle sur les paramètres immunitaires. Lors de ces études les chercheurs ont constaté une augmentation de 60 % de cellules de type γδ-T, 100 % d’augmentation des lymphocytes T (tueurs naturels), des niveaux accrus d’IgA (immunité acquise), une réduction des niveaux de protéine C (marqueur des niveaux d’inflammation) et des taux plus élevés de cytokines anti-inflammatoires (interleukine (IL). Lors de la présence de tumeurs, les marqueurs qui reflètent la nécrose tumorale [TNF] étaient également en augmentation. Une recommandation s’impose pour la consommation de ces champignons, c’est qu’il faut se tourner vers ceux qui sont issus d’une agriculture biologique ou en tout cas saine, car ces végétaux absorbent et concentrent les éléments du substrat sur lequel ils sont cultivés que celui-ci soit bon ou mauvais…

Source : http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2015/08/10/food-medicinal-properties.aspx?e_cid=20150810Z1_DNL_art_1&utm_source=dnl&utm_medium=email&utm_content=art1&utm_campaign=20150810Z1&et_cid=DM82180&et_rid=1070079346

Article précédent

Le thé vert aide à perdre du poids

Article suivant

Le beurre est bon pour la santé !

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire