Défenses naturelles

Un aliment « miracle » complètement ignoré du grand public….

Les premiers résultats qui ont fait prendre conscience aux chercheurs des merveilles de l’huile de noix de coco ont été obtenus lors de recherche sur le SIDA à New York au début des années 1990. Auparavant cette huile était considérée comme saturée et dangereuse car elle était principalement utilisée dans la fabrication des margarines. D’après certains, il semble que la richesse de cette huile permette d’améliorer des centaines de troubles de santé.

Récemment le docteur Bruce Fife a publié un nouveau livre : « Stop à l’Alzheimer » dans lequel il explique les bénéfices incroyables procurés par la noix de coco. Le docteur Fife présente ce fruit comme une réelle avancée dans le traitement de l’Alzheimer et d’autres maladies neurologiques offrant ainsi un immense espoir aux personnes souffrant de ce type de problèmes face auxquels, en médecine, nous sommes encore assez dépourvus.

Les propriétés de la noix de coco vont bien au-delà de ses qualités nutritives et de sa richesse en fibre, en vitamines et en minéraux. Elle est qualifiée d’aliment fonctionnel car ses propriétés curatives dépassent celles de n’importe quelle autre huile. Elle est d’ailleurs beaucoup utilisée en médecine traditionnelle par les populations du Pacifique et asiatiques. Les habitants des îles la considèrent comme un remède à toutes les maladies, à un point tel qu’ils appellent le cocotier « l’arbre de la vie ».

La plupart des graisses saturées ou insaturées qu’elles soient d’origine animale ou végétale sont composées de triglycérides à longue chaîne, or l’huile de noix de coco contient principalement des acides gras à chaînes moyennes qui sont très digests et dont les triglycérides situés en milieu-chaîne peuvent aisément être utilisés par le corps pour ses besoins énergétiques. Ils constituent une source d’énergie rapide, tout en procurant assez vite un sentiment de satiété permettant de manger moins. Voici une petite énumération des nombreuses propriétés prêtées à la noix de coco et à son huile.

En absorption, elle permet de lutter contre divers virus (grippe, herpès, hépatite C, et même SIDA) ainsi que contre différentes souches bactériennes à l’origine d’angines, d’ulcères, d’infections urinaires, de gingivites, de pneumonies, de troubles menstruels et bien d’autres maladies. Ces vertus antiseptiques préviennent aussi les caries dentaires. Facilitant l’absorption du calcium et du magnésium, elle soutient le développement et renforce les os (ostéoporose) et les dents. La noix de coco possède aussi des vertus antifongiques qui permettent de combattre des soucis tels que champignons, candidose, teigne, mycoses et érythèmes divers. D’autres parasites comme le ténia, les oxyures ou encore les poux peuvent aussi être éradiqués grâce à ce merveilleux fruit.

Source énergétique rapide et nutritionnelle exceptionnelle, elle redonne une énergie vitale très importante. Le consommateur verra augmenter très rapidement sa résistance physiologique, physique et sportive, ou carrément vaincra la fatigue chronique ou les signes d’hypothyroïdies par exemple. L’ensemble du métabolisme digestif, l’absorption des éléments nutritifs (vitamines, minéraux et acides aminés) et les sécrétions d’enzymes (hépatique, vésicule biliaire) ou d’hormones (insuline) liées à l’ensemble du système digestif redeviendront rapidement optimum. La noix de coco est reconnue pour réduire l’ensemble des risques liés au diabète. Ses bénéfices se manifestent aussi au niveau du système immunitaire et par conséquence, on assiste souvent à des réductions des différents processus inflammatoires et à une prévention ou à une amélioration des cancers ou autres maladiesdégénératives liées aux dégâts des radicaux libres. En effet, ses acides grasessentielsprotègentcontrel’oxydation, réduisentle cholestérol et les risquesdeproblèmes cardiaques.
Jusqu’à présent,nous vous avons parlé des vertus de la noix de coco en absorption par voie orale, mais son huile possède également de nombreuses propriétés liées à sa simple application.

Une application directe d’huile de coco sur lescheveux les rendrasains et vigoureux et réduira les pellicules.

Quant à son application sur la peau, elle en renforce la barrière chimique la rendant beaucoup plus résistante aux diverses infections et réduit les symptômes associés aupsoriasis, à l’eczéma et aux dermatites. Cette huile régule l’équilibre chimique naturel de la peau et évite la sécheresse, la desquamation, les rides, le relâchement de la peau et les taches brunes d’âge. Elle protège également des effets néfastes du rayonnement ultraviolet.

Il existe beaucoup d’anecdotes très intéressantes au sujetde la noix de coco employée en externe et en interne pour les animaux de compagnie. Les chiens et les chats à qui on appliquait de l’huile de noix de coco et qui présentaient des éruptions cutanées et qui donc la léchaient, ont obtenu des « effets secondaires » très positifs sur la santé générale de ces animaux.

À fin de bénéficier des merveilleuses propriétés la noix de coco, vous pouvez l’utiliser sous toutes ses formes : lait de coco, jus ou eau de noix de coco, ou encore chair de fruit frais sous forme de copeaux ou de paillettes.

Vous ne savez peut-être pas que la noix de coco entre dans la fabrication de nombreux produits alimentaires. Sa chair très riche en fibres alimentaires est, contrairement à d’autres noix, pauvre en vitamine E, mais particulièrement riche en fer, en manganèse, en cuivre, en phosphore, en zinc plutôt pour les femmes, en niacine (vitamine B3), en acide pantothénique (vitamine B5), en pyridoxine (vitamine B6), en folate ou encore en acide laurique, un sorte d’acides gras présent essentiellement dans le lait maternel et que l’on trouve rarement dans notre alimentation. Le fruit de la noix de coco est composé d’une partie de chair et l’autre d’eau.

L’huile extraite de la chair de noix de coco peut être utilisée comme une huile d’accompagnement classique et peut se substituer aux autres huiles dans la plupart des recettes. Soyez vigilants car l’huile de noix de coco utilisée dansles préparations est parfois hydrogénée ou partiellement hydrogénée, ce qui donne lieu à la formation d’acides gras « trans » physiologiquement non reconnu par le métabolisme et pouvant occasionner des problèmes de santé.

Son eau presque transparente et légèrement sucrée est complètement dénuée d’acides gras, est très peu de calories, mais très rafraîchissante tout en stimulant sur les reins. C’est en mélangeant la chair et l’eau de coco que l’on prépare le lait de coco.

La chair de noix de coco, également appelée coprah, séchée au soleil peut être vendue sous forme de copeaux comme de fins pétales ou encore sous forme de paillettes qui vous serviront de panure de décoration.

Lisez bien les étiquettes des produits séchés ou des liquides à base de coco, car ils contiennent parfois des sulfites sous forme d’additifs utilisés comme agents de conservation, l’un des neuf allergènes alimentaires les plus courants.

 

Article précédent

La prise de poids liée à l'âge est-elle inévitable ?

Article suivant

Alzheimer, curcumine et vitamine D3

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

1 Commentaire

  1. Dr. Michel Guillemet, Ph.D.
    30/12/2014 à 3:27 — Répondre

    Le lait de coco ne vient pas du melange chair de coco et eau de coco comme vous le dites.
    La chair de coco, une fois rapee et ensuite pressee donne le lait de coco.
    Je ne l’ai pas appris par des cours ou des recherches, Etant Polynesien et ayant grandi dans les iles Tuamotu, c’etait l’une de mes taches quasi quotidienne de le preparer pour nos repas: poisson cru, ipoo, fafa et meme pour le cafe car nous n’avions pas toujour du lait. Un bateau ravitailleur venait nous livrer des marchandises contre du coprha, du poisson sale tous les six mois.

Laisser un commentaire