Ma santé

100 fois plus de Mercure dans les vaccins que la limite maximale permise pour les compléments alimentaires….

NaturalNews a montré dans les tests réalisés sur vaccins antigrippaux fabriqués par GlaxoSmithKline que il contiennent encore 50 ppm de mercure.

Nous trouvons intéressant, donc, que la limite du gouvernement australien sur le mercure dans les compléments alimentaires est fixé à 0,5 ppm , tel que décrit dans le présent document TGA :

http://www.tga.gov.au/pdf/foi/foi-314-1112-1 …

Le document explique que « métaux secondaire et non-métaux « doit être inférieur à 5 ppm au total, et en particulier le mercure doit être inférieure à 0,5 ppm afin de répondre à la TGA : voir « les critères d’acceptation. »

Pourtant, les vaccins antigrippaux contiennent 50 ppm de mercure (contenu dans l’adjuvant Thiomersal) – la limite de 0,5 ppm du gouvernement australien est donc 100 fois supérieure.

L’Australie est connue dans le monde comme une nation de vaccination agressive, qui musèle systématiquement la parole de ceux qui osent questionner la sécurité et l’efficacité des vaccins.

Il y a donc trois options :

* Réduire la quantité de thiomersal dans le produit fini.

* Éliminer tout thiomersal .

* Éliminer thiomersal mais le remplacer par un autre conservateur.

(NOTE:  » Le thimérosal  » aux Etats-Unis est le même que  » thiomersal » en Australie . )

Un document interne du gouvernement australien dit:

« … l’obtention de vaccins contenant des conservateurs sans mercure devrait être l’objectif ultime, il est également possible, dans un délai plus court, afin de réduire leur concentration dans le produit final à des niveaux résiduels, d’utiliser des méthodes physico-chimiques pour enlever le conservateur aux étapes intermédiaires de production, ou en omettant ou en réduisant leur addition à l’étape de formulation. »

Et pourquoi l’Australie était-elle si intéressée à l’élimination du mercure dans les vaccins? Évidemment parce que le mercure est un risque pour la santé publique lorsqu’il est injecté dans le corps humain.

Des chercheurs australiens confirment que du mercure a encore été trouvé dans les vaccins pédiatriques en Australie.

Une étude scientifique de 2010, publié dans le Journal of Toxicology and Environmental Health a cherché à déterminer si les vaccins administrés aux enfants en Australie contenaient encore du mercure. Le gouvernement australien et les autorités médicales ont menti au public, en affirmant que tout le mercure avait été retiré des vaccins pédiatriques.

Cette étude a testé les vaccins pédiatriques pour le mercure de la même façon que le vaccin contre la grippe pour le mercure. Et la conclusion de l’étude est éloquente:

Les résultats de cette étude révèlent que des inexactitudes existent dans les messages de santé publique, les communications professionnelles, et dans la documentation officielle concernant le contenu de mercure dans au moins un vaccin pédiatrique.

En d’autres termes, les autorités australiennes ont menti sur l’élimination du mercure dans les vaccins.

Pour la petite histoire, NaturalNews a testé les vaccins de la grippe aux USA et a trouvé des quantités de Mercure 5000 fois plus élevée que ce qui a été détectée par ces chercheurs. (Environ 50.000 ppb.) Et aux Etats-Unis, ces vaccins contre la grippe sont régulièrement donnés aux femmes enceintes et aux enfants.

Article précédent

Intoxication au Fluor : comment s’en débarrasser?

Article suivant

Ces sodas tueurs !

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire