Défenses naturellesNos dossiers

ALERTE: 96% des Thés venant d’Inde contiennent des pesticides dangereux!

thé

Ce lundi, Greenpeace, un organisme indépendant voué à la protection et au service de l’environnement, a fait les news dans les médias après la divulgation des résultats d’une étude portant sur ce qui est censé être une boisson très saine.

L’organisation a testé 11 marques de thé faites par huit fabricants, la collecte des échantillons a été faite entre juin 2013 et mai 2014. Ce qu’ils ont trouvé est proprement ahurissant.

Au moins 94 pour cent des échantillons contenaient des pesticides; Près de 60 pour cent avaient un cocktail de plus de 10 produits chimiques différents, y compris un échantillon qui contenait 20 pesticides différents.

Environ 29 des 49 échantillons, soit 59 pour cent, avait des résidus actif d’au moins un pesticide au-dessus des limites maximales de résidus définies par l’Union européenne. Près de 40 pour cent des échantillons de thé a dépassé les limites de l’UE de plus de 50 pour cent, selon l’étude intitulée « Trouble Brewing. »

De façon alarmante, 67 pour cent des échantillons de thé sont contaminés par le DDT, un cancérogène toxique pour les humains et l’environnement interdit pour l’utilisation aux Etats-Unis et en Europe. Il provoque des convulsions et des tremblements et on meurt par insuffisance respiratoire ou cardiaque.

Les échantillons prélevés par Greenpeace fabriqués en Inde sont bien connus et sont reliés aux marques suivantes:

  • Hindustan Unilever Ltd
  • Tata mondial Beverages Limited
  • Wagh Bakri thé
  • Goodricke thé
  • Twinings
  • Conseils d’or
  • Kho-Cha
  • Girnar

Les entreprises basées en Inde dominent le marché du thé de marque, l’exportation vers l’Amérique, la Russie, la Grande-Bretagne, Emirats Arabes Unis, l’Iran et plusieurs pays autres pays, comme rapporté par Business Standard.

Au vu des résultats des tests de Greenpeace en Inde, certaines des entreprises ont promis de  mettre fin à l’utilisation de pesticides dangereux et promis d’atteindre une culture de thé durable d’ici à 2020.

« Le thé indien est une fierté nationale et il ne devrait pas être relié à des produits chimiques toxiques pour l’environnement et des risques pour la santé. Tous les intervenants dans l’industrie du thé devraient se manifester et prendre des mesures pour protéger la réputation de notre boisson nationale », a déclaré Neha Saigal , responsable de campagnes pour Greenpeace Inde.

Le Tea Board of India, composé de 31 membres provenant des producteurs de l’industrie y compris le thé, les commerçants de thé, les courtiers de thé, les consommateurs et les représentants des gouvernements des principaux pays producteurs de thé et des syndicats, a fait valoir que les thés indiens sont « totalement sans danger. »

Le conseil d’administration de l’organisation indienne du Thé a déclaré dans un communiqué, « ayant vu les conclusions de l’étude de Greenpeace,  permet de confirmer que tous les échantillons testés sont conformes aux lois indiennes et aux réglementations, visant à protéger les consommateurs. « 

Si le conseil a vraiment examiné les résultats de l’étude, alors leur déclaration est tout à fait révélatrice. Il reflète un mépris flagrant pour la santé et la sécurité.

Malgré les effets néfastes sur la santé prouvés sur les humains et l’environnement, l’industrie du thé est encore fortement dépendant des pesticides dangereux pour la culture du thé.

Parmi les échantillons, 27 d’entre eux contiennent des  monocrotophos, un mutagène et neurotoxique suspecté non approuvé pour utilisation sur le thé et classé comme « très dangereux » par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Triazophos, un composé organophosphoré extrêmement toxique, a été découvert dans cinq des échantillons et est classé comme aussi «très dangereux» par l’OMS.

Tébufenpyrade, un produit chimique non enregistré et illégal DONC connu pour être un toxique du foie, a été trouvé dans un échantillon constitué par Hindustan Unilever, la marque la plus dominante sur le marché indien.

Des insecticides néonicotinoïdes étaient présents dans une grande partie des échantillons, un produit chimique interdit récemment par le US Fish and Wildlife Service et dont l’utilisation est interdite dans de nombreux autres pays en développement.

Article précédent

Faut il se méfier des médicaments ?

Article suivant

Signes de potentiel cancers

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire