Menu & recherche
Alerte au sujet de la fertilité masculine

Alerte au sujet de la fertilité masculine

De nombreux constats alarmants accompagnent ce début de XXIe siècle. Par exemple, les scientifiques ont mis en évidence que la concentration de spermatozoïdes dans le sperme a diminué de 50 % depuis le début des années 2000. Ils ont également mis en lumière qu’en 50 ans à l’échelle mondiale, la qualité du liquide spermatique a diminué de 50 % et le volume séminal pour sa part a baissé de 25%[1].

En France, en seulement 15 ans (entre 1989 et 2005) parmi la population masculine de 35 ans, les chercheurs ont constaté une très forte diminution du nombre de spermatozoïdes ainsi qu’une augmentation du nombre de spermatozoïdes mal-formés. C’est ainsi qu’ils estiment que le taux de stérilité masculine s’élève actuellement à environ 60 %, ce qui signifie que ce problème affecte près de deux tiers de cette population.

Des pronostics alarmistes avancent un taux de stérilité masculine avoisinant les ¾ de la population, voire la totalité d’ici à 2050. Le Docteur Franck Ledoux explique dans l’exposé : « L’alimentation jusqu’à 18 mois : les clefs intestinales de notre immunité et de nos pensées futures[2] » que ces chiffres alarmants sont le résultat entre autres de la piètre qualité de l’alimentation industrielle que nous ingérons quotidiennement et qui chez les hommes ne nourrit plus suffisamment le processus de spermatogenèse. Il insiste surtout sur les conséquences dramatiques des pesticides et sur la façon dont nous nourrissons la terre. Il affirme qu’il y a des études officielles qui prouvent tout cela. Ces études fournies au gouvernement français et belge, il y a plus de 15 ans n’ont donné lieu à aucune réaction officielle et à ce jour aucune mesure n’a été prise envers ces molécules tueuses des produits phytosanitaires.

Les problèmes d’infertilité féminine quant à eux s’élèveraient à près de 33% parmi la population des femmes en âge de procréer. Cette infertilité est souvent liée à des troubles de l’ovulation ou à un problème au niveau des trompes de Fallope (infertilité tubaire). Notons que chez la femme, on parle d’infertilité primaire et d’infertilité secondaire. La première correspond à la situation d’une femme qui n’a jamais réussi à tomber enceinte. Dans le  deuxième cas, il s’agit de femmes qui ont réussi à être enceintes, mais chez qui la grossesse n’a pas atteint son terme.

Fabien Moine[3], un naturopathe compétent et plein de bon sens présent sur la toile, affirme qu’il y a une cinquantaine d’années, lorsque la vache était présentée au taureau, une seule saillie suffisait à l’inséminer, et que dans de bonnes conditions de vie et de santé, il devrait vraisemblablement en être de même pour les humains. Cela n’est pas du tout le cas puisque de nos jours, il faut de 12 à 14 mois pour qu’un couple parvienne à une grossesse spontanée et cela avec une moyenne de près de 800 rapports sexuels pour y parvenir !

D’autres chiffres montrent qu’en 2012 le pourcentage de couples qui n’ont pas pu concevoir un bébé après 12 mois sans contraception est de à 24% alors qu’il était de 14 % 20 ans plus tôt en 1991. Outre ce temps moyen de conception augmenté et le nombre d’accouplements nécessaires pour parvenir à un début de grossesse, on assiste également à une nette augmentation des malformations génitales. L’hypospadias (malformation de l’urètre qui ne débouche pas à l’extrémité du pénis) présente une fréquence de 1,1 0/00 par an soit une augmentation annuelle de 1,2%. La cryptorchidie (non-descente des testicules dans le scrotum) marque une augmentation de +1,8% avec nécessité d’intervention chirurgicale. Quant au cancer des testicules, en 2008 son incidence (taux standardisé mondial pour 100 000 personnes) était de 6,7. Il est en augmentation de 2,5% par an depuis 1998.

En France, environ 500.000 couples consultent chaque année afin de bénéficier d’une aide à la conception. Cela équivaut à environ 1 couple sur 7. Environ 1 sur 10 a recourt à des traitements qui mèneront ou pas à une grossesse. L’infertilité concernerait 80 millions de personnes à travers le monde. Il est intéressant de noter que ce type de soucis affectent beaucoup plus les populations blanches et dites « civilisées » ou habitant les pays développés et industrialisés. Ces problèmes sont beaucoup moins fréquents parmi les populations de type magrébine ou africaine. Certaines populations en Inde commencent à être concernées par ce même type de problème. Il est à noter que depuis une bonne vingtaine d’années, l’Inde est fort touchée par l’invasion des pesticides, autres produits phytosanitaires et cultures OGM.

Les milieux médicaux classiques se cantonnent à expliquer la stérilité par des facteurs tels que l’âge, les dysfonctionnements ovariens, l’obstruction des trompes de Fallope, l’endométriose, le syndrome des ovaires polykystiques , etc. Pour les hommes les explications s’étendent à d’autres secteurs que les seuls problèmes hormonaux et anomalies génitales puisqu’y sont inclus la radiothérapie, le tabac, l’alcool, les médicaments… 10 à 15% voire près de 25% des problèmes de stérilité sont d’origine inexpliquée. Avec une vision plus vaste et propre à la médecine holistique, intégrative ou à la naturopathie, on peut trouver bien d’autres causes à ces problèmes d’infertilités, dont beaucoup sont en lien avec l’hygiène de vie générale, les pollutions environnementales, ainsi qu’avec les sphères émotionnelles et énergétiques.

En fin de compte, selon les statistiques officielles, seulement 4 à 5% des couples sont considérés comme définitivement stériles après plusieurs recours aux méthodes d’assistance médicale à la procréation (AMP).

Nous développerons dans un autre article, des aides naturelles (alimentation, compléments alimentaires) qui permettent de débloquer un certain nombre de ces problèmes d’infertilité.

 

 

[1] http://alternatives.blog.lemonde.fr/2014/03/04/baisse-de-la-qualite-du-sperme-infertilite-perturbateurs-endocriniens-les-jeunes-s-inquietent/

[2]   Docteur Frank Ledoux : « L’alimentation jusqu’à 18 mois : les clefs intestinales de notre immunité et de nos pensées futures » donné au centre des congrès d’Aix-en-Provence en avril 2013 – Quantique Planète

[3] https://www.youtube.com/watch?v=u-cNVugNOK4

Aucun commentaire
Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.