Anti-âge

Les aliments indispensables pour prévenir Alzheimer

Actuellement, on sait avec certitude que les patients atteints de la maladie d’Alzheimer ont tendance à souffrir d’amylose cérébrale. Au cœur du cerveau se dépose de la substance amyloïde, une variété de protéines d’origine plasmatique. Elle s’organise en plaques reconnaissables au microscope électronique, plaques qui empêchent les informations neuronales d’être transportées de manière optimale. En fonction de la localisation de ces dépôts apparaissent certains déficits et notamment la maladie d’Alzheimer. Une fois installées, ces plaques amyloïdes semblent provoquer des dégâts irréversibles. Malgré une prédisposition héréditaire et une cause intrinsèque liée à l’activité du système immunitaire, l’alimentation joue un rôle fondamental dans le développement de ce type de pathologies.

L’alimentation et quelques compléments alimentaires peuvent contribuer à la prévention et dans certains cas induire une nette amélioration.

curcuma
Curcuma
  • La curcumine (principe actif extrait du curcuma), puissant anti-inflammatoire, permettait de prévenir les dégénérescences cérébrales comme la maladie d’Alzheimer en empêchant la propagation des plaques de protéines amyloïdes soupçonnées d’être une des origines de cette démence.
  • La vitamine D3 constitue un véritable trésor de santé puisqu’elle s’avère indispensable à la synthèse des neurotransmetteurs et de toutes les hormones. La combinaison de la vitamine D3 et de la curcumine constitue un mélange détonnant et nettement plus efficace que chaque principe actif utilisé isolément. Leur combinaison agit principalement sur les macrophages de type II ce qui optimise le fonctionnement du système immunitaire et donc la prévention de la maladie d’Alzheimer. Les capacités antioxydantes exceptionnelles de ces 2 substances naturelles permettent de piéger les radicaux libres de type hydroxyle reconnus comme les plus réactifs et les plus destructeurs.
  • La berbérine, extraite de certains végétaux protège les neurones, augmente les concentrations de noradrénaline et de sérotonine et réduit celle de dopamine. Cela la rend utile en cas de dépressions, de troubles bipolaires, de schizophrénie, mais également dans la progression de la maladie d’Alzheimer.

Dans son ouvrage intitulé Maladie d’Alzheimer, et s’il existait un traitement ? Les molécules de l’espoir, le docteur Mary Newport présente l’histoire de son époux atteint de la maladie d’Alzheimer qui bénéficia d’un sursis grâce à un traitement inattendu : l’huile de noix de coco. Le Dr Newport recommande de commencer par consommer de petites quantités (de 2 à 5 g 2 à 3 fois par jour) d’huile de coco si l’on n’y est pas habitué. Il faudrait augmenter la dose jusqu’à 75 g par jour en fonction de la tolérance. Les acides gras à chaîne moyenne contenue dans cette huile pourraient stabiliser voire prévenir la maladie. En effet, le cerveau des malades d’Alzheimer présente une certaine résistance ou déficience en insuline. Consommer ce type d’acides gras offre au cerveau un combustible alternatif par rapport au glucose. Cette démarche simple permettrait au moins de stabiliser la maladie. S’il existe un risque de prise de poids, il est recommandé de réduire la consommation des autres types d’acides gras est également de diminuer les apports en sucre afin de favoriser l’utilisation des cétones produits à partir des acides gras contenus dans l’huile de coco.

Certaines recherches ont démontré qu’absorber l’équivalent de 2 verres de jus de pommes (bio et non filtré) par jour permet de réduire les quantités de petits fragments protéinés (bêta-amyloïde) constituant les protéines responsables de la formation des plaques amyloïdes communément trouvée autour des neurones et dans le cerveau des individus atteints de maladie d’Alzheimer.

Légumes jus

Selon certaines recherches menées aux États-Unis, une petite dizaine de catégories d’aliments sains contribuent particulièrement à maintenir la bonne santé du cerveau : légumes (crus de préférence ou légèrement cuits à la vapeur), noix, baies et fruits très colorés, graines entières, poisson, volaille, huiles (coco, olive) et un peu de vin de qualité. Il est conseillé d’adopter un régime qui se rapproche du régime crétois ou méditerranéen.

5 types d’aliments ont été démontrés comme étant les plus néfastes : viande rouge, matières grasses animales, sucreries (raffinés et industriels y compris les viennoiseries et les farines blanches), les aliments frits et la nourriture industrielle (plats préparés et fast-food).

Article précédent

Comment réduire les risques d'apparition de Parkinson

Article suivant

La vieillesse est-elle une maladie ?

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire