fbpx
Accueil / Santé Naturelle / Articulation / Articulations sensibles à l’humidité : mythe ou réalité ?

Articulations sensibles à l’humidité : mythe ou réalité ?

Quand votre corps se transforme en un véritable baromètre…. Illusion ou réalité? 

Et bien, le mythe est à moitié vrai… Disons que ce n’est pas l’humidité qui « rouille » les articulations mais le changement de pression atmosphérique (mais pas seulement…). Explications !

Nombreux sont ceux qui se plaignent de douleurs articulaires quand le mauvais temps s’installe. Qui n’a jamais entendu « J’ai mal partout, il va pleuvoir ! » Le corps devient alors le messager météorologique d’autant que ces signaux se vérifient et se confirment dans la plupart des cas…

Que se passe-t-il au juste ? 

Les articulations sont-elles sensibles à l’humidité comme le serait le fer ? Le froid ajouterait-il des tensions dans le corps provocant alors des « nœuds » musculo-tendineux ?  Il s’agirait en fait d’une réaction mécanique répondant aux effets de la variation de la pression atmosphérique. 

Les récepteurs de la douleur présents dans les articulations et les tendons réagissent en fonction de la pression atmosphérique. Beaucoup de rhumatologues s’accordent à cette version. Incroyable, n’est-ce pas ?

Dès lors que le mauvais temps approche, la pression atmosphérique diminue ce qui réveille les capteurs sensoriels de la douleur. 

Ces mêmes capteurs se retrouvent partout dans votre corps. C’est la raison pour laquelle vous pouvez être sujet à une sensibilité générale ou localisée n’importe où ou du moins, là où vous avez déjà une sensibilité si vous souffrez de :

  • arthroses
  • gonarthrose
  • coxarthrose
  • fibromyalgie
  • polyarthrite rhumatoïde
  • lombalgie
  • spondylarthrite
  • anciennes fractures 
  • autre traumatisme (coup du lapin…)

De plus, lorsque la pression atmosphérique diminue (donc par temps pluvieux ou d’orage), la pression interne dans l’articulation change également. Cette différence crée des douleurs chez ceux qui sont déjà atteints de problèmes articulaires.

Et si le changement de temps influait sur la qualité de vie et donc sur les douleurs?

Cette hypothèse toute aussi répandue soulignerait le fait que lorsque le temps vire à la pluie et au froid, les concernés tendraient à avoir une hygiène de vie plus décousue : alimentation pro-inflammatoire, arrêt d’activité physique, moral en berne, chute du taux de vitamine D etc… Ceci serait en effet un facteur aggravant selon les principes holistiques de la naturopathie. Une alimentation pro-inflammatoire, riche en protéines animales (viande rouge, fromage) favorise la formation d’acide urique qui finit par se loger dans les articulations. C’est l’arthrite ou la crise de goutte qui apparaît. 

De ce fait, changement de pression atmosphérique combiné à une hygiène de vie inadaptée seraient des facteurs propices à l’apparition des douleurs articulaires.

Le mauvais temps comme facteur de stress

Peu sont ceux qui aiment le froid et la pluie… Cette période de l’année est délicate à traverser. Le moral en berne, le corps crispé par le froid, le stress s’invite dans vos organismes . Sous tensions, vos muscles se contractent, vos articulations se raidissent. Avec une mobilité limitée, celles-ci en pâtissent : elles sont sollicitées sous la « contrainte » avec force et manque de souplesse. 

Comment limiter la douleur ?

A moins de déménager sous un meilleur climat, certaines pratiques quotidiennes et naturelles peuvent vous aider à améliorer votre situation.

  • Il est important de garder une activité physique ou de faire des séances de kinésithérapie pour entretenir les muscles autour de vos articulations. En effet, une bonne tonicité musculaire compense les raideurs articulaires et vous permet d’avoir une posture adéquate (verticalité, points d’appui…). 
  • Veillez à adopter une alimentation anti-inflammatoire (régime Seignalet par exemple) en limitant le lactose, le gluten, les viandes, les charcuteries, le sucre et en favorisant les fruits et les légumes frais, les céréales complètes ou semi-complètes, les bons gras (oléagineux, poissons des mers froides) etc…
  • se supplémenter en compléments alimentaires (vitamine D, curcuma hautement dosé, harpagophytum, ortie, cassis, etc… ) . Dans ce cas, cela doit être déterminé avec votre naturopathe pour que la complémentation soit ciblée, personnalisée et donc, efficace. 

Ce qu’il faut retenir

L’articulation en elle-même n’est pas plus endommagée par mauvais temps. Généralement, on ne constate pas de gonflement synonyme d’inflammation. Ce sont les sensations qui sont réveillées ou décuplées du fait de la diminution de la pression atmosphérique et du changement de la qualité de votre hygiène de vie. Une prise en charge globale revisitant tous les aspects de votre vie permettrait de vous soulager de vos douleurs articulaires.

A propos Alexia Bernard

Alexia Bernard naturopathe-iridologue certifiée du CNRI d'André Lafon en 2012. Consciente des richesses que procure la Nature, j'ai toujours été sensible aux méthodes naturelles de santé. La naturopathie est venue à moi et, ravie de ses bienfaits, j'ai décidé d'entamer ce long apprentissage afin de partager mes connaissances et d'aider mon prochain.

Vérifiez également

huile vegetale de calophylle

Vertus de l’huile de Calophylle

0.0 00 Huile de Calophylle  ou calophyllum inophyllum Cet arbre de la famille des Calophyllacées …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.