Défenses naturellesMa santé

Faites attention à la nourriture à base d’OGM !

Actuellement, au vu des dernières recherches de tous pays (Russie, Italie, USA…)  la stérilité augmente et augmentera encore dans les générations futures à cause des aliments génétiquement modifiés. C’est ce que confirme de manière alarmante une autre étude entreprise par l’association nationale pour la sécurité génétique aux USA et qui n’a pas encore été édité, mais dont les résultats ont été récemment annoncés.

Après cette étude sur les hamsters, les scientifiques russes constatent que la troisième génération d’une lignée de hamsters nourris par des aliments à base de soja transgénique est stérile. Cette publication ne fait que confirmer les risques sanitaires ainsi que les répercussions sur la fertilité, le poids à la naissance des portées et la mortalité infantile liée à la consommation d’OGM.

Une étude a comparé pendant deux ans, un groupe de hamsters ayant reçu un régime autre que du soja, un deuxième groupe nourri de soja non transgénique, un troisième dont le tiers de l’alimentation était constitué de soja transgénique et un quatrième groupe nourri uniquement d’aliments génétiquement modifiés. À partir de cinq paires de hamsters de chaque groupe, qui a produit environ sept à huit portées chacune, ces chercheurs ont réalisé une recherche sur environ 140 animaux.

Les problèmes graves sont devenus évidents dès la 2ème génération qui a eu un poids de naissance plus faible, un taux de croissance plus lent et une atteinte de la maturité sexuelle beaucoup plus tardive que la normale. Cette deuxième génération a elle-même encore généré 39 portées, portées qui ont montré un taux de mortalité infantile de 25%, alors que le taux de mortalité est normalement de seulement 5%. Lors de la troisième génération, presque tous les bébés élevés aux OGM étaient stériles ! Seulement un seul hamster femelle troisième génération a donné naissance à 16 bébés dont un cinquième est mort.

D’autres anomalies bien plus étranges ont vu le jour chez certains hamsters, telles que la pousse de poils dans la bouche, ce qui de connaissance de chercheurs n’avait encore jamais été vu. Des études menées sur les rats ont donné des résultats similaires, excepté que l’augmentation de la stérilité s’est manifestée dès la deuxième génération.

De nombreux chercheurs tous indépendants et dans différents pays ont constaté d’autres anomalies très surprenantes telles que des changements de couleur entre les 2 testicules chez les rats mâles, des dommages des jeunes spermatozoïdes et des changements des structures de l’ADN chez les embryons prélevés chez les femelles nourries aux OGM.

Ces études effectuées de par le monde ont également été réalisées sur des porcs, des vaches et autre bétail. Conclusion, les résultats concernant la reproduction et les descendances sont tous aussi alarmants les uns que les autres. On sait que la culture génétiquement modifiée n’a été libéralisée qu’en 1996, en commençant par le soja, le maïs et le coton. La culture de canola transgénique n’a été autorisée qu’environ un an après.

Sachant que la durée entre les générations successives humaines est beaucoup plus longue que celle des hamsters, on ne sait pas encore quelles seront les répercussions de la nourriture à base d’OGM sur les générations futures, puisqu’entre 1996 et maintenant, nous ne sommes pas encore arrivés à la génération suivante et descendante des consommateurs de produits transgéniques.

En voyant les conclusions des études qui mettent en évidence les effets de ce type d’aliments sur les animaux, on peut donc juste s’inquiéter des répercussions que pourrait avoir ce type d’alimentation sur la race humaine.

Au vu des importants conflits d’intérêts que représentent ces enjeux agricoles et malgré les 800 requêtes soumises aux autorités américaines, il semble que les pouvoirs en place aux USA comme ailleurs soient peu enclins à émettre des réserves quant à la culture de ces OGM, et ce, sans se soucier des conséquences sur la santé de l’humanité à venir.

On comprend d’autant mieux quand on sait que l’administration d’Obama a nommé comme responsable de la sécurité alimentaire des USA l’ancien mandataire et vice-président de Monsanto, Michael Taylor. Il est dès lors aisé de prévoir le sens des décisions et des mesures qui seront prises à l’avenir en concernant le marché des OGM. Il apparaît également que le juge de la Cour suprême, Clarence Thomas, est aussi un ancien mandataire du groupe Monsanto qui refuse de reconnaître l’existence de ces conflits d’intérêts. Il envisage d’ailleurs bientôt de libéraliser la culture des graines génétiquement modifiées de luzerne. Rappelons qu’après le maïs, le soja et le blé, la luzerne est la céréale la plus largement cultivée aux USA. Cette plante qui croît rapidement et qui est facilement pollinisée par les abeilles pourrait encore accroître le désastre occasionné à long terme par l’alimentation transgénique.

Les pressions et la situation sont telles qu’un des chercheurs qui voulait réaliser d’autres études sur la nutrition à base de produits transgéniques, notamment des analyses d’organes des animaux nourris aux OGM, signale que les équipes de son laboratoire et ses dirigeants ont subi de nombreuses pressions lors de la défense de ces dossiers au Parlement Européen et que des documents ont même été brûlés dans son bureau et des échantillons volés dans son laboratoire.

D’autres dangers planétaires accompagnent le développement de ce type de cultures. Par exemple l’utilisation de certains herbicides tels que le glyphosate qui est extrêmement toxique puisqu’en plus d’empoisonner vos tissus, il tue les richesses du sol. Il est l’herbicide le plus employé au monde, et contrairement à ce que l’on veut nous faire croire, l’utilisation de pesticide a doublé depuis 2005 plutôt que de diminuer depuis l’instauration des cultures transgéniques.

Ainsi, son usage est encouragé, car les groupes énoncés ci-dessus et les lobbies y trouvent une nouvelle fois leur intérêt puisque cet herbicide est fabriqué et commercialisé par des industries liées au groupe Monsanto.

Comment vous préserver et dépister les aliments contenant des OGM ? Pour cela, il y a quelques éléments simples et très importants à retenir. Tout d’abord, rappelez-vous qu’il y a huit cultures principales d’OGM :

1. Soja

2. Maïs

3. Graine de coton (utilisée en huiles de friture végétales)

4. Canola (huile de canola)

5. Les betteraves sucrières

6. Les papayes hawaïennes

7. Quelques variétés de courgette

8. La courge Yellow-Crookneck (Curcubita pepo L.) qui a été modifiée afin de résister à trois phytovirus qui infectent couramment les courges.

 

Rien qu’en vous basant sur cette liste, vous pouvez déjà éviter les aliments contenant ces différents légumes et céréales ainsi que les produits qui en dérivent. Si vous souhaitez vous informer de manière plus pointue, des listes d’aliments génétiquement modifiés ou contenant des OGM sont facilement trouvables sur Internet ou dans des ouvrages spécifiques.

Pensons de manière positive et restons dans la dynamique naturelle sachant que le consommateur en masse a un rôle essentiel dans l’économie actuelle puisque c’est cette masse qui crée la demande et qu’elle peut ainsi exercer une pression sur le marché. L’idée que les consommateurs possèdent une puissance énorme est une réalité et un fait absolu, mais il ne faut pas se laisser influencer par les désinformations diffusées par les médias à la botte des grands lobbies et des pouvoirs en place.

Il est même possible de ruiner rapidement des entreprises comme Monsanto pourrait, si la masse de consommateurs actifs est suffisante. Il est aussi essentiel de diffuser l’information dans votre entourage et d’informer les jeunes générations puisque leur avenir en dépend et ce sont eux qui ont l’avenir du genre humain et de la planète dans leurs mains.

Article précédent

Le gluten, une mode ? Pas celle que vous croyez...

Article suivant

Des aliments appauvris par la vie

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire