La candidose intestinale: qu’est ce que c’est ?

La candidose intestinale: qu’est ce que c’est ?
4.9 (97.78%) 9 votes

La candidose intestinale est une affection fongique d’un ou plusieurs organes du système digestif.

Le candida albicans est une levure, un champignon microscopique que nous avons tous naturellement en chacun de nous. Dès lors qu’il prolifère de façon excessive provocant une multitude de désagréments, nous parlons de candidose. Découvrons ensemble ce qu’est ce champignon, les facteurs aggravant ou favorisant son développement ainsi que quelques astuces pour éviter sa propagation .

Le Candida Albicans est un champignon microscopique de la famille des levures. Il est naturellement présent dans notre tube digestif et généralement, il ne présente aucun soucis car son développement est régulé par notre microbiote intestinal et notre système immunitaire (les deux étant extrêmement liés).

Dès lors que la flore intestinale est perturbée, le Candida Albicans peut se propager

En premier lieu, ce qui impacte fortement la qualité de notre microbiote est la prise d’antibiotique qui détruit toute forme de vie microbienne dont notre précieuse flore intestinale. Celle-ci alors altérée, ne peut contenir la propagation de cette levure. Par ailleurs, la prise d’anti-inflammatoire, de corticoïdes, de pilule contraceptive ou de chimiothérapie fragilisent également notre microbiote intestinal.

Une mauvaise hygiène alimentaire, trop azotée (riche en viande), trop sucrée, peu riche en fibres a un effet considérablement délétère sur cette vie microbienne si importante pour notre bonne santé physique et mentale.

De plus, à cela s’ajoute la dépendance du candida albicans au sucre qui est sa principale source d’énergie. Quand il est en manque, il en réclame en envoyant des signaux au cerveau pour que ce dernier provoque l’envie de sucre. Un cercle vicieux est alors installé : la levure se nourrit de sucre, elle en réclame, nous avons envie de sucre, nous consommons du sucre qui nourrit la levure etc…. Il est donc extrêmement important d’être à l’écoute des signaux qu’envoie notre corps et de faire la différence entre une envie de sucre liée à une hypoglycémie, à une envie de gourmandise ou à une réelle dépendance due à une candidose intestinale.

Les symptômes de la Candidose intestinale

Les symptômes sont nombreux et variés. Parfois, ils sont considérés séparément alors qu’ils ne sont que la conséquence de cette affection fongique.

Outre l’addiction au sucre assez prononcée voire obsédante évoquée précédemment, d’autres désordres au niveau du tube digestif  peuvent suggérer une candidose intestinale : ballonnements, dysphagie (gène à la déglutition), alternance de constipation et diarrhées avec ou sans spasmes, prurit (démangeaison) anal, mauvaise haleine et entraîner des troubles du comportement alimentaire (boulimie, hyperphagie) voire des allergies alimentaires.

Généralement, ces symptômes sont accompagnés d’une asthénie (fatigue chronique), d’une baisse de motivation, des difficultés de concentration, d’une sensibilité émotionnelle, d’une irritabilité, des migraines ou des céphalées …

Parfois, dans de le cas de dysbiose (perturbation de la flore microbienne) extrême,  la candidose intestinale migre et remonte le tube digestif pour attaquer la cavité buccale (langue en carte de géographie, muguet etc…) et par contamination, peut entraîner des mycoses vaginales et même cutanées et ongulaires.

Conseils et recommandations pour en limiter sa propagation

En cas de candidose intestinale avérée, des traitements antifongiques par voie orale peuvent vous être prescrits. Cependant, ils devront être associés à un régime alimentaire strict afin de travailler sur le terrain (le microbiote) au risque de se voir infesté de nouveau.

En naturopathie, voici quelques recommandations non exhaustives à mettre en place pour prévenir ou améliorer votre état :

Limiter la consommation des sucres. Prudence avec ceux dits « cachés » (pâtes, pains, alcool, etc) !

Limiter les aliments contenant de la levure (pain, brioches, pizzas, bière etc…)

Limiter la consommation de viande rouge.

Manger des légumes et en cas de crise, limiter les fruits frais (les jus ont un haut pouvoir sucrant du fait qu’ils n’aient plus de fibres)

Faire des jeûnes.

Faire des cures de probiotiques.

Faire des cures d’ Extrait de Pépin de Pamplemousse qui un antifongique naturel (entre autre)

Utiliser des huiles essentielles antifongiques.

A savoir qu’en cas de candidose avérée, tous les sucres seront supprimés pendant une durée plus ou moins longue, le temps de reconstruire une flore intestinale optimale.

La candidose intestinale concerne énormément de personnes sans qu’elles ne le sachent. Face à ces symptômes disparates, si vous vous retrouvez dans plusieurs de ces descriptions, n’hésitez pas à consulter votre médecin traitant qui vous orientera vers un spécialiste ou qui vous proposera de faire des analyses sanguines voire directement de vos selles. Parallèlement, un accompagnement complémentaire avec un naturopathe peut aussi vous aider à vous soulager et à contenir cette mycose.