Menu & recherche
Ces addictions qui deviennent une routine

Ces addictions qui deviennent une routine

Le tabac et l’alcool

annca / Pixabay

Être accro au tabac ou à l’alcool est un réel phénomène de société, un problème qu’on minimise trop souvent parce que les cigarettes et l’alcool sont finalement en vente libre dans tous les magasins ou librairies.  Alors pourquoi serait-ce dangereux ?

Est-ce que la société actuelle est vraiment consciente des risques de dépendance ? Est-ce que la population est suffisamment instruite pour comprendre les dangers liés à une consommation quotidienne tant pour les cigarettes que pour l’alcool.
La vie devient de plus en plus exigeante, tant au niveau familiale qu’au niveau professionnel au point où les  burnouts et les dépressions parentales sont aujourd’hui de plus en plus courants et même parfois banalisés.

Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui pensent consciemment  pouvoir soigner leurs émotions par ces drogues douces qu’on met à leur disposition.  Finir sa journée par un verre d’alcool et une cigarette peut  apporter un sentiment de bien-être à certaines personnes mais le danger est présent lorsque le besoin prend le pas sur le plaisir.

Le numérique

natureaddict / Pixabay

Depuis quelques années, être accro aux écrans est un nouveau phénomène de société. Nos jeunes sont de plus en plus tôt devant une tablette, une télévision et par facilité parfois, sur les téléphones des parents où divers jeux – pédagogiques ou non – sont installés. Les jeunes n’ayant jamais touchés à ce type d’écran sont aujourd’hui rares. Mais peut-on réellement faire autrement ? Peut-on sincèrement isoler ces enfants à 100% des écrans si nocifs à leur développement ?

Bien évidemment, comme pour tout principe de santé, la juste mesure doit être évoquée.

Laisser un enfant de 3 ans pendant 1 heure sur un smartphone n’est pas une idée saine pour son développement cérébrale.  Malheureusement, les plus jeunes d’aujourd’hui pensent qu’un smartphone ou une tablette est un jouet. Comment donc les interdire ?

Aujourd’hui, les écrans d’ordinateur, de télévisions ou de téléphones ont totalement changé nos vies et notre accès à l’autre. Les communications sont facilitées, les échanges semblent plus simples et libres car finalement, c’est toujours plus facile derrière son écran. Avez-vous déjà pu observer un groupe de personnes sur une terrasse en été. Malheureusement, c’est aujourd’hui bien plus silencieux qu’avant car les mots ne sont plus dits parce qu’ils préfèrent être écrits sur un clavier. Une triste vérité qui semble normal par certaines générations.

Les écrans nous enferment dans un monde irréel et nocif pour notre évolution.

En effet, notre cerveau se développe moins, voire plus du tout, lorsqu’il est soumis à une attention constante liée à l’utilisation d’un smartphone, d’un ordinateur ou d’une télévision. De plus, jamais au repos, le cerveau s’épuise beaucoup plus vite par cette vigilance qui nous maintient en alerte. Pas étonnant que nous vivions dans une société de fatigués chroniques en phase d’épuisement.

L’alimentation saine, le sport et le développement personnel sont en pleine apogée en 2018 mais à quoi bon, si finalement, tout est altéré par cette utilisation abusive qui enraie le processus de bien-être.

Dès lors, pas étonnant non plus de voir des dépressions croître et de rencontrer des personnes qui sont de plus en plus isolées. En effet, avoir 600 ou 1000 amis sur Facebook ne fait pas de nous des personnes sociables…Cela peut d’ailleurs parfois être tout l’inverse et exprimer une solitude profonde.

Comment aider nos enfants en quête de développement positif ?

  • Retrouver un goût du jeu comme avant : Aller jouer dehors, leur proposer des jeux de sociétés, faire des dessins, des collages et leur offrir des jeux qui pourraient booster leur créativité (constructions, etc.)
  • Limiter les moments d’accès aux écrans à  quelques heures par semaine en fonction de l’âge. Un enfant en pleine croissance qui passe trop de temps sur les écrans risque de vivre les conséquences sur sa scolarité et son développement social.
  • Apprendre aux enfants la patience car c’est finalement dans les restaurants et les salles d’attente que les téléphones des parents sont transmis aux plus jeunes. Attendre fait également partie d’un apprentissage de vie, d’une éducation qui devient de plus en plus compliqué à ce jour.

En 2018, le monde s’enferme dans les addictions pour se sentir vivant, pour s’isoler des problèmes de vie et pour trouver un équilibre et une harmonie finalement très destructrice.

Aucun commentaire
Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.