Défenses naturellesMa santé

Combattez l’Alzheimer en buvant 5 tasses de café par jour !

Les amateurs de café pourraient bien avoir une raison supplémentaire de boire une tasse de plus de leur nectar favori.


Quand on administre de la caféine à des souris âgées programmées pour développer les symptômes de la maladie d’Alzheimer – l’équivalent de 5 tasses de café par jour – leurs troubles de la mémoire sont réduits, c’est ce que révèle une étude réalisée par le Centre de Recherche contre la maladie d’Alzheimer de Floride, USA.

 

Les études publiées sur le site internet du Jounal de la maladie dAlzheimer montrent que la caféine diminue de façon significative des niveaux anormaux de la protéine liée à la maladie dAlzheimer, à la fois dans le cerveau et dans le sang, chez des souris présentant les symptômes de la maladie. Les études se sont basées sur de précédentes recherches du groupe de l’ADRC de Floride démontrant que la caféine administrée au début de l’âge adulte prévenait le développement de troubles de la mémoire chez des souris programmées pour développer les symptômes d’Alzheimer pendant leur vieillesse.

« Ces nouvelles découvertes montrent de toute évidence que la caféine pourrait être un traitement possible contre la maladie d’Alzheimer et pas seulement une stratégie préventive », c’est ce qu’a déclaré le professeur Gary Arendash, PhD, neuroscientiste à l’ADRC de Floride, qui a dirigé les recherches.
« Ceci est important, parce que la caféine est une substance sans danger pour la plupart des gens, qui pénètre facilement dans le cerveau et qui semble affecter directement le processus de la maladie. »

café

Se basant sur ces découvertes prometteuses chez les souris, les chercheurs veulent commencer au plus vite des tests sur des humains, afin d’examiner si la caféine peut être efficace chez des personnes présentant des troubles cognitifs légers ou dans les premières phases de la maladie d’Alzheimer. Le groupe de recherche a déjà établi que la caféine administrée à des êtres humains âgés ne présentant pas de démence affecte rapidement leurs niveaux sanguins de β-amyloides, exactement comme cela s’est produit chez les souris (on appelle « bêta-amyloïde » des groupes de protéines qui se trouvent dans les cerveaux de patients atteints de la maladie d’Alzheimer et d’autres maladies neurodégénératives.) La caféine réduit donc rapidement la protéine béta -amyloide dans le sang, et son effet se répercute sur le cerveau.

Il y a de nombreuses années que l’équipe du Centre de Recherche de Floride s’est intéressée au potentiel de la caféine pour traiter la maladie d’Alzheimer, suite à une étude Portugaise rapportant que des personnes atteintes par cette maladie avaient consommé moins de caféine pendant leurs 20 dernières années que des personnes ne présentant pas de maladie neurodégénératives.

 

Les études réalisées avec les souris, des études hautement contôlées, ont permis aux chercheurs d’isoler les effets de la caféine sur la mémoire (par rapport aux autres facteurs tels que le régime et l’exercice). Ces études ont été réalisées sur 55 souris transgéniques, altérées pour développer, en vieillissant, des troubles de la mémoire identiques à ceux d’Alzheimer. Après avoir réalisé des tests de comportement qui confirmaient que les souris avaient bien des troubles de la mémoire à l’âge de 18 ou 19 mois (ce qui équivaut plus ou moins à 70 ans en âge humain), les chercheurs ont divisé le groupe en deux : une moitié des souris a reçu de l’eau caféinée et l’autre moitié de l’eau pure. Les souris souffrant d’Alzheimer ont reçu l’équivalent de 5 tasses de café par jour, soit 500 miligrammes de caféine, ce qui équivaut à 2 tasses de café fort ou 14 tasses de thé.

café

A l’issue des deux mois qu’a duré l’étude, les souris à qui on avait administré de la caféine avaient une bien meilleure performance pour des tests mesurant leur mémoire et leur capacité de penser. En fait, leur mémoire était identique à celle de souris du même âge et ne présentant pas de démence. Par ailleurs, les souris qui avaient reçu uniquement de l’eau continuaient à avoir de très faibles performances sur ces mêmes tests. De plus, les cerveaux des souris « caféinées » montraient une réduction de près de 50% du niveau de béta amyloides. La caféine semble restaurer la mémoire en réduisant les enzymes nécessaires à la production de béta -amyloides.

Puisque la caféine améliorait la mémoire de souris présentant la maladie d’Alzheimer, les chercheurs ont voulu savoir si elle pouvait améliorer la mémoire de souris non démentes (normales) à qui on avait administré de la caféine dès le début de l’âge adulte jusqu’à la vieillesse. Mais ce ne fut pas le cas. Les souris buvant de l’eau pure ou de l’eau avec de la caféine avaient les mêmes performances lorsqu’elles étaient non démentes. Ce qui veut dire que la caféine n’augmente pas les performances chez des sujets « normaux », mais elle est efficace pour les sujets destinés à développer la maladie d’Alzheimer.

 

Si les études réalisées sur les humains confirment ces données, le bénéfice de cette découverte sera très important. Alzheimer touche près de la motié des Américains de 85 ans et plus. Elle touche près d’1 million de personnes en France. Rappelons que la maladie d’Alzheimer a été l’un des thèmes clés du 19e Congrès mondial de gérontologie et de gériatrie, qui s’est réuni du 5 au 9 juillet 2009 à Paris.

 

Un bel espoir pour la recherche, en tout cas, grâce à une substance quotidienne.
Une façon simple et agréable de combattre la maladie.

Cinq cafés par jour!

Article précédent

La leptine serait elle une des clé de la longévité?

Article suivant

Rire, c'est bon pour la santé !

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire