Ma santé

Une semaine pour réduire vos niveaux de pesticides dans votre organisme

Réduire le niveau de pesticides présents dans l’organisme en juste une semaine? Impossible selon vous? C’est pourtant une étude menée par des chercheurs de l’Université RMIT en Australie et publiée dans la revue Environmental Research qui l’affirme. Un régime alimentaire composé principalement (mais pas exclusivement) d’aliments organiques peut réduire les niveaux de pesticides dans l’organisme de 90%.

Le chercheur principal, Dr Liza Oates, a déclaré: « Nos résultats montrent que les personnes qui changent leur nourriture pour passer à principalement du bio en juste une semaine, peuvent réduire considérablement leur exposition aux pesticides. Ceci démontre que l’alimentation biologique a un rôle-clé à jouer dans une approche de réduction à l’exposition aux pesticides . »

 

L’EXPOSITION NEUROTOXINE DÉGRINGOLE

Beaucoup d’étude ont étudié l’effet d’une alimentation bio sur le niveau de pesticides chez les enfants. La spécificité de cette nouvelle étude est qu’elle est la première à publier sur le même phénomène chez les adultes. Les chercheurs ont demandé à 13 adultes au hasard de manger soit une alimentation composée d’au moins 80% d’aliments bio, soit composée de minimum 80% de nourriture « classique ». Cette dernière se composait d’aliments produits à l’aide de pesticides, d’engrais de synthèse et d’organismes génétiquement modifiés. Après sept jours, tous les participants ont changé leur régime alimentaire pendant une autre semaine. Des échantillons d’urine ont été prélevés le jour après la fin de chaque inversion de régime.

« L’exposition aux pesticides chez les adultes australiens se fait principalement par leur alimentation. Mais il y a d’autres sources d’exposition, nous voulions donc connaitre la différence que pouvait apporter une alimentation bio », a déclaré le Dr Oates.

L’urine des participants a été testée pour six produits chimiques différents connue sous le nom dialkylphosphates (DAP), qui sont produites quand le corps tente de digérer les pesticides organophosphorés .

« La production alimentaire conventionnelle utilise couramment des pesticides organophosphorés, qui sont des neurotoxines qui agissent sur le système nerveux des insectes – et les humains – en bloquant une enzyme importante » a déclaré le Dr Oates.

 » Des études récentes ont soulevé des préoccupations pour les effets sur la santé de ces produits chimiques, même à des niveaux relativement bas . « 

Les chercheurs ont constaté que les niveaux urinaires DAP des participants étaient 89 pour cent plus bas après une semaine avec une alimentation bio, comparé après une semaine avec un régime essentiellement classique .

« Cette étude est une première étape importante dans notre compréhension sur l’impact d’une alimentation biologique », a déclaré Oates . Les chercheurs travaillent actuellement sur ​​une étude plus complète.

 

D’autres moyens pour réduire l’exposition aux pesticides :

Bien manger des aliments organique peut être coûteux; il existe d’autres moyens pour réduire votre exposition aux toxines agricoles . Chaque année , l’Environmental Working Group (EWG ) publie une liste de classement des fruits et légumes avec la quantité de résidus de pesticides qu’ils contiennent, en utilisant des données provenant d’études menées par le ministère américain de l’Agriculture . Selon EWG , en évitant tout produit classique de la  » Dirty Dozen Liste  » ( 12 Les fruits et légumes les plus contaminés ) et faire une sélection dans la liste  » Clean Quinze  » (les 15 les moins contaminées ) on peut alors réduire l’exposition aux pesticides de 80 pour cent.

Vous pouvez également réduire considérablement votre exposition aux toxines en adoptant un régime alimentaire principalement végétarien, surtout si vous mangez aussi la plupart des aliments bio ou éviter le « Dirty Dozen » . Selon une étude de 2010, les personnes vivant dans un temple bouddhiste pendant cinq jours et en adoptant le mode de vie des moines (y compris un régime alimentaire sans viande) ont connu une chute spectaculaire des traces de deux antibiotiques et des phtalates dans leur urine .

Les phtalates sont des ingrédients communs dans les pesticides, ainsi que dans de nombreux plastiques souples. Ils se sont révélés comme des perturbateurs endocriniens et peuvent provoquer des perturbations pour les systèmes de reproduction, nerveux et autres. Les antibiotiques sont largement utilisés dans l’agriculture animale comme agents favorisant la croissance .

Notamment, les participants, qui ont mangé le plus de viande bovine, viande de porc et les produits laitiers avant le début de l’étude, ont commencé le séjour au temple avec des niveaux significativement plus élevés de phtalates dans leur urine comparés aux participants qui ont mangé moins de ces aliments.

Article précédent

Rester en forme toute la journée : 4 astuces pour y arriver

Article suivant

LE CRESSON DE FONTAINE, UN ANTIOXYDANT DE CHOIX !

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire