HumeurMa santé

L’épice qui soigne la dépression ?

La curcumine n’est plus à présenter et pourtant, connaissez-vous réellement ses différentes qualités thérapeutiques ? Cette épice jaune si connue est l’ingrédient actif du curcuma indien. Une épice dont la molécule principale fait partie des polyphénols non flanoïdes, antioxydants qui sont parés de toutes les vertus.

En effet, qui n’a pas encore entendu parler du curcuma et de ses avantages sur la santé ? Tellement recommandé et à la mode depuis quelques années, on pourrait croire qu’il solutionnerait n’importe quelle pathologie. Cela est presque le cas mais avant de commencer une cure complète de curcuma, il semble important de comprendre ce végétal et de faire plus ample connaissance.

Petite histoire du Curcuma

De son nom latin « Curcuma longa », le curcuma est une plante herbacée originaire de l’Asie du Sud qui pousse également dans diverses contrées dont le climat est tropical. Principalement utilisé comme épices pour donner ce goût particulier aux plats qu’il agrémente, cette poudre issu d’un rhizome a la particularité de colorer les assiette d’un joli orange, symbole de joie et de bonheur.

Cette épice exotique fait d’ailleurs partie de la composition du curry (que nous appelons Cari en Inde) que nous connaissons tous et qui est une épice qui se compose de plusieurs assaisonnements différents. Le curry est d’ailleurs l’une des épices principales de la cuisine indienne. D’ailleurs, dans la médecine ayurvédique (médecine traditionnelle indienne), cet assaisonnement est énormément mis en avant par les thérapeutes pour ses bienfaits sur la santé, notamment sur la sphère digestive.

Les indiens, de par leur culture,  ont dès lors une consommation bien plus importante que nous en cette épice qu’est le curcuma. Enfin, il n’est alors pas compliqué de faire certaines relations entre le taux de cancer plus faible dans ce pays qu’en Europe par exemple.

Du curcuma pour ma santé

Bien que le curcuma ait des propriétés positives et variées sur la santé, son action sur la sphère hépatique semble une des plus importante. En effet, la curcumine a cette faculté de protéger le foie ainsi que la vésicule biliaire. Dès lors, cette molécule sera principalement utilisé en cas de troubles hépatiques et gastro-intestinaux.  Au XVIIe siècle, Lemery en disait d’ailleurs que le curcuma était « propre à lever les obstructions de la rate pour la jaunisse et les pierres ».

Mais ne nous arrêtons pas uniquement au foie car cette épice peut accompagner dans bien d’autres pathologies : au niveau inflammatoire (articulaire mais pas uniquement) par exemple ou pour les troubles neurodégénératifs comme la maladie de Parkinson. En effet, étant donné sa capacité à traverser notre barrière hémato-encéphalique, la curcumine présente de puissantes propriétés neuro-protectrices.

De plus, la curcumine est une aide et un soutien considérable pour soulager les symptômes dépressifs et elle pourrait peut-être même servir de nouvel anti-dépresseur.  C’est en Australie qu’une étude a d’ailleurs été réalisée auprès de 123 personnes dépressives. Ces derniers ont reçu pendant 12 semaines soit un placebo soit différents dosages de curcumine. Excepté pour les patients ayant reçus le placebo, les autres groupes ont remarqué une nette amélioration des symptômes.

Quels sont les liens entre la dépression et le curcuma ?

Nous avions déjà parlé dans un article précédent des différents effets positifs de la curcumine sur la santé. De l’effet hépato-protecteur, antioxydant à l’anti-inflammatoire par excellence, cette miraculeuse épice a des atouts plus qu’intéressants sur la santé. Mais alors, quel lien avec la dépression ?  L’un des mécanismes de l’impact bénéfique de la curcumine sur les troubles neuropsychiatriques tels que la dépression semble être sa capacité à dompter  l’inflammation, celle-ci même qui peut causer des ravages sur votre santé psychiatrique.

En effet, l’inflammation gastro-intestinale a une action majeur sur les états de dépression. D’ailleurs, des biomarqueurs élevés de l’inflammation ont été trouvés chez des patients déprimés et l’administration de stimuli inflammatoires a été associé au développement de symptômes dépressifs. Aussi, la prise d’anti-inflammatoires a montré une modification favorable des voies neurochimiques impliquées dans la dépression. Mais pouvons-nous réellement donner des anti-inflammatoires aux effets secondaires problématiques pour soigner une dépression ? Certainement pas….

curcuma

Bien que la solution idéale à la dépression serait la modification du régime alimentaire vers une hygiène de vie axé sur le régime cétogène, la prise d’oméga 3 et de vitamine D, il semblerait que la curcumine pourrait être une aide supplémentaire très importante. L’inflammation n’est donc pas uniquement un facteur de risque, c’est bien la base du mal-être.

La dépression est le résultat des réactions du corps à se protéger contre une réponse inflammatoire, qui implique des hormones et des neurotransmetteurs. Notons les symptômes dépressifs les plus associés à l’inflammation chronique :

  • L’humeur changeante
  • Le cerveau réfléchit moins vite
  • Des changements dans la perception
  • Des changements dans le métabolisme général

Le curcuma peut-il réellement soigner la dépression ?

Affirmer à 100% que le curcuma est le remède idéale contre la dépression serait incorrect – quoique certaines études(*) prouveraient qu’il serait aussi efficace que du prozac – mais lorsqu’on connait tous les bienfaits de cette épice et ses différentes fonctions, on pourrait réellement se poser la question sur l’accompagnement positif qu’il pourrait avoir sur une personne dépressive.

De plus, la curcumine permet d’activer une hormone bien particulière, la sérotonine appelée 5-hydroxytryptamine (5-HT). Cette dernière est un neurotransmetteur dans le système nerveux central qui a un impact sur la régulation du  cycle circadien ainsi que dans divers désordres psychiatriques tels que le stress, l’anxiété, les phobies ou encore la dépression.

Néanmoins, ajouter du curcuma dans son alimentation ne sera pas suffisant, mais pas inutile dans une consommation quotidienne. En effet, pour que la curcumine, composé majeur du curcuma, soit correctement absorbée par la muqueuse intestinale et qu’elle passe aisément dans le sang, il sera nécessaire de prendre un complément alimentaire de qualité qui promet une haute absorption par l’organisme. Aussi, lorsque vous trouvez de la curcumine dans les différents points de vente, assurez-vous de la bonne qualité de celle-ci  sans quoi l’absorption organique sera inexistante.

De qualité liposoluble, le curcuma verra sa disponibilité croître et augmenter considérablement en l’associant à une base d’huile ou en la traitant avec des méthodes d’encapsulation comme des liposomes par exemple.

Bien entendu, vous pouvez toujours ajouter du curcuma à vos différents mets mais assurez-vous alors de l’associer avec du gingembre ou à une base lipidique pour profiter un minimum de ses qualités thérapeutiques.

Mais attention cependant à certaines contre-indications

Comme pour beaucoup de remèdes naturels, le curcuma a aussi ses contre-indications. Par exemple, il ne doit pas être utilisé si vous souffrez d’obstructions des voies biliaires ou si vous êtes déjà suivi par un traitement anticoagulants. En effet, les risques d’hémorragies sont alors bien présents. Mais en consultant un naturopathe, il pourra vous conseiller ou non sur la prise de curcuma dans votre traitement naturel.

Bien que très efficace pour prévenir certains cancers, il sera préférable de ne pas entamer une cure de curcuma si vous êtes en chimiothérapie.

N’hésitez pas à consulter un médecin ou un thérapeute de santé naturelle qui pourra vous guider et répondre à toutes vos questions concernant le curcuma et vos besoins réels. Adoptez dès lors les bons gestes et évitez l’auto-traitement.


Sources :

Article précédent

Quelle est la différence entre les minéraux et les oligoéléments ?

Article suivant

7 conseils alimentaires pour faire baisser votre taux de cholestérol

L'auteur

Vanessa Colant

Vanessa Colant

Naturopathe, rédactrice et formatrice en santé naturelle, je travaille principalement sur l’harmonie, l’équilibre vital et la santé globale des femmes grâce à la nutrition, la phytothérapie, l'équilibre émotionnel et énergétique.
Investie à 100% dans mon métier, j'accompagne un maximum de personnes sur le chemin de la santé et du bien être.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire