Menu & recherche
Des omégas 3 pour mon équilibre

Des omégas 3 pour mon équilibre

A l’heure actuelle, de nombreux régimes alimentaires prônent des conseils tous plus spécifiques les uns que les autres. Alors qu’il est important de conserver et de privilégier une hygiène nutritionnelle variée, évincer un aliment de son assiette pourrait être une erreur pour la santé globale. Nous avons tendance à diaboliser certain type d’aliment. C’est souvent le cas des lipides et donc des graisses. Dans cet article, attardons-nous plus spécifiquement sur les acides gras polyinsaturés de type oméga 3…

Cette catégorie d’acides gras est essentielle à notre survie. En effet, notre corps ne les fabrique pas. Nous sommes donc obligés de les apporter à notre organisme par l’alimentation. Souvent, en cas de malnutrition, une carence symbolique pourrait se faire remarquer et impacter sur le bien-être général.

Bien souvent, lorsque nous sommes confrontés à une situation de Burn Out dans notre vie, nous nous tournons alors généralement vers des solutions de soutien comme la médication naturelle, les thérapies de relaxation ou encore l’hygiène psychologique. Mais savez qu’une majeure partie de nos moyens de guérisons se trouvent finalement dans notre assiette ?

A quoi servent les omégas 3 ?

Notre cerveau étant composé en grande majorité d’acides gras essentiels (Le cerveau contient 60% d’acides gras dont 14% sont des omégas-3), on comprendra facilement qu’un apport en oméga 3 puisse apporter au système nerveux un équilibre et une balance pratiquement parfaite.

En outre, en période de dépression, de burn out, de post partum ou simplement de mal être saisonnier, l’organisme a un besoin plus important d’oméga 3. En effet, une carence marquée en oméga 3 pourrait potentialiser l’effet négatif d’un burn out ou d’une dépression par exemple. Évidemment, cela s’explique simplement parce que les troubles liés au système nerveux sont fortement impactés par une déficience en acide gras polyinsaturés.

Les oméga 3 du cerveau se composent de DHA (l’acide docosahexaénoïque ) à raison de 10 à 20% de la composition totale et d’ EPA (l’acide eicosapentaénoïque ) pour seulement 1%. Le DHA se situe principalement sur la membrane cellulaire et sera alors indispensable au bon fonctionnement des neurones et des synapses permettant alors une meilleure circulation dans les circuits cérébraux.

Outre les bienfaits sur le système nerveux, les acides gras essentiels comme les oméga 3 jouent aussi un rôle important dans diverses fonctionnalités du corps, comme :

  • L’équilibre hormonal
  • Le système immunitaire
  • La protection cardio vasculaire
  • La fonction rétinienne
  • La grossesse et le développement du fœtus

Les besoins du fœtus sont accrus pendant la grossesse avec un pic important vers le 6ème mois. Le bébé va alors puiser dans les réserves de la maman pour s’assurer un bon développement. Aussi, la femme enceinte devra avoir une alimentation correctement équilibrée pour éviter une carence. Le cas échéant, elle pourra se complémenter efficacement. Une maman sans carence en oméga 3 après l’accouchement pourrait vivre plus sereinement la période qu’on appelle maintenant le 4ème trimestre souvent associé au post partum.

Équilibre nutritionnel

A ce jour, notre alimentation est déséquilibrée et l’apport en oméga 3 est difficile à obtenir par l’alimentation traditionnelle. Alors que le ratio idéal devrait être 1 oméga 3 pour 4 oméga 6 ( 1 ω 3 / 4 ω 6) , nous en sommes actuellement à une balance bien trop instable, à savoir : 1 oméga 3 pour 20 oméga 6 ( 1 ω 3 / 20 ω 6). Ce ratio est réellement néfaste pour la santé globale de chacun. Nous devrions tous rétablir cet équilibre en incluant dans l’alimentation des aliments riches en oméga 3 comme les huiles végétales de

  • Lin
  • Cameline
  • Chanvre
  • Noix
  • Colza

Veillez à bien choisir vos huiles végétales. Préférez-les issues de l’agriculture biologique et de première pression à froid. De plus, conservez-les au frigo car elles rancissent très vite et ne les consommez que crues. Elles ne sont effectivement pas appropriées pour la cuisson.

Les poissons gras tels que :

  • Les sardines
  • Le maquereau
  • Le thon
  • Le saumon

D’ailleurs, les nutritionnistes préconisent un apport quotidien de 200 mg par jour en DHA. Si l’alimentation ne suffit plus car votre carence est déjà trop marquée, une alternative qui combinerait restructuration alimentaire et supplémentation grâce à des compléments de qualité est tout à fait envisageable.

Aucun commentaire
Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.