Menu & recherche
Deviendrons-nous tous amnésiques ?

Deviendrons-nous tous amnésiques ?

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative progressive, incurable et irréversible altérant les fonctions mentales. Elle est décrite pour la première fois en 1906 par un médecin allemand qui lui donna son nom. La lente dégradation des fonctions neuronales se manifeste au premier stade par la perte de la mémoire à court terme. Les troubles cognitifs plus sévères se traduisent ensuite par de la confusion, de l’irritabilité, de l’agressivité, la perte des fonctions exécutives (organisation, planification), la perte du langage et enfin la mort. Cette maladie bouleverse la vie du malade mais aussi celle de son entourage direct.

Elle touche en Belgique plus de 9% des personnes âgées de plus de 65 ans et deux patients sur trois sont des femmes. Ce chiffre monte à plus de 26% après 85 ans voire plus de 34% pour les personnes de plus de 90 ans.  Les estimations d’ici 2030 dans notre pays font état de plus de 251.000 cas selon la FRA (Fondation Recherche Alzheimer).

Le CDC (Center for Disease Control and Prevention, agence gouvernementale américaine en matière de protection de la santé publique) affirme que la maladie d’Alzheimer est la 6ème cause de décès aux Etats-Unis. Certaines études neurologiques, plus alarmantes, la hissent en 3ème position.

Sucre et sédentarité : un duo machiavélique

Si les causes exactes sont encore assez floues, la combinaison de certains facteurs inflammatoires, digestifs et environnementaux peuvent être corrélés à une augmentation du risque de développer la maladie.

Une alimentation raffinée, ultra transformée, associée à une consommation élevée de sucre mène progressivement à la résistance à l’insuline, donc à une élévation du taux de sucre sanguin. Diabète, maladies cardiovasculaires, hypertension sont des conséquences bien connues résultant de la concomitance de plusieurs facteurs. Ces maladies de civilisation augmentent les risques de développer les maladies neurodégénératives dont Alzheimer. Selon de récentes études, certaines parties du cerveau, privées de glucose suite à la résistance à l’insuline, correspondent aux zones affectées par la maladie.

L’activité physique régulière joue également un rôle favorable au maintien des fonctions cognitives, même en cas de diagnostic de la maladie. Le sport favorise la croissance et la connectivité des cellules cérébrales. Bouger permet en plus de réduire la résistance à l’insuline, de détendre les hypertendus et stimule de surcroit les fonctions intellectuelles. La sédentarité n’a encore montré aucun bénéfice…

Une éviction salvatrice

Pour les personnes souffrant d’Alzheimer, une alimentation pauvre en glucides et riche en graisses semble faire ses preuves. La première source d’énergie ne viendrait donc pas du glucose comme conseillé pour une alimentation équilibrée traditionnelle, mais plutôt des graisses et des protéines. La diète low carb voire cétogène doit être suivie par un spécialiste de la santé pour éviter toute carence en vitamines et minéraux. L’aliment de qualité, non transformé, sera toujours le premier choix. Lui seul permet de produire de l’énergie, de fournir le fioul de qualité à vos cellules et donc aux mitochondries.

D comme déficience

Une carence en vitamine D serait également liée au développement de la maladie, d’après The Scotland Dementia Research Center. Cette vitamine liposoluble, càd soluble dans la graisse, joue un rôle clé à de nombreux niveaux : immunité, inflammation, absorption du calcium mais aussi au niveau cérébral. Les personnes âgées carencées en vitamine D, en caroténoïdes et en acides gras polyinsaturés présentent un risque 4 fois plus élevé de développer la maladie d’Alzheimer.

Les ondes : tous irradiés

La pollution électromagnétique empoisonne également nos cellules : wi-fi, gsm, antennes relais envahissent espaces privés et professionnels avec leur lot de nuisances au niveau cérébral. Quelques mesures peuvent néanmoins limiter l’exposition comme couper wi-fi et gsm la nuit, mettre des écouteurs lorsqu’on passe un coup de fil, éviter de téléphoner en voiture,… Difficile de vivre à l’écart de tous ces types de pollutions que nous subissons bien souvent involontairement.

Dans l’intimité du microbiote

Les personnes atteintes par les maladies neurodégénératives dont Alzheimer présentent un taux de bactéries inflammatoires plus élevées que les personnes saines. Il ne faut pas sous-estimer les liens qui unissent le cerveau à l’intestin et les conséquences dommageables d’une flore pauvre et mal entretenue. Prescriptions d’antibiotiques à gogo, de médicaments en tous genres, combiné à une alimentation pauvre en fibres et en nutriments accentuent les effets délétères liés à une flore déficiente et pro inflammatoire. Une flore se nourrit, s’entretient au quotidien.  Un microbiote riche et équilibré, c’est un passeport pour un bien-être physique et émotionnel.

La maladie d’Alzheimer est donc multifactorielle. Vous pouvez avoir hérité des faiblesses génétiques de vos parents sans en développer la maladie. Ce n’est donc pas une fatalité.

Si de nombreux facteurs sont entre vos mains comme l’alimentation, la qualité de votre assiette, votre style de vie, d’autres éléments nous échappent et ne peuvent être modifiés. Stimulez votre mémoire et votre cerveau quotidiennement. Lisez, apprenez, aiguisez vos connaissances dans vos domaines de prédilection, adoptez une hygiène de vie saine et moins stressante vous permettront de lutter contre ce fléau.

Une complémentation anti-inflammatoire s’avère intéressante pour diminuer le vieillissement précoce et donc la perte prématurée des cellules cérébrales. Des études ont montré que la curcumine et le resvératrol aident à contrer les effets du vieillissement du cerveau, surtout si ces 2 produits sont pris sous une forme plus absorbable comme le liposome. Le curcuma resvératrol liposomé combine ces composés et présente une puissante synergie réduisant les effets délétères du stress oxydant et des neuro-inflammations.


Références :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23276553

http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1028455912001817#bbib81

http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2017/06/15/us-alzheimers-disease-deaths-increase.aspx?utm_source=dnl&utm_medium=email&utm_content=art1&utm_campaign=20170615Z1&et_cid=DM147556&et_rid=2044854110

http://www.alzh.org/fr/fondation

Aucun commentaire
Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.