Défenses naturellesDetox

Un extrait d’asperge pour soigner la « gueule de bois » ?

asperge photoUn extrait d’asperge pourrait accroître la fonction des enzymes hépathiques et stimuler le métabolisme de l’alcool, selon une nouvelle étude coréenne.

Les résultats publiés dans le Journal de Science Nutritionnelle indiquent que l’on pourrait obtenir ces extraits en utilisant les parties de l’asperge qui sont habituellement éliminées par les processeurs et les cultivateurs, comme les feuilles par exemple, qui sont en fait une source bon marché de bioactifs.

 » Ces résultats apportent une évidence biochimique de la méthode avec laquelle l’Asparagus Officinalis exerce ses fonctions biologiques, incluant le soulagement de la gueule de bois et la protection des cellules hépathiques contre les actions toxiques « , écrivent dans leur rapport les chercheurs de l’Université Nationale de Jeju.

Les extraits de jeunes pousses et de feuilles d’asperges ont été testées pour vérifier si elles pouvaient réduire la toxicité dans des cellules hépathiques humaines exposées au peroxyde d’hydrogène (un oxydant).
 La  » gueule de bois  » résulte, en effet, directement de la toxicité de l’alcool sur l’organisme.

Selon les données de l’étude, le contenu nutritionnel, c’est-à-dire les acides aminés et les minéraux non organiques, était plus important dans les feuilles que dans les pousses.

En testant l’extrait de feuille d’asperge dans les cellules hépathiques, les chercheurs coréens ont mesuré le degré de dérivés réactifs de l’oxygène  (DRO) exposé au peroxyde d’hydrogène et ont constaté une réduction de 70%.

De plus, la toxicité des cellules provenant du peroxyde d’hydrogène et de l’éthanol (alcool)  » a été diminuée significativement par les extraits de feuilles et de pousses d’ A. Officinalis « , ont déclaré les chercheurs.

L’impact des extraits d’asperges sur deux enzymes clés qui métabolisent l’alcool (éthanol) a aussi été étudié.
L’activité enzymatique de l’alcool déshydrogénase (ADH) et l’aldehyde déshydrogénase (ALDH) a été régulée et multipliée par deux en réponse aux extraits de feuille et de pousse.

L’excès d’éthanol génère du DRO (dérivés réactifs de l’oxygène = oxydants), et il est principalement éliminé par l’alcool déshydrogénase (ADH), c’est le principe de protection des cellules contre le stress oxydant.

Rappelons que le stress oxydant est impliqué dans la physiopathologie de nombreuses maladies chez l’Homme (cancers, maladies cardiovasculaires, maladies neurodégénératives.). De même, le stress oxydant pourrait représenter un facteur pathogénique essentiel dans la survenue des atteintes hépatiques liées à l’alcool.

Ces résultats suggèrent que l’Asparagus officinalis exerce un large spectre d’activités incluant une forte activité antioxydante et la capacité d’agir comme un facteur catalytique potentiel pour stimuler les activités enzymatiques nécessaires pour métaboliser l’éthanol.
Les feuilles d’asperges, qui sont habituellement éliminées et jetées, ont donc un fort potentiel d’utilisation dans les thérapies du foie et les troubles qui y sont associés.

 L’asperge est un légume populaire en Europe et aux USA. Les pays les plus productifs sont la Chine, le Pérou, les USA, l’Allemagne et l’Espagne. Cette dernière en a produit 50.000 tonnes des deux variantes (blanches et vertes) en 2005.

Ce n’est pas la première fois que l’asperge attire l’attention sur ses propriétés, dont la plus connue est qu’elle est diurétique, sans doute parce qu’elle a une teneur élevée en potassium, et qu’elle contient des fructosanes (des sucres complexes)  ains que de l’asparagine. Elle est aussi très faible en calories.

À ajouter dans votre potager! Les asperges peuvent occuper pendant longtemps le même enplacement dans le jardin, soit pour une période de 15 à 20 ans…

Article précédent

7 étapes pour commencer à rêver de manière consciente

Article suivant

Le thé blanc dépasse le thé vert et le thé noir pour son action anti-âge.

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire