Comment soigner l’Helicobapter pylori avec des remèdes naturels ?

Comment soigner l’Helicobapter pylori avec des remèdes naturels ?
4.4 (88%) 5 votes

Sujet aux gastrites, douleurs stomacales, remontées acides, toux, tout en ayant un tempérament stressé, nerveux, angoissé ? Peut-être logez-vous l’Helicobacter Pylori dans la muqueuse de votre estomac…

Contractée pendant l’enfance, persistant à l’âge adulte, la présence de la bactérie helicobater pylori dans l’estomac concernerait 50% de la population mondiale. Pour beaucoup, cette infection est asymptomatique, pour d’autre, elle se révèle être un véritable calvaire et pour une minorité, selon la souche H. Pylori, cette bactérie à la forme spiralée peut favoriser l’apparition de cancers gastriques. Dans cet article, découvrez des solutions naturelles complémentaires aux traitements conventionnels pour éradiquer cette bactérie.

H Pylori : ce qu’il faut savoir

En France, son taux de colonisation est estimée à environ 25% et sa transmission est généralement familiale lors de rapport de promiscuité pendant l’enfance. Ayant développé une résistance aux acides de l’estomac grâce à une enzyme spécifique ( l’uréase), H Pylori va pouvoir se loger dans la muqueuse gastrique créant ainsi, sur le long terme, une inflammation communément appelée gastrite. Dans 5% des cas, celle-ci peut provoquer des ulcérations car la muqueuse fragilisée devient poreuse et se fait « grignoter » par les acides de l’estomac. Le traitement conventionnel repose donc sur la prise d’un inhibiteur de pompe à proton (« anti-acide ») à double dose combiné à deux antibiotiques pendant sept jours. Quatre à six semaines plus tard, un test respiratoire est effectué pour vérifier l’efficacité du traitement.

Les conséquences de ces traitements ne sont pas à sous-estimer. En effet, les antibiotiques, aussi salutaires soient-ils, lessivent entièrement la lumière intestinale de toute vie microbienne éradiquant du même coup, toutes les bonnes bactéries nécessaires à une bonne santé physique et mentale. De plus, la trithérapie préconisée a ses limites (70% de réussite) ce qui révèle un autre problème : la résistance aux antibiotiques notamment à la clarythromicine qui est de l’ordre de 21% en France.

Une alimentation appropriée anti-acide et anti Helicobacter Pylori

  • Mettez des brocolis et des radis noirs dans votre assiette, riche en sulforaphane qui sont de puissants bactéricides.
  • Parallèlement, évitez la consommation de sucre, de farines raffinées, de plats industriels, d’alcool et de plats trop gras et/ou pimentés.
  • Préférez les aliments basifiants (pomme de terre, banane …) aux aliments dits acides.  
Helicobacter Pylori

H Pylori : astuce empruntée à l’aromathérapie

Selon les recommandations de votre médecin, de votre aromathérapeute ou naturopathe, certaines huiles essentielles peuvent agir comme antibiotiques naturels sans les inconvénients de ces derniers.

En première intention, on s’intéressera aux :

  • Huiles essentielles à phenol comme celle d’origan compact (origanum compactum) qui est la bactéricide la plus puissante.
  • L’huile essentielle de girofle (eugenia caryophillata), quant à elle, limite fortement la propagation de la bactérie.
  • L’huile essentielle de sauge (salvia officinalis) permet la cicatrisation des muqueuses de l’estomac.

La phytothéparie pour soulager ou prévenir les affections dues à l’Helicobacter Pylori

  • Le jus de canneberge est recommandé pour soulager l’inflammation et limiter la prolifération des bactéries en les empêchant d’adhérer aux parois de l’estomac. Cependant, il ne permet pas d’en venir à bout.
  • La réglisse est un pansement gastrique naturel. Elle permet de calmer l’inflammation des muqueuse tout en cicatrisant les zones abîmées. A ne pas consommer en cas d’hypertension artérielle.
  • Le curcuma est un anti-inflammatoire, le gingembre facilite la digestion et le clou de girofle un anti bactérien puissant.
  • La camomille romaine, outre son action anti-inflammatoire locale au niveau des muqueuses de l’estomac, ses bienfaits ont été comparés aux inhibiteurs de pompes à proton (anti-acide)

Probiotiques adaptés alimentés par des prébiotiques de qualité

Récemment, il a été admis que les probiotiques ont leur rôle à jouer dans la réussite des traitements conventionnels et complémentaires, notamment grâce à une souche spécifique : les lactobacillus reuteri.

Pour compléter l’ensemencement de probiotiques, la consommation de kéfir, de komboucha, de miso, ou de légumes lacto-fermentés permettra de nourrir le microbiote intestinal mais aussi buccal ( Helicobacter Pylori se retrouve tout le long du trajet digestif ).

Cette affection est insidieuse. Beaucoup en souffre sans le savoir car elle n’est souvent détectée qu’au bout d’un long parcours d’errance médicale tout en n’ayant pas la garantie d’une trithérapie efficace.

Les conseils présentés doivent être considérés comme complémentaires aux traitements conventionnels, comme éléments de soutien loin de toute fatalité.

Cependant, mis en place de manière isolée, ils n’auront pas grand intérêt. Leur efficience repose sur la synergie, sur la personnalisation de votre protocole et sur votre engagement sur le long terme à le mettre en pratique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.