Défenses naturelles

Alcaliniser ou acidifier les tissus pour prévenir le cancer ?

L’une des causes les plus importantes du développement du cancer est vraisemblablement l’équilibre acido-basique de nos tissus. C’est déjà ce qu’avait mis en évidence le Dr OttoWarburg (né le 8 octobre 1883) au début du siècle dernier.

Lauréat du prix Nobel, c’est l’un des plus éminents médecins, physiologistes et biochimistes siècle qui découvrit le processus-clé de la respiration cellulaire et de différents du 20ème systèmes enzymatiques.

Il a démontré que les cellules cancéreuses changent leur métabolisme pour passer à un métabolisme anaérobie. Son hypothèse (non confirmée) repose sur le fait que les cellules cancéreuses se développent particulièrement dans un milieu pauvre en oxygène. L’autre facteur favorable à la croissance de ces cellules malignes mis en avant par le Dr OttoWarburg est une acidité tissulaire excessive, c’est-à-dire lorsque le pH est inférieur à 7,365.

Si le pH est faible (à 6,0), il y une production d’acide lactique. Combiné à une mauvaise oxygénation des tissus et donc à un excès de CO2 favorise, l’acidose constitue un terrain propice aux dégénérescences tissulaires. Selon le Dr OttoWarburg, il y aurait une relation directe entre le pH et l’oxygène. Un pH plus élevé (alcalin) signifie qu’il y a une concentration plus élevée en molécules d’oxygène, tandis qu’un pH plus faible (acide) relate une intoxination des tissus et une faible concentration en oxygène, oxygène qui est absolument nécessaire à la vie des cellules saines.

En 1931, il a été lauréat du prix Nobel de physiologie ou de médecine pour cette importante découverte sur la cause du cancer. Il déclare : « Les tissus cancéreux sont acides, alors que les tissus sains sont alcalins. L’eau se divise en ions H+ et OH-, s’il y a un excès d’H+, c’est acide ; s’il y a un excès d’OH-, alors c’est alcalin ».

En cela, il s’oppose au Docteur André Gernez, à Louis Claude Vincent et au savant États-Unien Reding qui affirme que : « L’acidose constitue un état défavorable au développement de la cellule cancéreuse, l’alcalose contribuant à son éclosion ». Il a été constaté que le taux le plus bas de cancérisation est détenu par le tissu le plus acide à savoir le muscle (ph en dessous de 7). Il ne se cancérise pratiquement jamais et n’héberge jamais des métastases cancéreuses.

Les rares cancers dont la guérison est spontanée (1 cas sur 90 000) guérissent toujours à la suite d’une fièvre intense et prolongée qui fait basculer le milieu cellulaire en acidose. D’après les recherches du Dr Enderlein, on arrivera à une guérison totale de maladies chroniques que lorsque le sang est ramené à un pH normal, c’est-à-dire légèrement alcalin.

Nous nous trouvons face à des informations qui semblent radicalement opposées. L’une des références en la matière, Christopher Vasey nous fournit la clé de cette énigme. En réalité, ces 2 hypothèses se rejoignent même et sont parfaitement conciliables simplement parce que les défenseurs de ces deux théories parlent de choses différentes !

Les scientifiques qui parlent de l’alcalinisation des tissus organiques et donc du terrain. Quant aux partisans de l’acidification, ils parlent de l’acidité sanguine. Or sang et tissus et sang possèdent pour ainsi dire des pH quasiment opposés. Le sang qui est le liquide le plus précieux de l’organisme et son pH doit demeurer dans des limites très strictes, en dehors desquelles apparaissent rapidement des troubles organiques, des modifications des états de conscience et puis la mort. L’organisme mettra donc tous les moyens en œuvre afin de maintenir un pH sanguin idéal.

C’est ainsi qu’il puisera dans les réserves minérales du corps afin de neutraliser les acides. Lorsque ce système tampon est dépassé, l’acidité gagne les tissus afin de préserver l’équilibre acido-basique sanguin. Avec le temps, les tissus et le terrain deviennent donc acides, ce qui est souvent à l’origine de problèmes douloureux type tendinite à répétition et autres inflammations diverses.

Ces systèmes de protection tendront petit à petit à rendre légèrement alcalin. D’une part, parce qu’il augmente ses réserves alcalines afin de tamponner les acides, et d’autre part parce qu’il transporte des bases d’une partie du corps à une autre. Ces bases sont destinées aux tissus acidifiés.

En conclusion, lorsque le terrain s’acidifie, le sang tend légèrement à l’alcalinisation. Lorsque le terrain a un pH normal, donc légèrement alcalin, tout va bien et le sang qui ne doit pas lutter contre un pH acide tend vers des valeurs légèrement acides afin d’équilibrer le pH alcalin du terrain. C’est ainsi que l’on en arrive à la recommandation d’acidifier le sang pour rester en bonne santé.

Dixit Christopher Vasey : « Ainsi lorsque Reding ou Vincent disent que la tendance à l’alcalose sanguine contribue à l’éclosion de la cellule cancéreuse, c’est parce que le terrain est acide. En effet, ce qui est primordial pour une cellule, c’est moins le sang avec lequel elle n’est pas en contact direct, que les sérums cellulaires qui imprègnent les tissus et qui représentent son environnement immédiat ».

Une chose est certaine, les cellules cancéreuses ne se développent pas dans un terrain sain avec un pH légèrement alcalin et un sang légèrement acide. Une personne bien nourrie et bien équilibrée manifestera un pH urinaire d’environ 7 à 7,5 et aura un pH sanguin qui avoisinera les 7.34. Malheureusement dans notre civilisation moderne tout concourt à nous faire basculer vers l’acidose : mauvaise nutrition, suralimentation, stress, pollutions, pensées négatives médicaments, etc.

Sachant que l’urine est le miroir du pH des tissus, vous pouvez facilement mesurer votre acidité tissulaire en utilisant des tigettes à pH urinaire achetables en pharmacie. L’alimentation est un moyen très simple, mais aussi très efficace pour agir et moduler le pH tissulaire, c’est-à-dire de votre terrain. Passez donc à l’action pour protéger votre santé.

Article précédent

Quelle serait l’une des véritables origines de la dépression ?

Article suivant

Les métaux lourds coupables de beaucoup de maladies ...

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire