Anti-âgeDéfenses naturelles

Le thé blanc dépasse le thé vert et le thé noir pour son action anti-âge.

Le thé blanc a un potentiel vraiment significatif dans la lutte contre le vieillissement de la peau, mais aussi pour combattre le cancer et l’inflammation, d’après les conclusions d’une étude toute récente.

 

Les chercheurs de l’Université de Kingston à Londres, en collaboration avec Neuraleseses Yard Remedies (une société qui fabrique des produits cosmétiques organiques en UK) ont eu véritablement le souffle coupé à la lecture des résultats qui illustraient le pouvoir du thé blanc à inhiber les enzymes qui attaquent le collagène et l’élastine (collagénases et élastases), et ses capacités à imiter l’action de l’une des propres enzymes antioxydantes du corps.

L’étude, publiée dans le Journal des Médecines Complémentaires et Alternatives BioMed, a testé 23 extraits de 21 plantes, et a révélé que le thé blanc était véritablement la star du lot.

Les extraits ont été évalués et contrôlés pour leur activité anti-collagénase et anti-élastase, deux enzymes qui contribuent au vieillissement de la peau, en réduisant le collagène et l’élastine. Ils ont été également été testés pour leur contenu phénolique et leur activité antioxydante.

 

Testé pour ses capacités SOD

L’équipe dirigée par le Professeur Declan Naughton de l’Université de Kingston a aussi testé la capacité des extraits à imiter la superoxyde dismutase (SOD), une enzyme naturelle qui permet de neutraliser les dérivés réactifs et dangereux de l’oxygène (DRO), comme le peroxyde d’oxygène et d’hydrogène (ces DRO sont des espèces chimiques à très forte réactivité capables d’oxyder les protéines et l’ADN, et donc responsables du vieilissement).

Cette enzyme SOD est une partie importante du système de défense contre les radicaux libres.

Le thé blanc a montré l’activité inhibitrice la plus élevée contre la collagénase avec un résultat de 87%, comparé au thé vert (47.17 %), à la rose (40.96 %), et à la lavande (31%).

thé

L’ effet anti-élastase de l’extrait de thé blanc était de plus de 89%, ici aussi le plus haut résultat de tous les extraits évalués.

De plus, selon le Professeur Naughton, la concentration utilisée dans ces expériences était significativement inférieure à celle que l’on peut trouver dans une tasse de thé.

“ Les niveaux sont de loin inférieurs à ceux que l’on peut trouver dans une tasse de thé.
Avec le thé blanc, nous devions juste continuer à le diluer, tellement il était fort
 « .

 

Le thé blanc de loin supérieur pour son activité inhibitrice

Si l’on considère l’action combinée de l’extrait de thé blanc sur l’élastase et la collagenase, le thé blanc a une activité inhibitrice de plus de 180%. Les meilleurs autres extraits testés arrivant seulement à 80%.

 

 » Nous avons été tout à fait surpris par ces résultats « , précise le Professeur Naughton.

 

De plus, le thé blanc avait le contenu phénolique le plus élevé (testé selon l’indice de Folin-Ciocalteu) et la plus haute capacité antioxydante.

Cinq des extraits ont montré une bonne activité mimétique SOD (plus de 70%), parmi lesquels le thé blanc avec le plus haut résultat, soit 87.92%, suivi de près par le thé vert (86.41%).

thé

 Quoiqu’ils appartiennent à la même plante, les thés vert, blanc et noir
semblent avoir des propriétés et des vertus très différentes pour la santé.

 

Le thé blanc provient des bourgeons de la plante. Il est appelé blanc à cause du duvet argenté que l’on peut voir sur les bourgeons, lorsque la feuille est séchée. Il n’est ni transformé ni oxydé. Tandis que le thé noir est, lui, cueilli plus tard et a subi une fermentation enzymatique, diminuant probablement ses propriétés bénéfiques pour la santé.

Les résultats de cette recherche proviennent de tests in vitro et, de toute évidence, doivent être complétés par des études animales et humaines. Mais selon le Professeur Naughton, les vertus potentielles de l’extrait de thé blanc peuvent être utilisées pour beaucoup de maladies de type inflammatoire, comme les problèmes cardiovasculaires, l’arthrite et le cancer.

 

“ J’aimerais tellement que d’autres chercheurs et d’autres scientifiques continuent ce travail et réalisent des études in vivo ” a-t-il encore ajouté.

 

Par ailleurs, le thé blanc permettrait de traiter l’obésité naturellement en régulant le stockage des graisses, selon une étude parue dans la revue Nutrition & Métabolisme Journal et réalisée par des chercheurs allemands.

 

Pour toutes ces raisons, à ajouter dans vos boissons favorites anti-âges

Article précédent

Un extrait d'asperge pour soigner la "gueule de bois" ?

Article suivant

L’importance de réinformer et de renouveler la silice du corps

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire