Défenses naturellesEnergie

Le point sur les différentes vitamines K

vitamine-d

La vitamine K1 est la plus connue des vitamines K, car elle joue un rôle excessivement important de prévention des caillots sanguins. Cependant, notre corps nécessite aussi de la vitamine K2 qui est elle aussi essentielle à la bonne santé du cœur et des os.

En fait, le « K » de « vitamine K » vient du terme allemand « koagulation ». Si la découverte de la vitamine K1 remonte aux années 1930, ce n’est que vers les années 70 que les chercheurs se sont rendu compte que cette vitamine était utile à bien d’autres fonctions.

On désigne parfois la vitamine K2 sous le nom « de la vitamine oubliée » puisqu’elle a souvent été négligée au profit de la vitamine K1.

Au départ, les chercheurs pensaient que les deux formes de vitamine K étaient interchangeables. Ils ignoraient alors qu’une carence en vitamine K2, comme de celle de vitamine K1 d’ailleurs, pouvait avoir conséquences fatales.

Dans la réalité, il existe 3 types de vitamine K :

– La vitamine K1 (phylloquinone) que l’on trouve naturellement dans les légumes verts. Elle va directement au foie et aide à maintenir les paramètres de fluidité sanguine.

– La vitamine K2 (ménaquinone) qui est produite par les bactéries de l’appareil gastro-intestinal. Elle sert directement à la construction des os, des tissus et des vaisseaux sanguins. En fait, elle facilite l’entrée du calcium dans les tissus qui en nécessitent (os et dents par exemple). Mais rôle encore plus important, elle permet d’éviter les dépôts de calcium aux endroits du corps où il n’en faut pas, comme dans vos artères et d’autres tissus mous.

La vitamine K2, normalement synthétisée par le corps, peut également être produite par les bactéries des nourritures fermentées. C’est généralement cette forme qui est recommandée pour la supplémentation puisqu’elle est naturelle et non-toxique, même à des doses de 500 fois supérieures aux apports journaliers recommandés officiels.

– La vitamine K3 (ménadione) est une forme synthétique de vitamine K qui est peu recommandée. On a noté une certaine toxicité de cette vitamine lorsqu’elle avait été injectée à des nourrissons.

On sait depuis que les vitamines K1 et K2 ne sont pas du tout interchangeables.

La vitamine K1 permet effectivement de réguler une bonne fluidité sanguine.

La vitamine K2 quant à elle est essentielle à la solidité des os forts, elle réduit les risques de maladies cardiaques et elle joue un rôle crucial dans de très nombreux autres processus physiologiques.

Comme la vitamine A, les actions de la vitamine K2 nécessitent la présence de vitamine D, l’une ne va pas sans l’autre…

Le Dr Cees Vermeer affirme que les carences en vitamine K sont très répandues parmi les populations actuelles. Selon lui, la plupart d’entre vous ont assez de vitamine K pour assurer les fonctions sanguines, mais les taux seraient insuffisants pour répondre à l’ensemble des autres besoins du corps.

Quels sont-ils :

Calcification – Prévention cardio-vasculaire, artérielle et veineuse (varice) – Prévention des démences – Prévention des caries dentaires et de l’ostéoporose – Prévention des cancers de la prostate, du poumon, du foie et des leucémies – Prévention des infections telles que les pneumonies.

De récentes recherches suggèrent qu’en ajoutant des aliments riches en vitamine K à votre alimentation, vous pourriez ralentir la baisse cognitive. Des aînés qui ont mangé quotidiennement une à deux portions des légumes verts à feuilles se sont avérés avoir des capacités cognitives correspondant à celles d’une personne 11 ans plus jeune que leur âge réel….

Vous en trouverez dans les épinards, le chou frisé, les bettes et les légumes verts piquants tels que les feuilles de moutarde.

Un moyen certain et sans aucun danger d’augmenter vos apports de vitamine K2 est de consommer des nourritures fermentées de manière régulière. Ainsi le natto, une forme de soja fermenté, en constitue vraisemblablement la meilleure source. Vous comblerez amplement vos besoins en vitamine K2 (environ 200 microgrammes) en mangeant 15 grammes de natto par jour, l’équivalent de la moitié d’une petite cuillère. Un autre moyen efficace sera de confectionner vous-mêmes vos légumes fermentés. Le « fait-maison » est toujours une bonne solution !

Source de l’article :

http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2015/04/20/important-fat-soluble-vitamins.aspx?e_cid=20150420Z1_DNL_NB_art_1&utm_source=dnl&utm_medium=email&utm_content=art1&utm_campaign=20150420Z1_DNL_NB&et_cid=DM73003&et_rid=922155134

Article précédent

L'indispensable synergie des vitamines

Article suivant

Le maïs non OGM, un aliment de choix

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire