Menu & recherche
Le rôle essentiel des télomères dans le processus de vieillissement

Le rôle essentiel des télomères dans le processus de vieillissement

Puisque l’on sait maintenant que les télomères occupent une place incontournable dans les processus de vieillissement et donc dans le maintien d’une jeunesse ou d’un rajeunissement, voyons précisément quel est leur rôle.

Dès la naissance, chaque cellule de notre corps contient un noyau. Chaque noyau contient notre patrimoine génétique. Ce patrimoine est inscrit dans les chromosomes eux-mêmes constitués par une double branche d’ADN, chaque branche étant elle-même composée d’unités que l’on appelle les « bases protéiques ». Il faut bien s’imaginer que chaque brin d’ADN contient environ 100 millions de bases. Les bases qui se succèdent ressemblent aux échelons d’une échelle enroulée en spirale. C’est aux extrémités de ces brins (au pied de l’échelle) que se situent les télomères eux-mêmes constitués de plusieurs bases protéiques (environ 15.000).

 

Dès les premiers instants du développement embryonnaire, les cellules (mères) commencent à se diviser
et déjà à ce moment les télomères commencent à raccourcir.

 

À des rythmes différents, toutes les cellules de tous les tissus se divisent tout au long de la vie. À chaque division cellulaire, les télomères se raccourcissent un peu. Lorsque ces derniers ne contiennent plus que 5000 bases survient la mort de vieillesse.

À la façon d’un chapeau protecteur, ils assurent l’intégrité et le maintien de l’échelle des ADN. Lorsque ce chapeau devient trop petit, il devient incapable d’assurer ce rôle et les cellules qui le constituent meurent à leur tour.

De nombreux facteurs peuvent accélérer le rétrécissement et la mort des télomères. Parmi eux, l’on compte par exemple : le surpoids ou l’obésité, le manque d’exercice, les stress émotionnels et psychologiques, le tabagisme, l’alcoolisme, la malbouffe, etc. il s’agit d’autant de facteurs qui génèrent des radicaux libres. Ces molécules les agressent et provoquent un raccourcissement et une mort prématurés de ces éléments protecteurs.

Ce phénomène est loin d’être inéluctable. Les dernières recherches scientifiques démontrent avec certitude que l’on peut agir sur ce processus dégénératif et ralentir l’usure de ces télomères.

Aucun commentaire
Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.