Menu & recherche
L’échinacée pour soutenir nos défenses immunitaire

L’échinacée pour soutenir nos défenses immunitaire

Nous approchons doucement des périodes où les températures vont baisser. Nos corps seront alors généralement mis à mal avec des rhumes, des infections diverses, des états grippaux et tant d’autres malaises symboliques d’un affaiblissement du système immunitaire. En effet, la majorité d’entre nous se sent plus fatigué en cette période de l’année et le corps ne se prive pas pour l’exprimer. Dès lors, on fonce en pharmacie pour faire une cure de vitamines et pour soigner tel ou tel mal-être du moment. Bien souvent, c’est aussi la période des sprays pour le nez !!

Pour booster le système immunitaire, rien de tel qu’une bonne hygiène de vie avec une alimentation adaptée, des heures de sommeil de qualité, un rythme de vie en accord avec la saisonnalité et surtout l’écoute de ses besoins. Néanmoins, faire appel à un soutien supplémentaire en phytothérapie peut être intéressant pour potentialiser les efforts effectués sur le long terme.

Zoom sur l’échinacée

L’échinacée purpurea est la plante par excellence pour booster ses défenses immunitaires le plus naturellement et le plus efficacement possible.   L’échinacée soutient l’organisme lorsque le corps en a vraiment besoin. Faire une cure en automne pour soutenir l’organisme a donc un réel sens. Qu’elle soit utilisée en prévention ou en action immédiate, elle est une aide indéniable pour l’organisme.

Historiquement, l’échinacée était la plante principale des Cheyennes, ces Indiens d’Amérique du nord qui utilisaient chaque partie de cette plante avec minutie.  Ils soignaient des maux divers et variés tels les maux de gorge, les infections respiratoires,  les douleurs dentaires, les morsures de serpent ainsi que les piqûres d’insectes. Bien souvent, l’échinacée était reconnue comme un antidote en cas d’empoisonnement. Concrètement, l’échinacée était un remède miracle en ces temps anciens. Très peu reconnue, ce n’est que vers les années 30 qu’elle devint populaire en Europe et aux Etats-Unis.

De la famille des Astéracées, les Indiens d’Amérique utilisaient plusieurs sortes d’échinacée (E. Purpurea, E. Angustifolia et E. Pallida) mais celle qui est utilisée en phytothérapie de nos jours est l’Echinacea Purpurea.  Cette dernière agit comme une armure contre les infections. Ainsi, elle démontre des capacités immunitaires naturelles en permettant aux globules blancs de se défendre de manière plus active contre les infections et les bactéries. Elle nous offre un panel incroyable de possibilités d’utilisation.  Et ce, qu’elle soit utilisée en teinture mère, en infusion, en décoction ou encore en extrait à sec

Utilisations

  • Décoction de Racine sèche : Mettre 1 ou 2 grammes de racine sèche (E. Pallida ou E. Angustifolia) dans une tasse d’eau, puis amener lentement à ébullition. Laisser mijoter 10 à 15 minutes. Boire 3 fois par jour.
  • En capsule de racine sèche (E. Pallida ou E. Angustifolia) : suivre la posologie du fabriquant.

Outre ses nombreuses propriétés diverses, l’échinacée a un tropisme particulier avec le système ORL. En effet, elle accompagnera les bronchites, les infections pulmonaires, les rhino-pharyngites, les rhumes, la grippe, les sinusites, les laryngites, les refroidissements, les maux de gorge, les angines, etc… Très puissante, elle peut également ancrer une action antibiotique dans le corps lorsque cela s’avère nécessaire. En l’associant à la gelée Royale et à la Propolis, vous obtiendrez le cocktail parfait pour combattre les microbes en période hivernale.

Si, à son utilisation, vos muqueuses buccales picotent et une engourdissement léger se fait ressentir au niveau de la bouche, ne vous tracassez pas.  C’est bien là le signe qu’il s’agit réellement d’échinacée et qu’elle agit favorablement sur votre organisme. Bien que cela puisse ressembler à des signes d’allergies, ce n’est absolument pas le cas.

N’oublions pas que chaque plante possède quelques contre indications. Dans le cas de celle-ci, nous vous recommandons de ne pas l’utiliser en continu plus de 3 semaines. Enfin, si vous souffrez de maladies auto-immunes ou dégénératives, elle sera également déconseillée.

Aucun commentaire
Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.