Menu & recherche
L’endroit le plus dangereux du monde pour l’homme :  LE SUPERMARCHE

L’endroit le plus dangereux du monde pour l’homme : LE SUPERMARCHE

Notre façon de nous alimenter a changé d’avantage en 50 ans qu’au cours des 10 000 dernières années. Un super marché américain propose 47 000 produits en moyenne, produits pour lesquels les saisons sont inexistantes puisque l’on trouve de tout, toute l’année. Les fruits et légumes sont récoltés ou cueillis à l’autre bout du monde et ensuite importés. Les tomates cueillies vertes sont ensuite mûries à l’éthylène. Elles ont l’apparence de tomates mais n’en ont plus en aucun cas la saveur.

Un enfant de 10 ans qui se nourrit « normalement », c’est-à-dire à la cantine scolaire et à la maison avec des aliments achetés en grande surface, n’absorbe pas moins de 128 résidus chimiques chaque jour. Petit déjeuner, collation, déjeuner, goûter et dîner, tous ceci conforme aux recommandations officielles : 5 fruits et légumes frais, 3 produits laitiers et 1 litre ½ d’eau par jour, paraîssent constituer unealimentation équilibrée.

Pourtant quand on analyse le contenu de plus près, les résultats sont inquiétants puisque parmi les molécules ingérées, on décèle 36 pesticides, 5 cancérigènes, 42 molécules suspectées d’être cancérigènes et 37 perturbateurs hormonaux. Par exemple, le pain complet contient 2 pesticides cancérigènes identiques à ceux contenu dans la baguette traditionnelle de pain blanc ou dans le pain de mie, un 1 steak haché consommé à la cantine contient 1 dioxine et 7 PCB, ces résidus chimiques responsables d’infertilité, de trouble de croissance et probablement cancérigènes. Au rayon poisson, un morceau de saumon contient à lui seul 7 dioxines, 12 PCB et une trace de métaux lourds. Du côté des fruits et légumes, la salade et la tomate contiennent 2 pesticides chacune, la pêche en contient 4 et la pomme importée en contient 6. Selon les associations officielles « responsables » de NOTRE santé ces doses ne sont pas dangereuses car elles restent inférieures aux limites légales.

On peut cependant se poser la question quant aux dégâts occasionnés par ces substances lors d’une prise quotidienne et répétitive durant toute une vie, ce qui s’ajoute au bagage moyen des 200 substances chimiques toxiques trouvées dans le cordon ombilical dès la naissance.

Bien des scientifiques se posent la question de savoir si l’accumulation de ces nombreux toxiques, accumulation couplée à d’autres facteurs délétères propres à notre époque, n’expliqueraient pas l’augmentation des taux de cancers, de diabètes et autres maladies neuro-dégénératives chez les enfants et parmi les populations de plus en plus jeunes.

Il est intéressant de savoir que des études démontrent que la consommation de produits biologiques par des enfants réduit malgré tout de 50% la quantité d’absorption de ces substances toxiques.

Il est grand temps de nous réapproprier notre pouvoir de citoyen responsable ainsi que notre liberté de choix et notre droit à l’information car en fin de chaîne, ce sont les consommateurs et plus particulièrement les enfants qui paient la facture (en problèmes de santé) de toutes ces manipulations financières et autres affaires de gros sous au profit des plus puissants de plus en plus présents qui maîtrisent et dominent  le marché de l’agroalimentaire.

1 commentaire
Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. […] effet, les supermarchés œuvrent principalement dans un objectif de vente et donc de profit. Dès lors, pour la majeure […]

Aller à la barre d’outils