Défenses naturellesNos dossiers

Les antibiotiques: existe t il des alternatives naturelles?

Les antibiotiques (du grec anti : contre, et bios : la vie) sont des molécules chimiques qui ont une action toxique spécifique sur les bactéries. Le terme antibiotique est donc réservé aux médicaments actifs contre les bactéries. Pour les autres micro-organismes, nous devons employer le terme d’antiviraux pour lutter contre les virus et d’antifongiques pour lutter contre les champignons.

Effets secondaires des antibiotiques

Les effets secondaires des antibiotiques sont nombreux et variés. Les réactions allergiques se traduisent par des démangeaisons, des éruptions cutanées, des oedèmes, voire un état de choc (surtout le groupe des pénicillines).

Très fréquents, les troubles intestinaux (diarrhées) sont dus à la destruction par les antibiotiques de la flore intestinale normale, ce qui favorise également le développement des champignons (candidose), surtout en cas de traitements antibiotiques fréquents ou prolongés.

Très récemment, des chercheurs de l’université de Boston (USA) viennent de faire une découverte qui risque de faire l’effet d’une bombe si elle n’est pas occultée.

Ils démontrent que les antibiotiques stimulent la production de radicaux hydroxyles dans les cellules des bactéries. En fait, il s’agit de l’arme utilisée par les antibiotiques pour tuer les bactéries, expliquent les chercheurs dans la revue Cell publiée le 6 septembre. Le problème est qu’une fois les bactéries tuées, notre corps récolte ces radicaux libres dangereux. En effet, les hydroxyles sont des radicaux libres de la pire espèce qui provoquent de gros dégâts dans l’ADN, les protéines et les membranes cellulaires. L’altération des protéines contribue à la perte d’élasticité des tissus, au développement de la cataracte et au vieillissement des cellules. L’altération de l’ADN et des membranes cellulaires interviendrait dans le développement des cancers et des maladies cardiovasculaires.

L’alternative naturelle

pamplemousseL’Extrait de Pépins de Pamplemousse (EPP) est non seulement plus performant que l’antibiothérapie, mais en cas d’utilisation prolongée ou fréquente, il n‘engendre ni résistance, ni réactions allergiques. Son action s’étend à environ 800 souches de bactéries et de virus, et à environ 100 souches de champignons, ainsi qu’à un très grand nombre de parasites unicellulaires. Des essais comparatifs en concurrence avec 30 antibiotiques puissants et 18 antimycotiques ont été établis par des équipes de recherche internationales. Dans chaque essai, l’EPP  s’est avéré d’un effet équivalent ou supérieur sur les souches présentes.

L’Extrait de Pépins de Pamplemousse est donc un antibactérien, un antifongique, un antimicrobien, un antiviral, un antiparasitaire et unconservateur. Il agit en désorganisant la membrane cytoplasmique et mitochondriale des microorganismes. L’EPP  renforce les défenses immunitaires alors que les antibiotiques classiques les inhibent.

Modes d’utilisation de l’EPP :
J’utilise depuis quelques années un EPP très concentré.

En usage interne : L’Extrait de Pépins de Pamplemousse étant 5 fois plus concentré que les extraits de pépins de pamplemousse généralement commercialisés, l’administration quotidienne recommandée est de : 2 gouttes 3 à 4 fois par jour, pendant ou en dehors des repas. ATTENTION : ne jamais utiliser l’Extrait de Pépins de Pamplemousse pur, mais toujours dilué dans un verre d’eau, un jus de fruits, un jus de légume ou une boisson chaude.

En usage externe : on agit directement sur l’endroit concerné soit en gargarisme ou en bains de bouche (2 gouttes dans 1 verre d’eau), soit en badigeonnage ou en application locale du mélange dilué ou pur 2 à 3 fois par jour.


Par le Dr Thierry Schmitz

Article précédent

Appauvrissement inquiétant des minéraux et vitamines des aliments frais

Article suivant

La clé de la santé : le glutathion

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire