Défenses naturelles

Les études démontrent les bienfaits de l’encens et de la myrrhe

encens-vignette

Les études démontrent les bienfaits de l’encens et de la myrrhe

L’encens et la myrrhe ont longtemps été vantés pour leurs capacités curatives et protectrices puissantes. Par exemple, les deux matières ont un lien avec le christianisme ; elles étaient toutes deux des cadeaux apportés à Bethléem par les Rois Mages. Elles ont également été employées à travers un grand nombre de cultures en période antique ; en Égypte, l’encens a été employé comme eye-liner, non seulement pour augmenter la beauté, mais aussi pour apporter une protection à leurs yeux. Le médecin grec Hippocrate a beaucoup écrit au sujet de la myrrhe, et l’encens et la myrrhe ont été fortement négociés pendant des milliers d’années.(1)

Aujourd’hui, les deux continuent à se révéler efficaces, notamment dans la guérison de certains cancers.

L’encens contre le cancer

Des chercheurs de l’université de Leicester disent que l’encens contient un composé chimique qui a le potentiel de tuer les cellules cancéreuses et qui peut être un traitement viable des cancers tels que les cancers du sein, de la prostate, des ovaires et du côlon. Ce composé particulier est l’acide acétyl-11-kéto-bêta-boswellique (AKBA) ; il a été longuement étudié par des experts qui ont démontré sa capacité à combattre les cellules cancéreuses ovariennes, même en phase terminale.(2)

« Après une année à étudier le composé d’AKBA avec des variétés de cellules de cancer ovarien in vitro, nous avons pu démontrer qu’il est efficace pour tuer les cellules cancéreuses », a indiqué Kamla Al-Salmani, un étudiant universitaire du département de médecine moléculaire. « L’encens est pris par beaucoup de personnes sans effet secondaire connu ». Plus prometteuse encore est leur constatation que l’AKBA est efficace même sur des cellules cancéreuses qui ont été résistantes à la chimiothérapie. Le Dr Mark Evans dit : « Il peut, en effet, être en mesure de surmonter la résistance aux médicaments et augmente le taux de survie des patients atteints d’un cancer ovarien à un stade avancé ». (2)

Myrrhe, encens et autres combinaisons pouvant aider à la guérison

La myrrhe aussi s’est avérée efficace pour améliorer la santé. Utilisée en huile essentielle, on lui attribue la capacité à guérir les problèmes cutanés tels que le pied d’athlète et l’eczéma ; elle aide également à la cicatrisation des plaies, le renforcement des gencives et les problèmes respiratoires. (3,4) De plus, une étude publiée dans « Journal of Food Safety, Nutrition and Public Health » démontre que la myrrhe a une capacité à réduire le cholestérol. Une combinaison d’encens et de myrrhe est également bénéfique pour la santé ; la « National Association for Holistic Aromatherapy » suggère qu’avec la cardamome et la cannelle, ils peuvent dissiper les maux d’estomac, combattre la mauvaise haleine et soulager les douleurs dentaires.(5)

La combinaison de la myrrhe et du safran des Indes (curcuma), ayant un grand effet protecteur, est un excellent détoxifiant cellulaire et réduit la toxicité du plomb. Cette étude a été éditée dans « Basic & Clinical Pharmacology & Toxicology » et entreprise par des chercheurs de l’Université d’Alexandrie, en Égypte. (6)

Bien que les avantages de l’encens et de la myrrhe sont nombreux, il convient de noter que leurs huiles (comme toutes les huiles essentielles) sont puissantes et, de ce fait, un examen consciencieux de la dilution pour l’ingestion et l’application topique devrait être mené. Idéalement, seules les huiles essentielles thérapeutiques de qualité devraient être utilisées. Parlez-en à un naturopathe avant de les employer afin de le faire sans aucun risque.

L’utilisation de ces huiles dans un diffuseur permet d’en récolter les bénéfices en toute sécurité.

Sources :

(1) http://www.history.com

(2) http://www.universityherald.com

(3) http://www.thealternativedaily.com

(4) http://www.livestrong.com

(5) http://www.telegraph.co.uk

(6) http://www.naturalnews.com

Article précédent

Les produits et additifs dérivés du glutamate monosodique (GMS)

Article suivant

Des traces de résidus médicamenteux et de polluants dans les eaux en bouteille

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire