Nos dossiers

Les herbes aromatiques et les épices ont des vertus thérapeutiques !

Les herbes aromatiques et aromates constituent toutes substances végétales aux odeurs agréables, employées en cuisine afin de procurer goût et arôme aux aliments. Afin d’éveiller vos envies, les plantes aromatiques sont aneth, anis, badiane, basilic, cerfeuil, ciboulette, citronnelle, carvi, coriandre, cumin, estragon, genévrier, laurier, marjolaine, mélisse, menthe, moutarde, origan, persil, romarin, sarriette, sauge, serpolet, thym. Venues de tous les coins de la planète, acclimatées et cultivées pour la plupart en Europe, elles sont utilisées fraîches ou séchées ou en graines.

Beaucoup d’entre elles furent utilisées comme médicaments, certaines s’utilisent encore en phytothérapie. Bien des légumes sont aussi employés comme aromates, ail, échalote, oignon pour les plus courants, mais carotte, fenouil, poireau et tomate interviennent aussi dans le même but. Les épices, parties de plantes aromatiques dotées de saveurs fortes, sont souvent mélangées et utilisées pour l’assaisonnement des mets. D’origine exotique et provenant de contrées lointaines comme l’Asie et l’Orient, les épices ont la faculté de stimuler notre imaginaire et de nous faire voyager. Importées depuis les grandes explorations du monde au Moyen Age, les épices étaient très en vogue et tous les plats en contenaient. Elles étaient utilisées aussi bien pour leurs propriétés gustatives qu’antiseptiques et thérapeutiques.

L’usage de beaucoup d’entre elles fut d’ailleurs bien souvent le remède pour la santé avant d’être utilisées en cuisine. Contrairement aux orientaux, nous, Européens, ne sommes que de très petits consommateurs d’épices.

Actuellement on constate un regain d’intérêt pour ces substances, tant d’un point de vue culinaire que thérapeutique. Ainsi, depuis quelques années, il est devenu nettement plus aisé d’en trouver, vendues en vrac ou en flacons, en graines, en bâtons ou poudre. On les trouve facilement dans les petites épiceries fines mais aussi sur les marchés et dans les grandes surfaces. Il est préférable de les acheter en petites quantités et de les conserver bien à l’abri de la lumière et de l’humidité, dans un flacon hermétiquement fermé, car elles s’éventent rapidement et facilement.

Traditionnellement, on classe les épices en deux catégories selon leur saveur. D’un côté on mentionne les épices douces telles que l’anis étoilé ou badiane, la cardamome, la cannelle, le curcuma, le clou de girofle, la noix de muscade, le safran ou encore la vanille ; de l’autre se trouvent les épices brûlantes comme le cumin, le gingembre, le paprika, le poivre et le piment. Les poivres et piments forment à eux seuls une famille très importante, comprenant des dizaines de sortes différentes, variant dans leur degré d’intensité. Aujourd’hui, le piment semble être l’épice la plus cultivée et la plus consommée à travers le monde.

Chaque épice possède une réelle action ou un réel pouvoir qui lui est propre. Certaines possèdent parfois une réputation tenace sans qu’aucune preuve scientifique ne l’ait jamais confirmée. Elles possèdent presque toutes des vertus antiseptiques depuis longtemps reconnues et exploitées grâce aux marinades et dans des préparations « classiques ». Ainsi la cannelle ou le clou de girofle, ingrédients du vin chaud ou autres remèdes, sont préconisés en cas de rhume ou une grippe, d’infections dentaires ou encore pour stimuler le foie. Des vertus digestives sont attribuées au cumin ou du carvi dont le rôle est de stimuler la motilité et les sécrétions du tube digestif. C’est pour cette raison qu’elles sont très souvent présentes dans des cuisines traditionnelles telles que la cuisine alsacienne ou indienne afin d’en alléger la digestion.

Certaines traditions accordent aux poivre, paprika, piment ou gingembre des vertus aphrodisiaques bien qu’aucune étude scientifique ne confirme cette information. On observe cependant que, lors de l’ingestion de telles épices, se manifeste une dilatation des petits vaisseaux sanguins entraînant une sensation de chaleur. On peut dès lors supposer que les régions pelviennes, où sont situés les organes sexuels, bénéficient également de cette dilatation et de cette stimulation. Il existe depuis quelques années un regain d’intérêt pour les vertus curatives de différentes épices. Ainsi, nombre de chercheurs se sont attelés à en identifier les pouvoirs antioxydants, anti-inflammatoires ou anti-tumoraux. Pour les dames soucieuses de leur ligne à l’approche des beaux jours, sachez qu’aromates, condiments, épices ne contiennent pas ou que très peu de calories et sont ainsi fort utiles afin d’effectuer quelques variantes culinaires lorsque l’on souhaite réduire l’apport de matière grasse. Afin d’égayer vos moments gustatifs, n’hésitez donc pas à épicer et à aromatiser vos petits plats. Découvrez de nouvelles contrées olfactives et culinaires, votre organisme ne s’en sentira que mieux grâce à cette nouvelle dynamique nutritionnelle.


Cet article pourrait également vous plaire : Face à la chimie, faisons appel aux plantes !

Article précédent

Mais où se cachent les perturbateurs endocriniens qui nous gâchent la santé ?

Article suivant

La goutte, une inflammation articulaire intense

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire