Défenses naturelles

Les huiles végétales à bannir définitivement

Si l’huile de coco est excellente pour l’organisme et pour la santé, il n’en va pas de même pour toutes les huiles végétales. Certaines sont à proscrire totalement, car elles sont carrément nocives est toxique pour notre corps.

 

Quelles sont ces huiles ?

 

1 – L’huile de canola (colza transformé)

Cette huile est à ce point modifiée que même dans la nature les insectes et les animaux l’évitent ! En effet, cette plante dérivée de la famille des moutardes contient des composants toxiques dérivés du cyanure.

Elle est traditionnellement utilisée en très faible quantité dans les cultures indiennes et asiatiques. Par contre, les Américains utilisent l’huile de colza partout et pour tous.

Raffinée et désodorisée, les graines de colza dont on extrait cette huile sont soumises à des températures extrêmes à tel point qu’aucune vertu des oméga-3 ne subsiste.

Les graines de colza utilisé pour la fabrication de cette huile sont purement OGM ; or les dégâts sur la santé qu’ils engendrent commencent à être reconnus.

Un bon conseil : lisez les étiquettes des aliments que vous achetez, car il y en a partout !

 

2 – L’huile de coton

coton

L’huile de coton est intégrée dans des milliers de produits alimentaires issus de la grande industrie. Vous en trouverez dans les boîtes de conserve, dans les plats préparés et préemballés, dans les boissons énergisantes ou celles destinées aux sportifs.

Rappelons-nous qu’au départ, le coton est un produit non comestible. Les cultures cotonnières sont abondamment pulvérisées avec des produits phytosanitaires excessivement dangereux. Le triéthylène, le cyanure, le dicofol ou toute autre molécule chimique qui visent à tuer les insectes et la vermine qui grouillent dans ces cultures.

Inévitablement, les plantes soumises à ce traitement en gardent des traces extrêmement

Le coton est normalement destiné à la fabrication de vêtements, mais sa consommation sous forme d’aliments ou d’huile est fortement déconseillée, d’autant que comme le colza, la plupart de ces plantes sont génétiquement modifiées.

L’huile de coton contient de très grandes proportions d’acides gras de type oméga-6 dont on sait qu’ils sont extrêmement allergisants et inflammatoires.

Les réactions allergiques provoquées peuvent être mortelles, ce qui ne semble pas inquiéter la FDA qui n’exige aucune allégation de mise en garde.

 

3 – L’huile de carthame

Les études au sujet de cette huile démontrent qu’elle contient des taux d’oméga-6 très toxiques et favorables aux pathologies cardiaques.

L’on sait actuellement que c’est surtout le rapport entre la quantité d’oméga-6 et d’oméga-3 qui importe dans les problèmes d’hypercholestérolémie.

Les chercheurs ont maintenant les preuves qu’un taux élevé d’oméga-6 est excessivement toxique. Ce sont précisément ces acides gras qui abondent dans la nourriture des Américains moyens actuellement.

Dans une étudie, des personnes qui avaient remplacé les graisses animales saturées par de l’huile végétale de carthame ont vu leurs taux de cholestérol nettement diminuer.

Par contre, la mortalité par accident cardio-vasculaire et par problèmes coronaires a véritablement augmenté. Ce qui prouve bien que le cholestérol est totalement indépendant des problèmes cardio-vasculaires graves.

 

4 – L’huile de soja

soja

Dans la plupart des cas, elle est extraite de soja transgénique. C elle seule, elle constitue un perturbateur endocrinien majeur.

Encore actuellement, certains professionnels de santé recommandent l’absorption de soja en raison du fait que les populations asiatiques qui en consomment régulièrement échappent au cancer et aux grandes maladies de civilisation.

Voilà une autre idée reçue qu’il faut absolument abandonner.

S’il est vrai que les Asiatiques consomment du soja, comme le colza, c’est dans des quantités moindres et sous des formes principalement fermentées.

93 % du soja utilisé par les Américains est issu de cultures transgéniques et consommé sous d’autres formes que fermentée.

Le soja contient des phyto-œstrogènes actuellement reconnus comme perturbateurs endocriniens. Les perturbations endocrines qu’ils engendrent sont aggravées par les effets perturbateurs des pesticides utilisés en énormes quantités.

Prenez garde, car l’huile de soja qui finit en bouteille dans les rayons de vos magasins est fortement dénaturée. Même si vous consommez de l’huile de soja « biologique » ou « organique », sachez qu’elle ne présente qu’un faible intérêt nutritionnel. Mais surtout qu’elle n’est pas garantie « sans OGM ». Mieux vaut l’éviter totalement.

Alors, les huiles végétales oui, mais les bonnes, c’est-à-dire principalement celles qui sont riches en oméga-3, issues de plantes ou de graines d’un OGM et aussi celles qui sont cultivées sans produits phytosanitaires nocifs.

En optant pour de l’huile de coco vierge et d’origine biologique, vous regroupez tous ces avantages et encore de très nombreux autres bénéfices santé.


Sources de cet article :

http://www.thealternativedaily.com/alerts/coconutoilsecret/clickspecial.php

Article précédent

Vin rouge : bon ou mauvais pour la santé ?

Article suivant

Des essais cliniques pour le vaccin contre les oreillons fabriqués de toutes pièces par Merck

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire