Défenses naturelles

Les pouvoirs étonnants de la curcumine

curcuma photo

Le Curcuma Longa, aussi appelé « safran des Indes », appartient à la famille des zingibéracées. La poudre obtenue par le broyage des racines de cette plante, cultivée en Inde, en Chine et dans d’autres pays tropicaux comme le Costa Rica, était largement utilisée comme teinture jaune orangé, notamment pour teinter les costumes des moines bouddhistes. Cette plante est également à l’origine du colorant alimentaire industriel jaune (E100 = curcumine) utilisé en boulangerie ou dans les boissons afin de jaunir des jus d’orange par exemple. L’épice « Curcuma » est également extraite de la racine séchée de Curcuma Longa et donne au curry sa coloration jaune typique ainsi que son goût légèrement amer. Le curcuma s’utilise généreusement dans les mets orientaux.

Déjà d’anciens traités de santé gravés sur des tablettes de pierre datant d’environ 3000 ans av. J.-C., mentionnent cette plante pour ses nombreuses vertus protectrices. En Inde et en Chine, on l’utilise depuis des siècles pour divers maux et problèmes de santé.

De manière générale, le curcuma permet de stimuler ou de calmer certains organes, fonctions et sécrétions. Il possède aussi des propriétés aphrodisiaques.

La curcumine, la substance fondamentale du curcuma

Des recherches scientifiques ont démontré les vertus protectrices et antioxydants de certains composants du Curcuma, qui permettent par exemple de lutter contre les micro-organismes extérieurs et agresseurs.

Actuellement, on entend beaucoup parler du Curcuma, de la curcumine, des curcuminoïdes et de leurs dérivés. Ce vocable est de toute manière en lien avec cette plante.

L’extrait standardisé de Curcuminoïdes (souvent appelés Curcumine) est directement extrait de poudre de Curcuma, et ce grâce à un processus sophistiqué.

Il faut savoir que dans le cadre d’une aide en santé, la consommation de Curcuma doit atteindre une proportion très importante de curcuminoïdes pour obtenir des effets probants et intéressants, d’autant plus que la curcumine est difficilement assimilable par l’organisme. En effet, seulement 5 à 60 % de la curcumine est absorbée par la muqueuse intestinale. Divers procédés permettent d’optimaliser cette assimilation, comme par exemple associer la curcumine à un corps gras (huiles de poisson ou végétales, lécithine de soja…), mais aussi la coupler à la Piperine, un extrait de poivre noir (peper nigrum) qui multiplie par 20 l’absorption de la curcumine.

Depuis quelques années, certaines revues scientifiques très sérieuses ne tarissent pas d’éloges par rapport à cette substance, la qualifiant entre autres de parfaite substance anti-âge.

• La curcumine masque et atténue certaines gênes organiques de manière aussi efficace que certains médicaments chimiques mais sans en avoir les effets indésirables, puisque la curcumine respecte la paroi de l’estomac tout en restaurant la souplesse et la mobilité aux articulations, ligaments et tendons noués par l’inactivité ou la rigidité intérieure.

• La curcumine est un puissant anti-oxydant capable de neutraliser les radicaux libres et ainsi de limiter les dommages qu’ils pourraient occasionner à l’ADN et aux tissus.

• Des études récentes montrent que la curcumine pourrait empêcher le développement de certaines cellules anarchiques ou malsaines.De plus, la curcumine inhibe l’effet nocif de certaines substances toxiques (dont celles présentes dans le tabac).

• La curcumine réduit les risques ainsi que l’évolution des troubles cognitifs, intellectuels et de la mémoire.

• Les propriétés antioxydantes de la curcumine lui allouent la faculté de prévenir l’oxydation des lipides et, de ce fait, la formation de cholestérol. En agissant et en stimulant plusieurs fonctions physiologiques, le curcuma réduit significativement le taux de cholestérol et possède une action fluidifiante bénéfique.

• La curcumine protège les membranes de l’œil de manière préventive, mais également lorsque le trouble est déjà installé.

• La curcumine combat naturellement le développement de micro-organismes et de champignons nuisibles. Elle inhibe également la production des aflatoxines, produites par des champignons qui se développent dans la nourriture mal conservée.

Idéalement il faut une combinaison de 400 mg de curcuminoïdes et de 10 mg d’extraits de poivre noir.

Les principes actifs de la curcumine, les Curcuminoïdes associés à la Piperine (poivre noir) en augmentent largement l’assimilation. Si l’on vise une activité et une efficacité réelle et perceptible, il est indispensable d’atteindre une quantité de l’ordre de 1200 mg de cette association de substances.

Précautions d’utilisation :

• Eviter d’associer le curcumin avec des anticoagulants. Dans le cas de prise d’anticoagulants, ne pas dépasser 400 mg de curcumine tous les deux jours.

•  Ne pas consommer le curcumin en cas d’ulcères ou de calculs biliaires.

Par le Dr Thierry SCHMITZ

Article précédent

Allergies alimentaires: les conseils du Dr. Schmitz et son arme secrète!

Article suivant

Les ampoules fluorescentes....pas toujours bon pour la santé!

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire