Menu & recherche
Les réels dangers des statines chimiques

Les réels dangers des statines chimiques

Actuellement, plus aucun médecin ne devrait ignorer les effets secondaires engendrés par les statines, ces substances prescrites afin de diminuer les taux de cholestérol.

 

La liste de ces effets secondaires ne cesse de s’allonger. En effet, les problèmes relatés par les scientifiques sont non seulement de plus en plus nombreux, mais également de plus en plus inquiétants. On recense des insuffisances rénales, une augmentation du nombre de cataracte, des neuropathies périphériques, des arrêts cardiaques, des pertes de mémoire et un amoindrissement de certaines facultés cognitives, de l’anémie, de l’acidose, des poussées de fièvre fréquentes et des dysfonctionnements sexuels. D’autres effets secondaires sérieux potentiels et potentiellement mortels ne sont pas à exclure, parmi ceux-ci citons une augmentation du risque de cancer, un affaiblissement du système immunitaire, une dégénérescence grave des tissus musculaires (rhabdomyolyse), des dysfonctionnements pancréatiques et hépatiques (hépatite médicamenteuse et transaminases augmentées), des variations des taux de glucose sanguin et des problèmes de tendons. La nocivité des statines dépend bien évidemment de la dose, à laquelle elles sont prescrites, mais certains facteurs tels des dérèglements thyroïdiens ou le cumul avec d’autres médicaments peuvent encore augmenter cette nocivité.

 

Aux États-Unis comme ailleurs, il existe tout un programme éducatif mis en place par les autorités officielles visant à corriger l’alimentation afin d’éviter les excès de cholestérol. Ces conseils permettraient de diminuer les risques de maladie cardio-vasculaire engendrés par le mauvais cholestérol (LDL). Avant 2004, un taux de 130 milligrammes de LDL sanguin était considéré comme acceptable et sans risque pour la santé. Les dernières mises à jour recommandent un taux inférieur à 100 milligrammes, voire même à 70 milligrammes. En agissant ainsi et en induisant la peur, cette manipulation permet bien évidemment d’élargir très largement le marché des ventes des statines.

 

Les laboratoires pharmaceutiques et les chercheurs à la botte des autorités officielles vont jusqu’à recommander la prescription de statines pour les adolescents en surpoids.

Certaines entreprises pharmaceutiques ont même tenté de convaincre de l’utilité des statines pour traiter la vague de grippe porcine l’année dernière !

 

Et les « experts » préconisent actuellement une prévention par les statines, « au cas où ». À leurs yeux il vaut mieux courir le risque d’éprouver quelques douleurs ou faiblesses musculaires, des neuropathies ou même un risque d’arrêt du cœur plutôt que d’avoir un excès de cholestérol, alors qu’il y a quand même plus de 900 nouvelles études qui démontrent les dangers de ces molécules chimiques.

Il faut savoir que les effets provoqués pour ces médicaments n’apparaissent pas toujours rapidement après le début de la prise, ils mettent même parfois plusieurs années à se manifester et le lien n’est pas toujours facile à établir.

Dès lors, de nombreux médecins pensent qu’il s’agit là d’un nouveau problème de santé qui touche la personne et que ce nouveau problème est tout à fait indépendant de la prise de médicament.

Aucun commentaire
Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.