Nos dossiers

L’huile d’olive, une protection contre les ulcères et les cancers de l’estomac ?

Les polyphénols présents dans l’huile d’olive, un des piliers de l’alimentation méditerranéenne, peut prévenir l’infection à Helicobacter pylori, qui serait la cause de millions de cas de gastrite et d’ulcère gastro-duodénal chaque année.

Les récentes recherches menées par des chercheurs de l’hôpital universitaire de Valme, démontrent que les polyphénols de l’huile d’olive extra vierge, possèdent des effets anti-bactérien contre huit souches de Helicobacter pylori, dont trois sont même résistantes aux antibiotiques. Les chercheurs rappellent que des études précédentes ont déjà démontré que le thé vert, le jus de canneberge et certains autres aliments naturels peuvent inhiber la croissance de l’Helicobacter pylori, la seule bactérie qui peut survivre dans l’environnement acide de l’estomac et provoquer des gastrites et des ulcères gastro-duodénaux.

«Ces résultats ouvrent la possibilité d’envisager huile d’olive extra vierge comme un agent préventif de l’ulcère gastro-duodénal ou du cancer de l’estomac, mais cela doit être confirmé par des études à plus grande échelle », a écrit l’auteur principal Romero Concepcion dans le Journal of Agricultural and Food Chemistry. Quoi qu’il en soit, les résultats de cette étude offrent une nouvelle preuve des bienfaits de l’huile d’olive puisque son rôle pour diminuer l’incidence des maladies cardiovasculaires a déjà été largement démontré.

Diète méditerranéenne liée à un faible risque de maladie du poumon

 
La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) touche principalement les fumeurs, et représente la cinquième cause de mortalité. Elle se caractérise par une inflammation chronique des petites voies aériennes pulmonaires et conduit à une production excessive de mucus et à une fibrose progressive des poumons.

Consommer une alimentation de type méditerranéen, riche en fruits, légumes et poissons, peut réduire le risque de maladie bronchopulmonaire chronique obstructive (BPCO) de 50 %, selon une nouvelle recherche de l’université de Harvard.

En effet, une large étude (42917 hommes entre 40 et 75 ans suivis pendant 12 ans) vient de comparer le risque relatif de BPCO chez les hommes consommant un régime alimentaire de type méditerranéen à ceux qui ont un régime alimentaire de type occidental, riche en céréales raffinées, viande rouge, frites et sucreries.

C’est la richesse du régime méditerranéen en antioxydants et polyphénols qui semblent offrir une protection, écrivent les chercheurs dans le British Medical Journal Thorax.

Ce constat est compatible avec les précédentes littérature épidémiologique suggérant un effet bénéfique des antioxydants – en particulier la vitamine C et, dans une moindre mesure, de la vitamine E – sur la BPCO.

Quant au régime occidental, il est associé à une augmentation de 356 % du risque de développer une BPCO. Les chercheurs estiment que le régime alimentaire occidental riche en nitrites et à charge glycémique élevée contribue à la détérioration progressive de la fonction pulmonaire.

Article précédent

Quel type d'acides gras oméga-3 doivent consommer les femmes enceintes ?

Article suivant

Le brocoli, une mine de santé

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire