A la uneHumeurStress

Le magnésium, le réflexe anti-stress par excellence

Que ce soit en période d’examens ou quotidien, à cause du travail ou d’autres causes personnelles, le stress fait partie intégrante de la société moderne, avec tout ce qu’il peut engendrer : fatigue, anxiété, troubles musculo-squelettiques, digestifs, cardiovasculaires ou du sommeil.
De plus, le stress est considéré comme un cofacteur de diverses pathologies organiques telles que l’asthme, l’eczéma, le psoriasis, la colopathie, etc. mais favorise aussi la vulnérabilité à l’inflammation et à l’infection, tout comme les troubles psychologiques : dépression, alcoolisme, etc.

Plutôt que de se fier à des ordonnances médicamenteuses diverses et dangereuses, l’un des premiers réflexes à adopter en cas de stress est le magnésium.
Ce minéral est l’un des quatre minéraux les plus importants de notre organisme et nombreux sont les effets qui lui sont associés. Il intervient dans plus de 300 réactions métaboliques, notamment dans le bon fonctionnement des systèmes musculaire et nerveux, de la santé osseuse et immunitaire et dans la production d’énergie. Il joue également un rôle dans la réactivité au stress et en tant qu’inhibiteur de l’excitabilité neuronale. C’est pourquoi le magnésium est indispensable pour retrouver du tonus et lutter contre l’hyperémotivité, les maux de tête et les insomnies généralement liés au stress.

Magnésium état pur

Les apports journaliers recommandés en magnésium sont d’environ 5mg à 6mg par kilos, soit entre 350mg et 420mg pour un adulte de 70kg. Mais, évidemment, nous en sommes généralement bien éloignés. La plupart d’entre nous présentent une carence en magnésium, pour plusieurs raisons.

  • En cause, tout d’abord et comme souvent, notre alimentation, au même titre que les régimes alimentaires restrictifs. Pauvres en oligoéléments et peu équilibrés, la carence en magnésium, parmi beaucoup d’autres, ne fait pas exception.
  • La prise de diurétiques qui en augmente la perte urinaire, une absorption insuffisante liée à la maladie de Crohn et à certains polluants, par exemple, ainsi que certaines pathologies de la thyroïde, des reins ou des glandes surrénales, sont également pointées du doigt.
  • Le stress, quant à lui, augmente les besoins du corps en magnésium tout en favorisant sa fuite urinaire. C’est alors un cercle vicieux qui se met en place et qu’il faut contrer au plus vite.

Quelles sont les meilleures sources de magnésium ?

  1. Certaines eaux minérales (Hepar) sont riches en magnésium qui, contrairement aux idées reçues, est très bien assimilé par l’organisme.
  2. Les légumineuses (lentilles, haricots blancs…), les oléagineux secs (noix du Brésil, amandes, noisettes, noix de cajou), les légumes verts à feuilles (épinards, choux) et les fruits de mer sont également d’excellentes sources de magnésium.

    Noix du Brazil
    Noix du Brazil
  3. Les céréales complètes telles que le sarrasin, quinoa, millet ou encore le riz complet sont celles qui apportent le plus de cet oligoélément.
  4. Le cacao et le chocolat noir en sont également très riches. 100 grammes de poudre de cacao peut apporter jusqu’à 499mg de magnésium !

 

La complémentation peut s’avérer très utile, en cas de besoins importants en magnésium. Il existe sous une multitude de formes plus ou moins facilement assimilables.
Par exemple, les oxydes et hydroxydes de magnésium seront les moins bien assimilés par l’organisme. Le chlorure a une biodisponibilité élevée, mais peut s’avérer laxatif. Quant au glycinate de magnésium, il a une très bonne disponibilité, sans l’effet laxatif qui peut se manifester lors de la prise d’autres formes.
Ce type de complément est souvent associé à la vitamine B6 et à la taurine qui favorisent l’absorption ou la réabsorption du magnésium par les cellules.
Le magnésium peut être pris à doses élevées pendant un certain laps de temps (allant de quelques jours à quelques semaines), en phase d’ « attaque », afin de restaurer l’équilibre, puis à doses plus faibles, quand l’amélioration des symptômes se fait sentir.

Article précédent

Le stress, c’est quoi au juste ?

Article suivant

Recharger ses batteries pour échapper au burnout

L'auteur

Thyphanie Mouton

Thyphanie Mouton

Aucun commentaire

Laisser un commentaire