Défenses naturelles

Nouvelle tactique d’influence du lobby des sodas

© Tim Somerset/Maxppp -Montpellier, France le 01 04 2012 -/ Banque refrigeree de distribution de boissons, sodas, bouteille d'eau, jus de fruits, dans un bar de l'aeroport de Montpellier. .//Bank refrigerated beverage distribution, sodas, bottled water, fruit juice, in a bar in Montpellier airport. (MaxPPP TagID: maxstockworld174844.jpg) [Photo via MaxPPP]
© Tim Somerset/Maxppp -Montpellier, France le 01 04 2012 -/ Banque refrigeree de distribution de boissons, sodas, bouteille d’eau, jus de fruits, dans un bar de l’aeroport de Montpellier.
.//Bank refrigerated beverage distribution, sodas, bottled water, fruit juice, in a bar in Montpellier airport. (MaxPPP TagID: maxstockworld174844.jpg) [Photo via MaxPPP]

Nouvelles tactiques d’influence du lobby des sodas

La duperie la plus récente des industriels du soda est de remettre en cause ou de manipuler la notion de « bilan énergétique ».

Alerté par problème planétaire de l’obésité est soucieux de montrer leur bonne volonté, ces industriels ont eux-mêmes créé un groupe d’études afin de travailler sur ces fameux bilans énergétiques des boissons sucrées. Ce Global Energy Balance Network (GEBN) affirme que l’obésité constitue l’un de leurs plus grands défis. Sauf qu’ils nous assurent que les problèmes de poids ou d’obésité n’ont rien à voir avec ce que l’on mange ou ce que l’on boit, mais qu’ils se développent uniquement par manque d’exercice physique.

Ainsi, Coca-Cola a financé des scientifiques universitaires pour clamer des slogans du style : «  vous ne devez absolument pas vous inquiéter de ce que vous mangez ! Tout n’est qu’une question d’activité physique…

Ce serait tellement plus simple si c’était vrai !

Une autre tactique consiste à s’acheter une « conscience verte », c’est-à-dire à (faire semblant de) se montrer soucieux de l’écologie planétaire.

Ils vont jusqu’à avancer l’argument que les distributeurs de soda « au gobelet » dans les lieux publics sont beaucoup plus respectueux de l’environnement puisque cela ne génère pas (ou peu) de déchets (bouteilles plastiques).

Les industriels du soda ont été jusqu’à faire campagne avec cet argument vis-à-vis des vendeurs d’eau en bouteille. Allant jusqu’à suggérer d’interdire la vente d’eau en bouteille sur ces mêmes lieux en raison du nombre important de déchets plastiques que cela génère.

Il faut savoir que l’industrie du soda est l’une des plus coûteuses en eau. Si la fabrication d’un litre de soda nécessite seulement 1,3 l d’eau, c’est sans tenir compte de l’eau virtuelle utilisée entre autres pour nettoyer les bouteilles et les machines, mais aussi pour toutes les autres tâches sanitaires qui accompagnent tout le processus de fabrication de ces boissons.

Des groupes d’experts indépendants qui ont pris en compte toutes les étapes de fabrication de ces boissons sucrées ont évalué la quantité d’eau virtuelle (réellement utilisée) à 300 à 600 litres par litre de soda !

Source pour cet article : http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2015/10/11/soda-politics.aspx?e_cid=20151011Z1_DNL_art_1&utm_source=dnl&utm_medium=email&utm_content=art1&utm_campaign=20151011Z1&et_cid=DM87905&et_rid=1164503681

Article précédent

Les 5 signes d'un manque de magnésium

Article suivant

Le café est bon pour la santé cardiaque et cérébrale

L'auteur

Carol Panne

Carol Panne

Diplômée en naturopathie (CNR - Collège de Naturopathie Rénovée André Lafon - 2003). Approfondissement de : la gemmothérapie (2 séminaires avec Philippe Andrians), l’aromathérapie (avec Monique Tournay), la phytothérapie (avec le Dr Jean-Claude Leunis), la nutrithérapie (entre autres trois jours de formation avec le professeur Henri Joyeux).
Mon plus grand souhait est d'aider un maximum de personnes à RETROUVER NATURELLEMENT LA SANTÉ, mais surtout leur RENDRE L’ESPOIR DE GUÉRISON et leur faire comprendre que TOUT EST POSSIBLE !
Enseignante de formation (éducation physique), je m’épanouis actuellement comme chargée de cours par correspondance au Centre de Formation à Distance et de cours du soir au Centre de Qualification Professionnelle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire