Perturber le cycle féminin

Perturber le cycle féminin
5 (100%) 1 vote

Analyser le cycle menstruel de la femme permet de comprendre le corps féminin ainsi que l’état émotionnel très variable qui s’y réfère. Chaque femme se connecte à son énergie féminine au travers d’un cycle menstruel qu’elle oublie malheureusement parfois. Tout comme le cycle lunaire évolue pendant 28 jours au travers des différentes lunaisons, la femme se transforme et se laisse portée par ses changements hormonaux.

La vision hormonale de la femme fertile

A la puberté, plusieurs manifestations se produisent dans le corps physique féminin. La jeune fille découvre l’ovulation mensuelle, le syndrome prémenstruel ainsi que les menstruations qui s’écoulent chaque mois. Afin de se connecter au mieux à sa puissance sacrée de femme, la modification du cycle par une quelconque méthode contraceptive hormonale (pilule contraceptive, contraception de type patch, implant, stérilet hormonal, …) n’est pas recommandée.

La femme cyclique et ses hormones

Chez la femme qui vit son cycle naturellement, on remarque une connexion profonde aux différentes phases :

·     Phase de la sorcière : Période des saignements qui montre la non fécondation de l’ovule.

·     Phase de la jeune fille : Période guidée par les oestrogènes

·     Phase de la mère : Période ovulatoire – période de fertilité

·     Phase de l’enchanteresse : Période guidée par la progestérone (phase lutéale)

Les changements du corps physique et émotionnel

Certaines femmes ressentent très fort les fluctuations qui se ressentent dans le corps tout au long de la période menstruelle : Dans l’utérus, les ovaires ou le col de l utérus par des symptômes tels que le gonflement de la muqueusesutérine, les pertes blanches, l’état de la glaire cervicale, les douleurs dans le bas du ventre, les ballonnements, etc… Ce sont les douleurs menstruelles dont le syndrome prémenstruel fait partie.

Les émotions, aussi, fluctuent et évoluent au fil des différentes phases : nervosité, irrégularités émotionnelles, irritabilité, troubles de l’humeur, état dépressif, déprime, insomnie, apathie ou au contraire hyperactivité, etc.

À la vue de toutes ces manifestations physiques et émotionnelles, comprenons rapidement le lien qu’il peut exister entre cycle féminin et libido.

La femme cyclique et son désir sexuel

En fonction de la période dans laquelle la femme se trouve, son envie d’avoir des rapports sexuels peut être différente d’une semaine à l’autre.  En effet, toute baisse de libido ne doit pas spécifiquement être la conséquence de troubles sexuels.

·     Période de la sorcière : L’énergie physique est à son plus bas. La femme a besoin de temps pour dormir et se reposer. Elle a surtout besoin de tendresse, de romantisme et d’un touché bienveillant. Une sexualité très active n’est pas évidente pour elle à ce moment-là. Dès lors, sa libido pourrait diminuer pendant cette période précise car la femme se nourrit alors de son introspection personnelle.

·     Période la jeune fille : L’énergie physique remonte, la confiance en soi est à son maximum. La femme a envie de plaire, de séduire. Le désir est bien présent. La sexualité se libère et les relations sexuelles se marient parfaitement avec des jeux dans le couple. La libido est à son maximum.

·     Période de la mère : La femme est dans une énergie d’amour tendresse. Elle a un besoin profond de se connecter à son intimité et à celle de son couple. Le corps de la femme subit une réelle connexion de cœur et une sexualité sacrée s’impose à cette période du cycle. La libido est présente pour marier la magie du sacré.

·     Période de l’enchanteresse : L’amour et la passion se rejoignent à cette période du mois pour faire éclore la magie dans le couple. La libido est toujours présente avec des hauts et des bas. Doucement, il y a un retour vers la phase de la sorcière.

Comment calculer les différentes phases ?

Les femmes ayant renoncés à un contraceptif de type hormonal – qui modifie complètement la structure du cycle – peuvent se repérer en calculant les jours qui la séparent de ses dernières règles. En tenant un journal de bord daté, de nombreuses femmes réussissent à connaître la date d’ovulation et définir leur cycle ovarien.

Avoir ses règles permet de définir les phases du cycle et de comprendre la maturation du désir sexuel ou son absence.

Et à la ménopause ?

Les femmes ménopausées bénéficient également de la même analyse menstruelle. Néanmoins, vu que le cycle hormonal physique n’existe plus, elles se connectent alors aux phases lunaires :

·     Phase de la sorcière : C’est la nouvelle lune

·     Phase de la jeune fille : C’est la lune croissante

·     Phase de la mère : C’est la pleine lune

·     Phase de l’enchanteresse : C’est la lune décroissante.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.