fbpx
Accueil / Ma nutrition / Alimentation / Pourquoi y a-t-il de plus en plus d’intolérants au gluten ?

Pourquoi y a-t-il de plus en plus d’intolérants au gluten ?

Régime sans gluten : effet de mode ou réel besoin sanitaire ? A en croire certains, il serait l’ennemi à abattre. Pour d’autre, une supercherie. Mais qu’en est-il réellement ? 2 millions de personnes souffrent d’intolérance au gluten en France. Découvrez dans cet article pourquoi peut-être avez-vous l’impression qu’il y a de plus en plus d’intolérants au gluten.

Mise au point : différence entre allergie et intolérance au gluten

L’allergie est immédiate : de suite après avoir ingéré du gluten, les symptômes apparaissent. La réponse immunitaire est ultra réactive envers l’allergène. 

L’intolérance est une maladie auto-immune : le système immunitaire se retourne contre l’organisme en particulier contre les cellules intestinales qu’il va finir par dégrader. Le processus est beaucoup plus long et le diagnostic met du temps à être établi. 

Qu’est-ce que le gluten ?

Le gluten est naturel. Il est un mélange de protéines (prolamines et glutéines) présentes dans l’endosperme de beaucoup de céréales. Les prolamines sont les protéines responsables de la maladie cœliaque et de l’intolérance

Le gluten absorbe l’eau puis gonfle. Pendant la cuisson, une partie de l’eau est libérée et l’amidon contenu dans la farine se lie au gluten assurant ainsi la cohésion de la pâte. 

Les principales céréales à contenir du gluten sont :

  • le blé
  • l’épeautre
  • le kamut
  • le seigle
  • l’orge

C’était l’histoire d’un grain de blé devenu moderne 

Afin de répondre aux exigences du consommateur, les laboratoires agro-alimentaires ont développé des souches de blé améliorant l’élasticité de la pâte et donc l’aspect toujours plus levé, aéré et moelleux. Parallèlement, dans un soucis de faciliter et d’optimiser les récoltes mécaniques, ces mêmes laboratoires ont créer des blés parfaitement calibrés et résistants aux maladies.

 De modifications en modifications génétiques, le blé d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec celui d’antan.  

La maladie cœliaque, une maladie auto-immune 

Les protéines non décomposées agressent la muqueuse intestinale qui finit par s’enflammer. Le système enzymatique est complètement déréglé et n’est plus opérationnel du à la réaction anormale du système immunitaire dans l’intestin grêle. En effet, le malade fabrique des anticorps qui vont léser les parois internes des intestins. Les villosités sont abîmées, les mailles se desserrent laissant passer de grosses molécules dans la circulation sanguine. 

Les effets de l’inflammation des parois intestinales

  • L‘inflammation intestinale empêche la bonne assimilation des nutriments. Il s’en suit alors le risque de carence, d’anémie mais aussi et surtout de dénutrition qui peuvent se révéler gravissime. 
  • L’inflammation peut devenir chronique ouvrant la voie des désordres digestifs, des ballonnements, à la maladie de Crohn et parfois à une inflammation du pancréas. 
  • De plus, il n’est pas rare que les protéines relâchées dans la circulation sanguine passe la barrière encéphalique perturbant les fonctions cognitivo-comportementales : apprentissage, mémorisation concentration, affectivité, socialisation…
  • La flore intestinale est grandement perturbée. Le microbiote ne joue plus sont rôle protecteur et du fait de son déséquilibre ce qui peut avoir pour conséquence des non seulement physique mais aussi psychique : dépression, saute d’humeur, maladies psychiatriques, TDAH, autisme… 

L’éviction totale du gluten comme remède

La seule solution pour venir à bout de cette inflammation généralisée est l‘arrêt complet de consommation de produits contenant du gluten. Dans une société où le pain est une religion et les pâtes sont reines, ceci peut être contraignant au départ mais c’est le prix d’une bonne santé !

Dépistage et prise en charge de l’intolérance au gluten

En cas de suspicion, votre médecin généraliste vous orientera vers un gastro-entérologue qui vous prescrira une prise de sang afin de rechercher des anticorps transglutaminase tissulaire (IgA et IgG), des anticorps anti-endomysium (IgA). S’ils sont absents, il peu probable qu’une intolérance au gluten soit en cause de vos soucis digestifs. En cas de résultat positif, il arrive que le médecin demande une recherche génétique afin de déterminer si les gènes HLA DQ2 et HLA DQ8 sont activés. Enfin, afin de confirmer le diagnostic (et pour une reconnaissance de votre intolérance par l’assurance maladie), une biopsie de l’intestin grêle est effectuée. 

Bon à savoir : «  L’Assurance Maladie rembourse à 60 % les aliments diététiques sans gluten, pour les patients atteints d’une maladie cœliaque confirmée par biopsie digestive. Cette prise en charge prend la forme d’un forfait mensuel, de montant plus élevé à partir de l’âge de 10 ans. » (source : ameli.fr)

Pour conclure

Non, le régime sans gluten n’est pas une mode. L’intolérance est une véritable maladie, auto-immune, compliquée à gérer au quotidien. L’impression qu’il y a plus d’intolérants qu’avant est du fait que beaucoup ne supportent plus la modification génétique des blés ainsi qu’à un meilleur dépistage de la maladie. 

A propos Alexia Bernard

Alexia Bernard naturopathe-iridologue certifiée du CNRI d'André Lafon en 2012. Consciente des richesses que procure la Nature, j'ai toujours été sensible aux méthodes naturelles de santé. La naturopathie est venue à moi et, ravie de ses bienfaits, j'ai décidé d'entamer ce long apprentissage afin de partager mes connaissances et d'aider mon prochain.

Vérifiez également

diy-energy-balls-recettes

DIY : Energy balls, votre coupe faim maison !

5.0 01 Nouvelle collation tendance et Healthy, les Energy Balls ont fait leur apparition sur …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.