Menu & recherche
Prescription médicamenteuse : gare au risque de dépression

Prescription médicamenteuse : gare au risque de dépression

Il y a quelques jours, le Journal of the American Medical Association(1) a publié une étude mettant en relation la prévalence des médicaments prescrits avec la dépression comme un effet indésirable potentiel.

Ils ont ainsi axé leur recherche sur cette question principale : L’utilisation de médicaments sous ordonnance est-elle associée à un état dépressif ?

Les résultats de cette analyse menée entre 2005 et 2014 sur 26 192 américains, montre que la prévalence globale estimée des adultes américains utilisant des médicaments ayant une dépression comme un effet indésirable potentiel était de 37,2%.

Le pourcentage d’adultes souffrant de dépression était plus élevé chez ceux qui utilisaient plus de médicaments (p. Ex., 15% pour ≥ 3 médicaments).

Néanmoins, la dépression comme effet secondaire est un fait connu depuis longtemps selon Sauveur Boukris(2), médecin généraliste et auteur du livre Ces médicaments qui nous rendent malades.

« C’est quelque chose de connu depuis longtemps. Cela concerne par exemple les médicaments pour l’hypertension à base de réserpine, comme l’Aldomet ; les médicaments antalgiques qui sont à base à de Tramadol, qui peuvent entraîner un effet sédatif et un effet dépressif. D’autres médicaments encore, comme ceux servant à traiter la maladie de Parkinson, à base de dopamine, ont aussi un effet secondaire dépressif. »

Les résultats de l’étude sont à lire avec un certain recul. En effet, les chercheurs ne nous précisent pas s’il s’agit de dépressions majeures ou mineures. Terme galvaudé, la dépression peut désigner une vraie dépression ou un coup de déprime passager.

Ainsi, le lien entre médicaments et dépression n’est pas toujours évident car il arrive que les maladies graves aux traitements lourds et douloureux soient considérées comme un facteur de dépression. L’on considère alors que la dépression fait partie du contexte de la maladie.

Il est à noter également que les personnes à tendances dépressives sont plus sensibles à l’effet indésirable de certain traitement.

Si dépression il y a, des traitements substitutifs existent. Lorsqu’il n’y a pas de traitement alternatif, le médicament est prescrit avec un antidépresseur.

Sinon, pour contrecarrer les effets des médicaments au niveau de la dépression, beaucoup de médecins et thérapeutes recommandent la méditation de pleine conscience qui a montré d’excellents résultats sur la dépression légère et est bien sur associé à de nombreux effets secondaires… « positifs » comme moins de stress, meilleur sommeil, plus de vitalité(3).

Mais ce type de médicaments ne sont pas les seuls à provoquer des effets secondaires.. Les contraceptifs oraux sont connus pour engendrer des risques de dépression et de troubles de l’humeur.

Les patients sont-ils suffisamment informés ?

De façon générale, les médecins ne sont ni formés ni informés des effets secondaires de certains médicaments.

Nous vous conseillons donc de lire attentivement la notice avant de prendre un médicament et de respecter les doses prescrites.

Vous pouvez également consulter des professionnels de la santé naturelles comme les naturopathes pour vous guider vers des solutions plus naturelles de traitement.

 

 

 

Sources :
(1) https://jamanetwork.com/journals/jama/article-abstract/2684607
(2) http://www.atlantico.fr
(3) https://www.sciencesetavenir.fr/sante/depression-la-meditation-est-aussi-efficace-que-les-antidepresseurs_19521

Aucun commentaire
Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.